du 21 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

Altice va partiellement vendre ses pylônes pour 2,5 milliards d'euros, afin de réduire sa dette

Pour faire entrer de l'argent, le groupe de Patrick Drahi va créer deux nouvelles filiales : SFR TowerCo avec les 10 198 sites en France et Towers of Portugal avec 2 961 sites portugais. La première sera détenue à 49,99 % par le fonds d'investissement KKR (Altice reste donc majoritaire), tandis que 75 % de la seconde appartiendront à un consortium contenant notamment Morgan Stanley et le fonds Horizon Equity Partners.

SFR TowerCo sera valorisée à 3,6 milliards d'euros, contre 660 millions pour Towers of Portugal, soit respectivement 18 et 18,9 fois l'EBITDA. Un multiple très élevé et donc une bonne opération pour la marque au carré rouge. Dans les deux cas, un contrat-cadre d'une durée de vingt ans sera signé entre le groupe Altice et les filiales disposant des pylônes.

Ces deux opérations sont évidemment soumises à l'approbation des autorités compétentes. Altice espère les finaliser durant le quatrième trimestre de l'année. Dans tous les cas, ses « deux transactions génèreront d'importants revenus pour Altice Europe et souligneront son engagement en faveur du désendettement et de la gestion du bilan ».

Rappelons que la dette d'Altice Europe est en effet de plus de 30 milliards d'euros au 1er trimestre de l'année. Il y a quelques mois (en novembre), la société s'était sévèrement fait corriger en bourse suite à la publication de mauvais résultats. Attendons de voir si ce bol d'air suffira.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L’équipe est manifestement concentrée sur la version Android du navigateur. Tant et si bien que la nouvelle mouture pour Linux, macOS et Windows ne contient aucune nouvelle fonction.

Dans son billet de blog, l’éditeur liste seulement la liste des bugs corrigés, ce dont personne ne se plaindra. Elle évoque également quelques optimisations dans la synchronisation des données, pour des échanges plus rapides avec la version mobile, compatible avec Sync.

Comme d’habitude, la nouvelle version se récupère depuis l’à propos dans l’interface. Ceux qui souhaitent tester ce navigateur très orienté vers les fonctions avancées et la gestion poussée des onglets pourront le récupérer depuis son site officiel.

Copié dans le presse-papier !

Chaque fois qu’un nouveau macOS arrive, la version intégrée de Safari est répercutée sur les deux versions précédentes du système. Catalina n’est pas encore là, mais High Sierra (10.13.6) et Mojave (10.14.5) peuvent récupérer Safari 13 depuis hier soir.

Parmi les nouveautés, un écran d’accueil revisité (avec notamment des suggestions de Siri), des notifications pour alerter l’utilisateur quand il se connecte avec un mot de passe faible, le support des thèmes sombres des sites web ou encore l’accès simplifié aux onglets déjà ouverts lors d’une recherche.

Safari 13 peut être récupéré depuis les mises à jour système.

Copié dans le presse-papier !

La plateforme n'a donné aucune information supplémentaire, que ce soit sur le calendrier ou sur le prix visé. 

Dans un communiqué, la société se félicite d'avoir dépassé le milliard de dollars de chiffre d'affaires sur le second trimestre de l'année. C'est la deuxième fois de son histoire qu'elle franchit un tel cap. 

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a publié hier soir une série de 44 vidéos dédiées à l’apprentissage des bases du Python. Ce langage de développement, actuellement l’un des plus utilisés, a toujours le vent en poupe.

Ces vidéos, disponibles en anglais (sous-titres disponibles), peuvent être vues comme la conséquence de la prise en charge, le mois dernier, de PyTorch 1.2 dans Azure. PyTorch est pour rappel un framework de machine learning open source créé par Facebook et qui s’utilise surtout avec Python.

Les 44 vidéos sont disponibles sous forme de liste de lecture sur YouTube. Elles ne durent jamais plus de quelques minutes chacun. Pour les intéressés, Microsoft se sert de Visual Studio Code pour ses démonstrations.

Copié dans le presse-papier !

Hier matin, Next INpact révélait le jugement du TGI de Paris ordonnant à Valve d’autoriser la revente de jeux achetés sur Steam. 

Dans un communiqué publié après coup, l’UFC-Que Choisir a annoncé qu’elle étendrait cette action à d’autres plateformes.

Comme nous l’anticipions, Valve a décidé de faire appel. Doug Lombardi, responsable du marketing chez l’éditeur de jeux vidéo, a indiqué à PC Gamers qu’il allait faire appel : 

« Nous sommes en désaccord avec la décision du tribunal de grande instance de Paris et nous ferons appel. La première décision sera donc sans effet sur Steam tant que l’affaire ne sera pas rejugée ».

Et pour cause, cette procédure va geler la décision du 17 septembre, qui n’est pas assortie d'une exécution provisoire.