du 06 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Le constructeur a fait savoir à nos confrères américains qu'il avait spécialement travaillé sur l'optimisation de titres de la communauté eSport. Ainsi, les performances doivent être en hausse sur DOTA 2, Overwatch ou encore PUBG.

Ce projet Radeon eSports Experience (ReSX) prend forme à travers la publication des pilotes Adrenalin 18.3.1. Mais les notes de version de ces derniers n'évoquent qu'un gain sous DOTA 2, jusqu'à 6 % avec une Radeon RX 580. Pour le reste, Final Fantasy XV et Warhammer : Vermintide II sont supportés et quelques bugs ont été corrigés.

Nous tenterons rapidement d'avoir AMD afin de comprendre cet écart entre les améliorations annoncées dans la presse et celles évoquées dans les notes de version du pilote.

AMD vante son projet ReSX dédié à l'eSport et publie ses pilotes 18.3.1
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Beaucoup espéraient que ce serait l'occasion pour Apple de lancer le test bêta public, mais seuls les développeurs sont pour l'instant concernés.

Les principales nouveautés sont concentrées dans iOS 12, dont le panneau Temps d'écran évolue, améliorant la présentation des informations et se montrant plus souple. Les applications les plus utilisées sont poussées en tête de liste, et on peut basculer sur la vue catégorie depuis un onglet.

Plusieurs autres panneaux ont évolué, comme les statistiques de la batterie, la saisie du code PIN (désormais en plein écran sur fond blanc) ou encore la saisie automatique des codes uniques envoyés par SMS.

Du côté de Mojave, le mode sombre continue d'envahir l'interface, notamment dans le panneau d'informations générales du système et dans l'application Plans. La nouvelle bêta règle également de nombreux problèmes avec les applications tierces.

Quant à tvOS 12 et watchOS 5, aucune nouveauté particulière dans cette préversion, si ce n'est le lot habituel de soucis réglés. Nous ne sommes après tout qu'au début du test.

Notez que le code d'iOS 12, dans lequel certaines se sont déjà amusés à plonger, contient des références à des modèles Watch4,1, Watch4,2, Watch4,3 et Watch4,4. Soit quatre nouveaux modèles de montre, puisque les actuels sont estampillés 3,1 à 3,4. Elles pourraient être présentées en septembre, en même temps que les successeurs des iPhone 8 et X.

Comme d'habitude, les préversions se récupèrent dans les sections dédiées de chaque appareil.

Les testeurs publics peuvent par ailleurs récupérer Mojave, seule plateforme disponible pour l'instant dans Apple Beta. Rappelons quand même la mise en garde de rigueur : ces systèmes sont incomplets et peuvent planter, sans parler des incompatibilités potentielles avec les applications.

Copié dans le presse-papier !

Le géant du Net propose enfin sa propre application pour écouter des podcasts sur son terminal mobile. Pour rappel, Apple a déjà la sienne depuis des années pour iOS.

Podcasts pour Android ne révolutionne pas le genre et propose seulement des fonctions de base pour le moment : écouter des contenus et vous abonner aux émissions de votre choix, avec un mode hors ligne.

Les sessions sont synchronisées entre les différents appareils grâce à Google Assistant. Bien évidemment, l'intelligence artificielle est mise en avant pour des recommandations que l'on promet (comme toujours) en adéquation avec vos centres d'intérêt.

Par la suite, Google compte proposer des sous-titres automatiques et une traduction via Google Translate. Des fonctionnalités identiques sont déjà disponibles sur certaines vidéos YouTube par exemple.

Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite il y a quelques jours, mais elle n'entre en vigueur qu'aujourd'hui à l'ouverture de la bourse. NVIDIA prend ainsi la place de Time Warner dans cet indice regroupant les 100 plus grandes sociétés américaines côtées en bourse.

Depuis mi-2016, le titre du fabricant de cartes graphiques décolle en bourse puisqu'il est passé de moins de 50 dollars à plus de 260 dollars aujourd'hui.

Cette annonce fait suite au rachat de Time Warner par AT&T (pour 85 milliards de dollars), une place s'est donc libérée. Par effet domino, une place est également disponible dans le S&P500, récupérée par FleetCor Technologies.

Copié dans le presse-papier !

La société, rachetée récemment par Microsoft, propose depuis peu deux importants nouveaux produits. Le premier, GitHub for Unity, permet aux développeurs de jeux d'utiliser Git sans placer toutes leurs ressources en ligne, un vrai problème lorsque l'on parle de textures, de vidéos ou de sons.

GitHub for Unity peut s'installer sur site et fonctionne avec n'importe quel serveur Git. Un client LFS y est présent, autorisant le stockage des données sur une machine dédiée et séparée. Les fichiers y résidant apparaissent dans dans le dépôt sous forme d'empreintes (hash).

La plupart des flux Git sont gérés depuis Unity via des boutons ajoutés pour l'occasion. Les fichiers sont verrouillés au besoin et la ligne de commande est également disponible. GitHub for Unity pèse un petit 1,5 Mo et est fourni gratuitement. Son code est open source, sous licence MIT.

Dans la foulée, GitHub Education récupère les versions Enterprise et Business du service pour les inclure dans un programme à destination des universités. Gratuite, l'offre concerne tous les établissements, sans restriction de taille ou de spécialité.

Le nouveau programme intègre le Student Developer Pack lancé en 2014 et contenant des outils pour les étudiants, GitHub Classroom pour la gestion centralisée par les enseignants et les ressources des Campus Experts.

Les établissements intéressés pourront visiter le site de la nouvelle offre pour s'inscrire et déployer les outils.

Copié dans le presse-papier !

Apple risque aux États-Unis une plainte pour abus de position dominante. Pas sur ses produits, mais sur les commissions récupérées via l’App Store, les fameux 30 % que les développeurs doivent concéder à la firme.

Il y aurait distorsion de la concurrence : Apple agit comme seul intermédiaire possible entre les utilisateurs et les applications achetées. Il en résulterait une hausse du prix moyen de ces dernières, aucune concurrence ne jouant. Les utilisateurs seraient ainsi lésés.

Les racines du souci remontent à 2011, mais l’histoire subit depuis l’année dernière une nouvelle accélération. Un premier juge avait estimé que les clients n’avaient pas d’assise juridique suffisante : c’était aux développeurs de se manifester.

Pour une cour d’appel de San Francisco, ce n’est cependant pas suffisant : Apple est un distributeur d’applications, qu’il fournit directement aux clients. L’entreprise est donc susceptible d’être attaquée par ces derniers pour abus de position dominante.

Apple risque donc bien un procès, ce qu’elle veut évidemment éviter. Non seulement pour s’épargner des frais, mais également pour éviter toute mauvaise publicité. Elle a donc demandé à la Cour suprême à être reçue pour donner sa version des faits, ce que la Cour a accepté.

Il n’y a bien sûr aucune garantie pour la Pomme, mais elle dispose d’un angle d’attaque : un jugement de 1977 de la Cour suprême. La plus haute instance américaine y limitait les dommages pour les pratiques anti-compétitives aux seules victimes ayant directement payés un surplus.

Ce qui explique les écarts entre les verdicts rendus jusqu’ici : parle-t-on des utilisateurs ou des développeurs ? Apple devra convaincre la Cour que seuls les développeurs sont concernés.