du 04 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Le revendeur propose déjà depuis un an un Fire TV 4K UHD (sous la forme d'un petit boîtier carré), mais il est cette fois-ci question d'un Fire TV Stick encore plus petit : 108 x 30 x 14 mm pour 53,6 grammes au lieu de 65 x 65 x 15 mm pour 87,1 grammes.

Le Fire TV Stick 4K prend en charge les HDR, HDR 10, Dolby Vision, HLG et HDR10+. Une télécommande est incluse dans le bundle, avec un micro pour Alexa évidemment. Mais ce n'est pas tout : le fabricant ajoute (enfin) des boutons pour contrôler le volume et couper le son.

Le Fire TV Stick 4K est vendu (en précommande) pour 49,99 dollars, soit 10 dollars de plus seulement que le  Fire TV Stick classique. Il sera disponible le 31 octobre. La nouvelle télécommande sera également proposée seule, pour 29,99 dollars.

Les États-Unis et le Royaume-Uni sont concernés, mais rien n'est précisé pour la France.

Amazon : clé Fire TV Stick 4K (HDR10+) avec une nouvelle télécommande pour 49,99 dollars
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Encore une mise à jour pour les deux systèmes mobiles, la quatrième déjà depuis la sortie d’iOS 13 (voir notre dossier). Comme on s’en doute avec le numéro de version, il s’agit uniquement de corrections de bugs.

Parmi les problèmes résolus, on note un téléphone qui pouvait ne pas sonner ou vibrer lors de la réception d’un appel, des invitations à des réunions qui pouvaient ne pas s’ouvrir, des données de Santé qui n’affichaient parfois pas après un changement d’heure, le blocage du téléchargement d’applications après une restauration iCloud ou encore des déconnexions Bluetooth avec certains véhicules.

Comme d’habitude, la mise à jour se récupère depuis Réglages > Général > Mise à jour logicielle. À titre indicatif, le téléchargement pèse une centaine de Mo sur un iPhone XS.

Copié dans le presse-papier !

Une collecte d’IP opérée sur les réseaux P2P par une société de défense est-elle compatible avec le règlement européen ? La question a été posée à la Cour de justice de l’Union européenne depuis la Belgique.  

Mircom International détient des droits sur des films pornos édités aux États-Unis. Cette société chypriote a collecté une masse d’adresses IP. Autant d’abonnés soupçonnés d’avoir téléchargé en P2P des fichiers issus des catalogues qu’elle se doit défendre contractuellement. 

L’entreprise a donc réclamé leur identité auprès des FAI, dont le belge Telenet. L’étape d’après est connue : les individus sont contactés directement pour se voir proposer un règlement amiable et surtout financier (voir cet article de TorrentFreak). 

Telenet s’est visiblement opposé à cette communication. Le dossier a pris une direction judiciaire devant la cour de première instance d’Anvers. À cette occasion, les juridictions belges ont adressé une série de questions préjudicielles à la Cour de justice de l’Union européenne.

Ce dossier pourrait, selon le sens des réponses attendues, avoir d’importantes répercussions en Europe pour le traitement juridique des échanges en pair-à-pair.

Il est en effet demandé aux juges européens si l’ « upload », concomitant à un téléchargement descendant, équivaut à une « communication au public » s’agissant des petites briques de chaque fichier, inexploitables tant que l’œuvre n’a pas été entièrement reconstituée.

De même, les juges belges veulent savoir s’il existe un minimum à partir duquel une telle dissémination devient « communication ». Dès le premier octet ? Une qualification importante puisqu'elle conditionne juridiquement la possibilité de diligenter ensuite des actions beaucoup plus rugueuses, notamment pour contrefaçon. 

D’ailleurs, ils souhaitent déterminer si cette qualité doit également être retenue lorsque la mise en partage est proposée automatiquement, sans que l’utilisateur à l’origine n’en ait finalement connaissance. 

Les autres questions touchent à l’indemnisation du préjudice, mais surtout au règlement général sur la protection des données personnelles. Reprenons : la société chypriote aspire des masses d’adresses IP. Les personnes concernées, détentrices de ces IP, n’ont évidemment pas consenti à ces traitements. 

Comment justifier sa licéité au regard du RGPD ?  

L’article 6 du texte pose qu’un traitement de données personnelles n’est licite que dans une série de cas. En particulier lorsqu’il est « nécessaire aux fins des intérêts légitimes poursuivis par le responsable du traitement ou par un tiers ».

La disposition est cependant mise en balance : l’intérêt légitime du responsable s’efface dès lors « que ne prévalent les intérêts ou les libertés et droits fondamentaux » des personnes physiques concernées.

Dans un tel cas, comment doit s’opérer cette proportionnalité ? Réponse dans quelques mois.

Copié dans le presse-papier !

L'organisme à but non lucratif explique qu'il s'agit de sa « plus grande mise à jour à ce jour, allant de petites productions indépendantes récentes à des titres de renom oubliés depuis des décennies ». 

Dans le lot, on retrouve notamment WipEout, UEFA Champions League 1996-97, The Secret of Monkey Island, The Punisher, etc. Ils viennent donc rejoindre d'autres jeux qui étaient déjà disponibles comme Alone in the Dark 1 et 2, Wolfenstein 3D, etc. 

Copié dans le presse-papier !

Dans ses annonces hier soir, le moteur de recherche, centré sur le respect de la vie privée, a présenté plusieurs nouveautés, dont un thème sombre remanié pour mieux s’accorder avec celui des navigateurs, désormais courant. Il détectera d’ailleurs quel thème est utilisé pour basculer automatiquement.

La recherche s’améliore également avec quelques ajouts, notamment l’important « L’année dernière » pour les filtres de recherche, qui permet de n’afficher que les résultats datés de l’année écoulée.

Enfin, pour répondre aux plaintes sur les lenteurs du service en Inde, DuckDuckGo annonce qu’un nouveau serveur a été installé dans le pays. Les utilisateurs concernés devraient constater une hausse notable des performances.

Copié dans le presse-papier !

Dans l’actuelle branche de développement menant à la mise à jour semestrielle du printemps 2020, Microsoft a ajouté le support des caméras IP, qui faisait cruellement défaut jusqu’ici.

À compter de la préversion 18995, les utilisateurs ayant ce type d’équipement peuvent les ajouter via l'assistant Nouveau périphérique s’ils sont compatibles avec le Profil S défini par l’ONVIF. Selon Microsoft, plus de 12 000 modèles de caméras sont concernés.

La prise en charge permet la consultation du flux vidéo et son intégration dans n’importe quelle application s’appuyant sur les API de Windows pour la gestion des webcams. Microsoft promet de « hautes performances » et la compatibilité avec les architectures x86, x64, ARM et ARM64.