du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

C'est le chiffre lâché par Tim Cook, patron d'Apple, lors d'une interview accordée à Bloomberg. Il comprend à la fois les abonnés payants et ceux qui ont profité d'une offre gratuite.

Le mois dernier, Apple Music revendiquait 40 millions d'utilisateurs, mais en prenant en compte uniquement les abonnements payants. La société reste pour le moment loin de Spotify et de ses 75 millions de clients Premium.

Apple Music dépasse les 50 millions d'utilisateurs
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Kiwi est un opérateur d'Ariane Network qui propose son abonnement fibre surtout dans les zones couvertes par un réseau d'initiative public (RIP).

Cet abonnement vient d'évoluer et intègre désormais le boîtier Android TV de NVIDIA et une manette en complément de la KiwiBox, en charge du réseau (avec Wi-Fi 802.11ac).

Le tout est proposé pour 44,90 euros par mois, pour un débit maximal de 100 Mb/s symétriques et des appels illimités vers les fixes (France, DOM et 50 destinations). Des frais d'activation de 100 euros sont demandés (payables en 1, 2 ou 3 mensualités)

Kiwi précise que « lors de la mise en service, les utilisateurs peuvent également profiter d’avantages auprès des éditeurs comme Netflix, OCS, Amazon Prime Video, Spotify, Geforce Now, ... avec des mois offerts et des essais gratuits ».

Il s'agit du premier FAI à faire une telle offre en Europe. Cette annonce suit de peu l'arrivée de l'Apple TV chez Canal+ comme décodeur OTT, proposée aux abonnés pour 6 euros par mois. De quoi renforcer l'impression que l'avenir des box TV propres aux FAI est de plus en plus sombre…

Copié dans le presse-papier !

Cette fois encore, il s'agit de récompenser un article scientifique européen paru en 2016-2017 et ayant pour thème la protection des données personnelles et la vie privée ; un vaste sujet.

« L’article scientifique doit être issu de travaux réalisés au moins en partie dans un centre de recherche situé sur le territoire de l’Union européenne et doit nécessairement traiter de l’amélioration de la protection des données personnelles ou de la vie privée » expliquent les deux partenaires.

Les candidats ont jusqu'au 1er septembre 2018 pour participer et toutes les conditions sont précisées dans le règlement du concours. Le jury est composé de dix scientifiques venant de France, d'Europe et même du Canada.

Pour rappel, la deuxième édition avait été remportée par Seda Gürses, Carmela Troncoso et Claudia Dia pour leur article « Engineering privacy by design reloaded ». La première mettait à l'honneur l'article ADSNARK « Nearly Practical and Privacy-Preserving Proofs on Authenticated Data » de Michael Backes, Manuel Barbosa, Dario Fiore et Raphaël M. Reischuk.

Copié dans le presse-papier !

Après-demain, le Règlement général sur la protection des données entrera en application. Avec lui, arrive la menace de lourdes sanctions en cas de mauvaise manipulation d'informations personnelles ou de mauvaise protection.

Dans un billet de blog, Microsoft promet d'étendre la protection offerte aux Européens hors des frontières de l'Union. Comme beaucoup d'autres entreprise, l'éditeur a mis à jour sa politique de vie privée, détaillant les changements.

Via sa plateforme cloud Azure, Microsoft se présente aussi auprès des entreprises comme une solution clés en main pour respecter le règlement, et éviter ses effrayantes sanctions financières (jusqu'à 4 % des revenus mondiaux annuels).

L'attitude affichée par Microsoft tranche avec celle de Facebook, qui a coupé 1,5 milliard d'utilisateurs mondiaux de sa branche irlandaise pour éviter qu'ils ne puissent exploiter légalement le RGPD. Le groupe promet d'étendre les nouveaux outils imposés par le RGPD partout dans le monde, « dans l'esprit », mais est incapable de les détailler. L'affaire Cambridge Analytica ne semble pas avoir bousculé ses habitudes.

Copié dans le presse-papier !

La Progressive Web App de Twitter dispose enfin du mode nuit. Les utilisateurs de la version mobile (y compris le client officiel pour Windows 10) peuvent donc en profiter.

Toujours pour la PWA, Twitter indique deux autres apports : la mise à jour en temps réel pour les nombres de réponses, retweets et likes, ainsi qu'une version légèrement remaniée de la boîte de rédaction, désormais flottante.

L'éditeur continue donc de mettre l'accent sur cette version, tandis que les autres disparaissent graduellement. Les moutures Xbox One, Roku et Android TV ne seront ainsi plus disponibles dès demain.

Le ménage continue donc, aussi bien sur les clients officiels que tiers, puisque là aussi Twitter serre la vis, imposant des conditions drastiques pour l'accès à son API. Très bientôt, la consigne sera la même : PWA pour tous, ou Tweetdeck.

Copié dans le presse-papier !

Le chiffrement des communications et des smartphones est une des marottes des forces de l'ordre outre-Atlantique. Devant le Congrès américain, en mars, le FBI déclarait que 7 800 enquêtes étaient affectées par le chiffrement, rendant autant de smartphones inaccessibles.

Dans l'affaire San Bernardino, le bureau a appliqué une énorme pression sur Apple pour obtenir les données d'un iPhone 5c, avant d'acheter une faille de sécurité. Il s'est avéré que les forces de l'ordre n'avaient pas épuisé tous les recours en interne avant de s'attaquer publiquement à Apple ; pour valider le principe d'une collaboration du groupe. En vain.

Selon le Washington Post, des erreurs de calcul ont mené à une sérieuse inflation de smartphones chiffrés reçus par le FBI. Le bureau s'est rendu compte de sa bourde le mois dernier. Plutôt que 7 800 smartphones bloquants, il en aurait plutôt reçu entre 1 200 et 2 000. Soit quatre fois moins.

En France, la gendarmerie nous dit être incapable d'évaluer le nombre d'affaires bloquées par le chiffrement, affirmant seulement qu'ils deviennent de plus en plus nombreux. Les métadonnées de positionnement et de communications permettraient encore de contourner le problème dans la plupart des cas, l'État travaillant au corps les messageries pour obtenir leurs données.