du 17 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Comme annoncé par la société, son moteur de rendu peut désormais être exploité via ces deux logiciels et les machines d'Apple, en exploitant l'API Metal 2.

En bêta depuis le début de l'année, ces plugins sont désormais finalisés. Cela fonctionne aussi bien avec une carte interne à la machine qu'une solution externe.

Notez qu'AMD a également annoncé récemment un partenariat avec Adobe autour de Premiere CC pour la prise en charge des Radeon Pro SSG basées sur l'architecture Vega avec 2 To (SSD NVMe) et 16 Go de mémoire classique.

De quoi permettre le traitement de formats natifs 4K et 8K de manière plus efficace selon le constructeur.

AMD publie ses plugins ProRender pour Blender et Maya sur macOS
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Mirai a défrayé la chronique dès octobre 2016. Le malware s’en prenait à de nombreux objets connectés, dont des caméras de sécurité, créant de vastes botnets capables de déclencher des attaques par déni de service distribué (DDoS). Dyn en avait particulièrement fait les frais, OVH avait mieux résisté.

Malheureusement, même si les créateurs de Mirai ont été incarcérés depuis, son code source est en liberté depuis plus de deux ans. Des chercheurs (Palo Alto Network Unit 42) signalent donc une nouvelle variante s’attaquant spécifiquement à du matériel d’entreprise.

Le nouveau vise tout particulièrement des équipements comme les WiPG-1000 Wireless Presentation de WePresent et les téléviseurs Supersign de LG. Sont également concernés des routeurs Linksys, ZTE et DLink, de nouvelles caméras IP et des équipements de stockage réseau.

Le malware ajoute 11 méthodes d’exploitation (pour un total de 27) ainsi qu’une liste d’identifiants « inhabituels » pour les attaques par force brute. Selon les chercheurs, les réseaux d’entreprise sont souvent beaucoup plus rapides que chez les particuliers, rendant d’autant plus efficace la propagation et le lancement d’attaques.

Mirai avait surtout mis en lumière les défauts inhérents de sécurité des objets connectés, même quand leurs clients les mettaient à jour. Certains produits ne le peuvent même pas, comme nous l’expliquait Laurent Chemla aux rencontres mondiales du logiciel libre en 2017.

La nouvelle variante n’est guère différente : les brèches utilisées sont exploitées depuis longtemps (septembre 2018 pour LG, 2017 pour WePresent) et corrigées depuis presque aussi longtemps.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant continue de décliner sa gamme d'ordinateurs portables hybrides. Après les Pavilion x360 11, 14 et 15, voici les versions 2019 de l'Envy x360 15 avec une une dalle 1080p de 15,6" aux bords toujours plus fins.

Contrairement aux Pavilion qui n'exploitent qu'un CPU Intel, l'Envy laisse le choix aux consommateurs entre un Ryzen 5 3500U, Ryzen 7 3700U, Core i5-8265U ou Core i7-8565U, détaille AnandTech. La partie graphique est respectivement une Vega 8/10 ou UHD Graphics d'Intel.

Les deux machines partagent une bonne partie de leurs caractéristiques techniques : 8 Go de DDR4, 256 Go de SSD M.2 PCIe (NVMe), Wi-Fi 802.11ac, deux haut parleurs et une partie audio signée Bang & Olufsen, trois ports USB 3.1 Gen 1 dont un Type-C, une sortie HDMI, un lecteur de carte, etc.

Il existe tout de même certaines différences. Le Bluetooth 5 est de la partie avec un CPU Intel, contre 4.2 avec de l'AMD. De plus, la machine Intel peut avoir en option un SSD de 512 Go avec 32 Go d'Optane. Enfin, le châssis est noir avec un processeur AMD, alors qu'il est argenté dans le cas contraire.

Le fabricant annonce une autonomie de 13h avec une batterie de 55,67 Wh, quelle que soit la configuration. Les tarifs débutent à 800 dollars pour un Ryzen 5 3500U et 870 dollars pour un Core i5-8265U.

The Verge ajoute que la version Intel de l'Envy x360 15 est la seule à intégrer Alexa pour le moment, sans que l'on sache pourquoi. Nos confrères ajoutent aussi qu'un HP Envy x360 13 est de la partie, mais avec un processeur AMD uniquement et sans plus de détails pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

En septembre dernier, Google avait annoncé la fin d'Inbox pour se consacrer à Gmail. La société se justifiait en indiquant que sa messagerie historique avait déjà récupéré les améliorations et fonctionnalités d'Inbox au fils des mois. Aucun chiffre n'était par contre donné concernant l'utilisation de son autre service.

Le géant du Net ajoutait alors qu'il ne proposerait « plus d'assistance pour Inbox à partir de 2019 » et qu'Inbox by Gmail « fermerait à la fin du mois de mars 2019 ». Finalement un très court sursis aura été accordé puisque la fermeture est programmée pour le 2 avril, en même temps que Google+, comme l'indique 9To5Google.

Copié dans le presse-papier !

Après un peu moins de deux ans et demi sans mise à jour, cette implémentation du protocole SSH2 vient de passer en version 1.8.1. Par rapport à la 1.8.0 d'octobre 2016, les notes de version font état de neuf brèches colmatées.

Elles portent les références CVE-2019-3855, CVE-2019-3863, CVE-2019-3856, CVE-2019-3861, CVE-2019-3857, CVE-2019-3862, CVE-2019-3858, CVE-2019-3860 et CVE-2019-3859.

Copié dans le presse-papier !

Le Tor Project vient de publier la nouvelle version de son navigateur, qui n'apporte que des mises à jour mineures de ses composants, corrigeant quelques bugs. C'est désormais Firefox 60.6 ESR qui est utilisé comme base.

Mise à jour de routine également pour Tails, avec quelques correctifs et une mise à jour de Tor Browser en version 8.0.7, de Thunderbird en 65.1, du noyau Linux en 4.19.28.

Un nouveau microcode est utilisé pour les processeurs Intel, permettant d'éviter de nouvelles variantes de Meltdown/Spectre, mais aussi de L1TF.