du 15 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Amazon mise sur la France : 2 000 CDI et une série

Dans un communiqué, le groupe déclare passer de 5 500 à 7 500 employés en contrat à durée indéterminée dans l'Hexagone. Les postes vont du préparateur de commande aux ingénieurs expérimentés.

« Ces emplois seront créés dans le réseau existant des cinq centres de distribution, des centres de tri ainsi que dans les agences de livraison d’Amazon situés partout sur le territoire » précise le groupe. Ils le seront également à Clichy et au sein d'Amazon Web Services (AWS).

Selon Amazon, 10 000 sociétés vendent des produits sur sa place de marché, pour un chiffre d'affaires de plus de 250 millions d'euros l'an dernier.

Au passage, on apprend qu'une première création française est attendue dans l'offre de SVOD Prime Video : Deutsch-les-Landes. On y retrouvera Marie-Anne Chazel, Sylvie Testud et Roxane Duran, dans une comédie de dix épisodes écrite par les scénaristes de Bienvenue chez les Ch'tis. Newen Group, via Telfrance connue pour Plus Belle la vie, Deutsche Telekom et Bavaria Fiction coproduisent le projet.

Cette histoire nous racontera l'aventure d'un village au bord de la faillite, où un grand PDG allemand va délocaliser sa production automobile par amour de la région, de quoi engendrer un « choc des cultures ». Une mécanique déjà assez largement exploitée dans le cinéma français.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La désinformation se déverse sur les réseaux sociaux, à l'approche du second tour de l'élection présidentielle au Brésil, le 28 octobre, selon le New York Times et Reuters. Des millions de messages seraient diffusés, et la lutte difficile.

Le NYT prend l'exemple d'une photo diffusée sur WhatsApp, donnant les mauvais numéros de candidat. Elle associait le numéro 17 au candidat Luiz Inácio Lula da Silva. En fait, ce numéro est celui du candidat d'extrême-droite Jair Bolsonaro. Da Silva n'était même plus dans la course à ce moment.

La messagerie instantanée, propriété de Facebook, poserait deux problèmes : la diffusion de messages dans des groupes d'au plus 256 personnes (donnant un sentiment d'intimité) et le chiffrement de bout en bout des discussions, empêchant tout contrôle automatique.

44 % des électeurs brésiliens seraient utilisateurs de WhatsApp, en partie grâce à des forfaits téléphoniques dédiés à Facebook et au service. Son impact serait le plus important de tous les réseaux sociaux dans le pays.

Les autorités préviennent depuis des mois de tentatives de manipulation. Il y a quelques jours, le journal Folha de São Paulo a révélé le plan d'entreprises d'investir des millions de dollars pour envoyer des messages texte, qui seraient destinés à tromper les électeurs. WhatsApp assure que la manoeuvre est illégale et qu'il compte attaquer et bannir les entreprises responsables.

Le Brésil fait figure de test pour le dispositif anti-désinformation électoral de Facebook, attendu de pied ferme pour l'élection américaine de mi-mandat, début novembre.

La société a fait de sa war room une véritable attraction touristique pour journalistes. Elle est devenue le symbole de ses efforts contre les « fake news », inexistants lors de l'élection présidentielle fin 2016.

Toutes les semaines, elle annonce une nouvelle brique à sa lutte contre ces messages, dernièrement en visant ceux trompant les internautes sur les méthodes de vote.

Facebook assure que ses efforts paient, en brandissant plusieurs études récentes qui montrent un recul de la diffusion de « fake news ». Cela comprend un article des Décodeurs du Monde, qui note un recul de sites marqués comme peu fiables.

La société a aussi étudié le cas d'une vidéo détournée, accompagnée d'un message islamophobe sur des réseaux sociaux

Enfin, le Journalism Project de Facebook s'associe à Storiful pour entraîner des journalistes à distinguer les vrais messages d'internautes de ceux contrefaits.

Copié dans le presse-papier !

La commission européenne a donné son feu vert, sans conditions, au rachat de GitHub par Microsoft. Bruxelles estime en effet qu'avec cette acquisition, le géant américain « resterait confronté à une concurrence importante de la part d'autres acteurs » sur les marchés des plateformes de développement de logiciels, des éditeurs de code et des environnements de développement intégré.

La commission s'est également penchée sur l'intérêt qu'aurait Microsoft à restreindre l'utilisation de GitHub avec des outils tiers. Son verdict est clair : « Microsoft ne disposerait pas d'un pouvoir de marché suffisant pour porter préjudice à la nature ouverte de GitHub, au détriment d'outils DevOps et de service en nuage concurrents. La raison en est qu'un tel comportement réduirait la valeur de GitHub aux yeux des développeurs désireux et en mesure de changer de plateforme ».

Copié dans le presse-papier !

Ce week-end, un policier de la ville qui ne dort jamais a remarqué une fumée sortant de sa caméra-pétion Vievu LE-5 ; il l'a alors immédiatement enlevée. « Après l'avoir retiré en toute sécurité, l'appareil a explosé » explique le NYPD, qui ajoute qu'aucun blessé n'est à déplorer.

Les soupçons se portent vers la batterie, mais une enquête est en cours pour les déterminer avec précision. Par précaution, tous les officiers équipés d'une caméra-piéton Vievu LE-5 ont eu pour instruction de l'enlever et de la ramener à leur poste afin qu'elles puissent être analysées.

Le NYP précise que les Vievu LE-4 ne sont pas concernées et sont toujours utilisées par les forces de l'ordre.

Copié dans le presse-papier !

Maintenant qu’Ubuntu 18.10 est disponible, Canonical révèle de nombreuses statistiques sur la version précédente, la 18.04 LTS. Rappelons que le système embarque un outil télémétrique, activé manifestement sur 66 % des machines, ce dont l’éditeur se félicite.

Les statistiques ressemblent finalement à celles déjà vues sur le matériel. Par exemple, 98 % des machines sont d’architecture amd64 et le serveur d’affichage X11 est utilisé dans 99 % des cas. 93 % des utilisateurs ont un seul écran et 94 % un seul GPU.

Côté processeurs, c’est là encore classique : 63 % ont entre un et trois cœurs (Canonical parle de « CPUs »), 27 % entre quatre et six, et seulement 7 % ont davantage. La mémoire vive témoigne de configurations souvent modestes : 51 % ont entre 1 et 4 Go de RAM

Côté définitions, on ne sera pas étonné : 28 % ont du 1920 x 1080 et 25 % du 1366 x 768, très courant sur les portables d’entrée de gamme et vieux modèles. Petite surprise quand même : 11 % tout de même ont du 800 x 600.

Canonical sait également si les installations sur des machines physiques ou virtuelles, même si ces données ne semblent pas assez fiables pour être chiffrés. On voit sur le graphique que les installations physiques sont beaucoup plus nombreuses néanmoins.

L’un des points les plus intéressants sans doute pour l’éditeur reste la proportion des installations neuves. Elle est écrasante : 80 % des utilisateurs choisissent de repartir d’une base vierge. 20% de mises à jour est un score faible, et on ignore les motivations. Pour Canonical, ce pourrait être simplement lié à l’impatience ou, plus problématique, à des soucis de fiabilité dans les mises à jour.

Copié dans le presse-papier !

Le constructeur vient d'ajouter une discrète mention de cette mémoire au sein de la fiche consacrée à la carte sur son site américain. La version française n'est pas encore à jour.

Les caractéristiques techniques sont inchangées, ce qui pourrait signifier qu'il ne s'agit que de permettre différentes sources d'approvisionnement aux constructeurs.

Il faudra rester vigilant sur l'arrivée de tels modèles sur le marché français, tant que NVIDIA et ses partenaires n'en auront pas dit plus sur leurs intentions.