du 17 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Au travers de sa branche FX International Payments, American Express expérimente en conditions réelles l’utilisation de la blockchain Ripple pour fournir à ses clients des transferts d’argents rapides et traçables entre ses clients américains et ceux de la banque Santander au Royaume-Uni.

Depuis le début de l’année, le cours du Ripple a été multiplié par 30, alimenté par les rumeurs et annonces de banques s’intéressant à son fonctionnement. Ripple s’appuie sur une « preuve de justesse » pour valider ses transactions, définie dans le livre blanc du protocole.

American Express s’appuie sur la blockchain Ripple pour certains transferts d’argent
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La fonctionnalité vient s'ajouter à celle, présentée cet été, qui permet d'afficher un éditeur de code, rendant possible une illustration en direct des compétences en développement.

L'Interviews Scheduler est un nouvel outil pour lancer des demandes d'entretiens d'embauche. L'entreprise choisit le type d'entretien qu'elle souhaite faire - appel vidéo, appel téléphonique ou éditeur de code partagé - puis propose une date et une heure, avec éventuellement une tranche horaire. L'intéressé peut accepter ou proposer d'autres paramètres.

Une fois les deux parties d'accord, un évènement est automatiquement ajouté dans leurs calendriers respectifs. De là, chacun pourra cliquer sur le lien contenu pour lancer directement l'interface d'appel. Pas besoin de télécharger quoi que ce soit ou même d'avoir un compte sur Skype.

Les entreprises intéressées peuvent visiter le site consacré à la solution. Des API sont également disponibles pour intégrer le service à un éventuel flux de recrutement.

Copié dans le presse-papier !

Alors que Chrome 63 a apporté de nombreuses nouveautés, certaines relativement discrètes, la version 64 va introduire une fonctionnalité attendue : le bloqueur de pop-up renforcé.

Nous avons déjà évoqué les nouvelles règles en la matière, avec de nombreuses pratiques qui seront désormais interdites par le navigateur et feront l'objet d'une alerte, voir de mesures bien plus drastiques en cas de récidive.

Au passage, l'équipe indique que l'API Resize Observer est supportée, tout comme la propriété import.meta. Le HDR est également de la partie sous Windows 10 en mode HDR, pour les contenus utilisant VP9 Profile 2 10-bits, ce qui est notamment le cas de YouTube.

Copié dans le presse-papier !

Dans un e-mail envoyé à ses futurs clients, que nous nous sommes procurés, Atari annonce que l'ouverture des précommandes de la console est reportée à une date indéterminée.

L'entreprise explique ce retard par « le temps nécessaire pour créer la plateforme et l'écosystème que la communauté Atari mérite ». Plus de détails seront communiqués par la marque ultérieurement, là aussi sans davantage de précisions.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant continue de déployer sa série « x18 ». Dans l'entrée de gamme, nous retrouvons le DS218 avec deux emplacements et un SoC Realtek RTD1296 (64 bits) avec quatre cœurs à 1,4 GHz et 2 Go de mémoire vive (non extensible). Il s'agit donc d'une belle montée en gamme par rapport au DS216.

De son côté, la FS1018 est la première FlashStation au format NAS de bureau (les deux autres sont des racks). Elle propose 12 emplacements de 2,5 pouces pour SSD. Un processeur Intel Pentium D1508 est aux commandes, avec 8 Go de mémoire vive (extensible jusqu'à 32 Go).

Quatre ports réseau Gigabit sont de la partie, mais il faudra acheter une carte d'extension en plus pour profiter du 10 Gb/s. Des fonctionnalités dédiées sont proposées, comme le RAID F1 qui distribue des charges de travail inégales afin d'éviter une usure simultanée des SSD. Tous les détails se trouvent par ici.

Pour le moment, le tarif de ces deux nouveaux NAS n'a pas été annoncé, pas plus que la disponibilité. Ils devraient néanmoins arriver rapidement chez les revendeurs.

Copié dans le presse-papier !

Les députés ont récemment corrigé la situation en matière de calcul de la TVA pour les opérateurs qui intègrent une offre de presse à leurs forfaits afin d'améliorer leurs marges, dans le cadre du projet de loi de finances 2018.

Les sénateurs ont de leur côté renforcé le dispositif et introduit une date d'application au 1er juin plutôt qu'au 1er janvier. Celle-ci a été confirmée lors de l'examen par la commission des finances de l'Assemblée nationale. Un amendement a bien tenté de revenir à une mise en place dès le 1er janvier, mais il a été rejeté.

Il y a quelques jours, Alain Weill plaidait sa cause à l'Assemblée afin d'expliquer que sa volonté était avant tout de sauvegarder le secteur de la presse en proie à des difficultés financières. C'est donc lors de la prochaine séance publique que tout va se jouer.

Là encore, un amendement déposé par plusieurs députés tentera de faire revenir le texte à une application au 1er janvier, le gouvernement semblant s'orienter vers un consensus en coupant la poire en deux : au 1er mars. « S’il est légitime de ménager un délai d’entrée en vigueur afin de permettre aux opérateurs d’adapter ces offres aux nouvelles règles fiscales et de mettre à jour les logiciels de facturation, un délai de deux mois est suffisant » est-il précisé dans l'exposé des motifs.

La stratégie des opérateurs est désormais de mettre en avant la situation des journaux français pour défendre leurs choix. Gérald Darmanin indiquait au Sénat que Bercy ne comptait pour autant pas mettre en pause les redressements fiscaux en cours.