du 23 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

C’est l’histoire d’une entreprise japonaise, emonster, qui a publié une application nommée « Animoji - Free Animated Texting » le 23 juillet 2014 sur l’App Store d’Apple. Elle permet d’insérer des emojis animés dans des messages texte.

La société dépose la marque Animoji la même année devant le bureau américain des brevets qui lui accorde les droits à compter de 2015. L’entreprise se fait approcher courant 2017 par d’autres entités aux noms fantasques, comme The Emoji Law Group LLC, qui lui proposent de racheter la marque, ce qu’elle refuse avant d’être menacée d’une procédure d’annulation.

Le 11 septembre dernier, veille de la présentation de l’iPhone X, c’est Apple qui lance cette procédure en s’appuyant sur un vice de forme au moment du dépôt, que le bureau américain des brevets corrige directement en expliquant qu’il s’agissait d’une erreur faite en toute bonne foi par le déposant initial.

Aujourd’hui, l’entreprise nipponne contre-attaque devant un tribunal américain et demande à ce qu’Apple ne puisse plus utiliser le terme Animoj. Elle réclame des dommages et intérêts, qui n’ont pas encore été chiffrés.

Apple poursuivi en justice pour l’utilisation de la marque Animoji
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Microsoft continue d’améliorer Skype selon deux angles : supprimer les fonctions qui ne servent pas et remettre celles plébiscitées par le public. Et ce d’autant plus que la levée de boucliers a été conséquente après l’annonce de l’abandon de Skype 7.X.

L’éditeur continue de jouer la carte du consensus en mettant dans son application ce que les utilisateurs veulent. Un tournant si évident qu’on se demande vraiment pourquoi il n’a pas été fait plus tôt, beaucoup s’étant tournés depuis vers d’autres services.

C’est ainsi que reviendront, dans une prochaine mise à jour, les statuts de lecture classiques, mais enrichis pour l’occasion. On pourra donc sélectionner Actif, Absent, Ne pas déranger ou Masquer ma présence. En outre, un Mode silencieux bloquera les notifications, si l’on ne souhaite pas imposer un Ne pas déranger aux contacts.

Notez que Masquer ma présence fonctionne d’une manière particulière : vous ne pouvez pas voir les autres non plus. Microsoft veut construire un environnement de « confiance ». Dans les commentaires, on signale plutôt l’incohérence de cette fonction. L’éditeur dit avoir pris note du commentaire.

Microsoft évoque également le fonctionnement du statut Actif. Pour rester dans ce statut, il faudra se trouver dans l’application mobile ou, sur ordinateur, que le client soit ouvert et que le système détecte une utilisation du clavier ou de la souris.

Si une absence de quelques minutes est détectée, elle sera signalée comme telle, avec un petit point blanc dans la pastille verte du statut. Si elle se chiffre en heures ou en jours, le statut passe en Absent avec un cercle gris vide. En cas de déconnexion, de coupure réseau ou de longue absence, le statut passe en Inactif et indique là aussi la durée.

Une liste personnalisable de statuts sera également fournie, avec des suggestions : Travail à la maison, Ne se sent pas bien, En réunion, En train de manger, Dans les transports et même un Parle à ma main. La liste sera modifiable pour mieux correspondre aux habitudes des utilisateurs. Ces messages seront synchronisés sur tous les appareils.

Ces changements sont en cours de test dans le canal Skype Insiders. Ils seront ensuite déployés sur toutes les versions. On ne sait pas encore à quelle sauce sera mangé Skype pour Windows 10, parent pauvre de la flotte.

Copié dans le presse-papier !

Édouard Philippe a dévoilé hier une batterie de mesures destinées à « accélérer la transition vers l’industrie du futur » (PDF).

Au programme, notamment : un « nouveau dispositif de soutien à l’investissement pour les dépenses de robotisation et de transformation numérique des PME (suramortissement de 40 % pendant 2 ans) », un milliard d’euros de prêts pour la transformation numérique des TPE-PME, l’extension du taux réduit brevet au logiciel, etc.

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué du 19 septembre, repéré par The Verge, Valve annonce qu'à compter du 25 septembre, elle traitera elle-même les signalements d'internautes sur les canaux de discussion.

Concrètement, les messages signalés sont ajoutés à une file d'attente pour une équipe de modération. Elle se contente de supprimer les contenus litigieux, sans intervenir dans les discussions, veut rassurer Valve.

Pourquoi ne réagir que maintenant ? La plateforme dit vouloir laisser les développeurs libres de leur communication avec leur communauté. Ils peuvent d'ailleurs se désinscrire de ce système.

Pourtant, « au fil du temps, de plus en plus de développeurs de jeux nous ont confié qu'ils souhaiteraient que nous prenions une part plus active dans les forums de discussion, au moins pour prendre des mesures concernant les publications signalées par d'autres joueurs ».

La modération est un problème important pour Steam. Dans une enquête en octobre 2017, 230 développeurs réclamaient de meilleurs outils pour gérer les utilisateurs à problèmes. C'était la cinquième demande la plus importante.

Copié dans le presse-papier !

Après le Galaxy A8 en version 2018, c'est au tour du Galaxy A7 d'avoir droit à une mise à jour. Il propose un écran Infinity Display (avec de fines bordures) de 6 pouces avec une définition de 2 220 x 1 080 pixels.

Le constructeur « s'amuse » toujours autant avec ses capteurs optiques puisque le nouveau venu en a trois à l'arrière – 24 Mpxiels, grand-angle de 8 Mpixels et 5 Mpixels pour la profondeur– et un quatrième de 24 Mpixels à l'avant. Pour rappel, l'A8 en a deux devant et un derrière.

Le smartphone est animé par un SoC avec huit cœurs à 2,2 GHz, dont la référence varie suivant les pays. En France, il devrait s'agir de l'Exynos 7885, comme sur le Galaxy A8. 4 ou 6 Go de mémoire vive sont de la partie, ainsi que 64 ou 128 Go de stockage, extensibles via un lecteur de cartes microSD.

Wi-Fi 802.11ac, Bluetooth 5, NFC, batterie de 3 300 mAh, connecteur USB Type-B (alors que l'A8 a droit à l'USB Type-C) et Android 8.0 sont au programme. On regrettera cette fois encore l'impasse faite sur Android 9 Pie.

Le Galaxy A7 2018 sera disponible à partir de cet automne pour 349 euros selon plusieurs de nos confrères présents lors d'une démonstration à Paris. Reste à savoir si ce prix prend en compte une offre de remboursement (très) régulièrement mise en place par le fabricant.

Copié dans le presse-papier !

Après le « contrôle technique » pour smartphones l'année dernière, le groupe passe la seconde et « investit dans la réparation express de smartphones ».

Il indique ainsi être « en négociations exclusives et avancées, en vue d’une prise de participation majoritaire dans WeFix », qui dispose notamment d'un réseau de 59 boutiques en France et en Belgique pour la vente et la réparation sur place.

Le but étant ensuite de développer son réseau de points de vente (il veut le doubler en deux ans) ainsi que des « corners » dans des enseignes Fnac et Darty.

L'opération devrait être finalisée dans les prochaines semaines, mais le montant de la transaction n'est pas encore connu.