du 06 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Android 8.1 débarque en version finale et inaugure l'édition Go

Première mise à jour majeure pour Oreo, après plusieurs mois de tests. Première grosse nouveauté, la disponibilité officielle de la variante Go du système, conçue pour l'entrée de gamme. Elle est accompagnée de Files Go, précédemment disponible en bêta, permettant d'effectuer des économies côté stockage.

Dans les grandes lignes, Android Go est une mouture allégée du système, qui doit permettre aux applications de fonctionner sur des appareils ayant 1 Go de mémoire ou mois. Le Play Store met en évidence les applications également optimisées, celles de Google ont été remaniées pour être moins gourmandes, et les développeurs peuvent indiquer en cible les appareils à faible mémoire.

Google en profite pour rappeler que chercher à faire baisser la consommation d'une application, que ce soit en puissance, mémoire ou stockage, bénéficie toujours à tout le monde. Il ne faut donc pas attendre de viser Android Go pour s'atteler à la tâche. Des lignes de conduite spécifiques ont cependant été publiées. Notez qu'Android Go ne concerne que l'Inde et l'Indonésie pour l'instant.

Parmi les autres améliorations d'Android 8.1, on trouve l'API Neural Networks, faisant le lien entre le matériel et les frameworks de machine learning de type TensorFlow Lite, un remplissage automatique plus complet, quelques emojis remaniés (dont le hamburger) et un nouveau niveau d'API pour Google Play, le 27.

L'éditeur encourage naturellement à se pencher sur ces nouveautés et à passer par Android Studio 3.0.

Comme toujours quand une nouvelle version d'Android débarque, les appareils de Google seront les premiers servis : Nexus 5X, Nexus 6P, Pixel C, Pixel (XL) et Pixel 2 (XL). La diffusion de la mise à jour a débuté hier soir. Chez les autres constructeurs, l'attente commence.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, l'association regroupant plus de 950 sociétés dans le secteur des technologies rejoint la Première ministre britannique et « estime que l'accord négocié est la seule solution sur la table pouvant donner suite au résultat du référendum de 2016, tout en préservant emplois et investissements dans le secteur technologique britannique ».

« L’accord proposé éviterait les conséquences très dangereuses d’un non-accord » ajoute le groupe. Il affirme au passage que la « libre circulation des données à caractère personnel entre le Royaume-Uni et l'Union européenne » est un point très important du projet d'accord.

S'il « n'est pas parfait » reconnaît TechUK, un « no deal » serait bien pire pour les entreprises technologiques, notamment les petites et moyennes qui seraient plus durement touchées.

Au Royaume-Uni, la situation est très tendue (et c'est peu de le dire) depuis cet accord. Il est défendu par Theresa May, mais contesté par des députés, y compris dans son propre parti. « Le choix est clair : nous pouvons choisir de partir sans accord, risquer qu'il n'y ait pas de Brexit du tout, ou choisir de nous unir et soutenir le meilleur accord que nous pouvions négocier, cet accord », affirme la Première ministre.

Hier, plusieurs ministres et secrétaires d'État ont démissionné après ce projet négocié avec l'Union européenne. Des députés de son parti sont également en train d'essayer d'organiser un vote de défiance pour tenter de la destituer.

L'accord doit maintenant être entériné lors d'un sommet européen le 25 novembre à Bruxelles, puis être voté par les parlementaires en décembre. Selon le « brexiter » conservateur Mark Francois, repris par Le Point, il serait « mathématiquement impossible » de faire adopter le projet d'accord.

Copié dans le presse-papier !

Bien connu pour ses claviers gaming, le fabricant vise cette fois-ci aussi bien les travailleurs que les joueurs. Le design du clavier est dans la lignée des autres modèles du fabricant (notamment les BlackWidow X), avec un rétroéclairage blanc sur les touches, adieu donc les effets arc-en-ciel.

Le BlackWidow Lite dispose de switchs mécaniques maison Orange « quasi silencieux ». Les touches sont également équipées de joints toriques, toujours dans le but de limiter au maximum le bruit. Enfin, le clavier est livré avec un câble USB détachable.

Il est d'ores et déjà en vente sur le site du fabricant, pour 100 euros.

Copié dans le presse-papier !

Intel vient d'annoncer une rallonge de 15 milliards de dollars pour son budget consacré au rachat et à l'annulation de ses propres actions. L'autorisation en cours ne portait plus que sur 4,7 milliards de dollars et l'entreprise a donc choisi de prendre les devants et de porter cette limite à près de 20 milliards de dollars. De quoi inciter les actionnaires à ne pas quitter le navire trop vite.

Copié dans le presse-papier !

En plus d'une baisse de son forfait 50 Go à 9,99 euros par mois pendant un an, la marque low-cost d'Orange a fait hier une série d'annonces. Premier changement : les forfaits à 4,99 et 9,99 euros proposent désormais 100 Mo de 4G au lieu de 50.

De leur côté, les clients de la Boîte Sosh (offre sur le fixe, avec une Livebox 4 pour rappel) peuvent désormais commander une Clé TV 2 : « Avec un tout nouveau design, la Clé TV 2 offre une expérience client simplifiée, avec un appairage plus facile, et peut être pilotée depuis l’application TV par le "Play to" ou depuis la télécommande fournie avec », explique le FAI.

Aucun détail n'est par contre donné sur les caractéristiques techniques… nous savons simplement qu'elle est équipée d'un sortie HDMI, sans indication sur une éventuelle prise en charge de la 4K UHD par exemple.

Pour en profiter, il faut disposer de l'option Décodeur TV (facturée 5 euros par mois) et ajouter 3,99 euros par mois et 10 euros d'activation pour recevoir la Clé TV 2.

Plusieurs bouquets TV sont proposés à 1 euro par mois pendant trois mois : beIN Sports, Ciné Séries, Famille, Famille by Canal (pour les clients Fibre uniquement) et Pickle TV. C'est également le cas des options Izneo et ePresse à 1 euro par mois, là encore pendant trois mois.

Enfin, l'offre de remboursement d'un maximum de 100 euros de vos frais de résiliation de votre ancien FAI est prolongée.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a publié la version 3.0 de son application Cortana pour iOS, mais toujours pour les pays anglo-saxons pour l’instant. l’assistant a beau être disponible en français par exemple depuis longtemps dans Windows 10, l’application mobile n’y a toujours pas droit.

Les améliorations sont nombreuses, notamment visuelles puisque l’interface a été largement remaniée et modernisée. Les fonctionnalités sont aussi beaucoup plus conséquentes avec la prise en charge de la musique et des podcasts.

La communication avec l’assistant lui-même se fait au moyen d’une vie de type conversation. Il est bien possible que Microsoft se soit inspiré de l’Assistant de Google.

Les liens avec l’écosystème de l’éditeur sont également renforcés, avec une plus grande mise en avant des informations liées au compte Microsoft, notamment les emails, calendriers, rappels, tâches et autres. Même Teams est pris en charge pour l’entreprise.

Rien n’est pour l’instant dit sur la version Android, mais elle ne devrait plus tarder. Contrairement à la mouture iOS, elle comporte beaucoup moins de limitations puisque Cortana peut être utilisé comme assistant principal, ce que ne permet évidemment pas la plateforme mobile d’Apple, où Siri règne en maître.