du 01 février 2019
Date

Choisir une autre édition

Apple, Facebook, Google : des certificats révoqués puis restaurés, des excuses publiques

Le drame Apple-Facebook-Google continue, avec une restauration de certificats, des excuses, des soulagements et une nouvelle punition.

Pour rappel, Facebook et Google ont violé les conditions d’utilisation de l’Apple Store en se servant d’un certificat d’entreprise pour des applications capables d’espionner – avec accord de l’utilisateur – à peu près tout ce qui se passe dans le téléphone.

On commence avec Facebook, dont le certificat d’entreprise avait été révoqué, et qui est maintenant restauré. Il ne servira pas à son programme Research, l’application ayant de toute façon été retirée de l’App Store.

En revanche, cette restauration permet à nouveau aux applications internes (notamment les bêtas en développement) de fonctionner. Un porte-parole l’a assuré à plusieurs médias américains : « Pour être clair, cela n’a pas eu d’impact sur nos services grand public ».

Il est probable qu’Apple ait surtout voulu taper sur les doigts de Facebook pour lui rappeler que personne n’est à l’abris en cas de violation sur l’App Store.

Le réseau social n’est pas pour autant à l’abri, l’affaire ayant des échos négatifs au Congrès américain. Le sénateur Hosh Hawley s’étonne que des enfants de 13 ans puissent être embrigadés, tandis que Frank Pallone, également sénateur, y voit une nouvelle nécessité d’une « loi forte et exhaustive sur la vie privée ».

Le traitement infligé à Facebook a également été appliqué à Google. En l’espace d’une demi-journée, le certificat d’entreprise de Mountain View a été révoqué puis restauré.

Là encore, l’application Screenwise Meter était visée, mais la révocation a touché aussi les développements internes chez Google, notamment les bêtas de YouTube, Gmail et autres, avec la chute de productivité que l’on devine.

Après la révocation du certificat de Facebook, Google s’était publiquement excusé, reconnaissant avoir violé les conditions de l’App Store et jugeant que « c’était une erreur ». la société espérait sans doute se faufiler entre les balles, mais elle a quand même subi l’ire d’Apple.

Conclusion, les applications « d’espionnage volontaire » de Facebook et Google ont été supprimées de l’App Store, des certificats ont été révoqués puis restaurés, et deux des plus importants géants du Net ont présenté leurs excuses.

Les versions Android restent cependant disponibles. Il sera difficile à Google de le reprocher à Facebook puisqu’elle-même pratique ce type de collecte. À la différence toutefois que les finalités de l’application sont mieux expliquées chez Google que chez Facebook.

À voir maintenant si Apple se lance dans une chasse générale aux certificats mal utilisés. L’entreprise a tout intérêt à montrer son intransigeance sur le sujet, une partie de marketing tablant sur la sécurité et le respect de la vie privée dans ses produits.

chargement Chargement des commentaires...