du 02 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

NTT, PCCW Global (Hong Kong) et PLDT (Philippines) contribuent aussi au financement du système de 14 000 km, qui doit connecter l'Asie à l'Amérique du Nord. Il doit relier deux points au Japon, un point aux Philippines et un autre aux États-Unis (Los Angeles).

Selon NTT, il doit être opérationnel début 2020, pour une capacité initiale de 60 Tbps. Le groupe vante une capacité de 400 Gbps entre le Japon et les États-Unis, en WDM (multiplexage en longueurs d'ondes). La société y connectera ses propres centres de données.

L'ensemble sera construit par TE SubCom, qui souligne le besoin grandissant de débit entre ces pays.

Amazon, Facebook et SoftBank cofinancent les câbles transpacifiques Jupiter
chargement Chargement des commentaires...