du 17 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Altice a gagné 71 000 abonnés sur le fixe et 239 000 sur le mobile au premier trimestre

Le groupe vient de publier son bilan du premier trimestre de l'année. L'opérateur annonce un résultat consolidé de 3,53 milliards d'euros, dont 2,59 milliards pour Altice France (SFR). Le Portugal est en seconde place avec 495 millions d'euros.

C'est légèrement moins qu'au troisième trimestre de l'année dernière où il était question de 3,57 milliards d'euros, dont 2,61 milliards en France. Le groupe explique par contre que son chiffre d'affaires au premier trimestre « est stable (+ 0,0 %) en glissement annuel à taux de change constant ».

La marque au carré rouge affirme qu'en France, le nombre de clients sur le fixe « a augmenté pour la première fois depuis qu'Altice a pris le contrôle avec 71 000 ajouts nets », contre 35 000 de moins au premier trimestre 2017. La « fibre », c'est-à-dire le FTTH et FTTLA selon la définition du groupe, compte 96 000 abonnés supplémentaires. Sur le mobile aussi le groupe revendique « la meilleure performance trimestrielle depuis le rachat de SFR » avec 239 000 nouveaux clients, contre 68 000 il y a un an.

Ces chiffres cachent une autre réalité : le FAI avait 6,014 millions d'abonnés sur le fixe au 31 mars 2018, contre 6,079 millions un an plus tôt. Sur le mobile, le total passe de 14,541 millions au 31 mars 2017 à 14,440 millions en mars 2018. Dans les deux cas, SFR a donc perdu des clients sur les 12 derniers mois : 65 000 sur le fixe et 74 000 sur le mobile.

L'ARPU (revenu moyen par abonné) est aussi en baisse sur un an : de 35,9 euros sur le fixe en 2017, il est désormais à 34,7 euros, notamment à cause du changement sur la TVA explique le groupe. En téléphonie mobile, il passe de 25,5 euros à 24,1 euros.

Enfin, la dette du groupe est de 32,2 milliards d'euros. Il faudra maintenant attendre les prochains chiffres pour voir si le changement de cap (et les nouvelles offres de la fin mars) permettra de meilleurs recrutements et une hausse de l'ARPU.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Partant du constat que « parfois un essai gratuit peut à son insu devenir un abonnement récurrent difficile à annuler », la société a décidé d'agir avec la mise en place de nouvelles règles.

Tout d'abord, les commerçants devront « obtenir l'approbation du titulaire de carte à la fin de l'essai avant de commencer à le facturer ».

De plus, « les commerçants devront lui envoyer, par courrier électronique ou texto, le montant de la transaction, la date de paiement, le nom du commerçant ainsi que des instructions explicites sur la procédure à suivre pour annuler son essai ». Cette procédure doit ensuite être répétée à chaque paiement.

Ce n'est pas tout : sur chaque facture, doit apparaître l'adresse du site du commerçant ou le numéro de téléphone du magasin. Des règles de bonnes conduites dont on se demande finalement pourquoi elles n'ont pas été implémentées plus tôt.

Copié dans le presse-papier !

C’est avec quelques mois de retard qu’Apple commercialise finalement ses protections avec batterie intégrée. Pas de jaloux, la coque est vendue 149 euros dans chaque cas, en version noire ou blanche.

Apple ne donne pas de capacité en mAh, mais simplement des nombres d’heures pour des types d’utilisation :

  • iPhone XS : jusqu’à 33 heures de conversation, 21 heures de navigation Internet et 25 heures de lecture vidéo
  • iPhone XS Max : jusqu’à 37 heures de conversation, 20 heures de navigation Internet et 25 heures de lecture vidéo
  • iPhone XR : jusqu’à 39 heures de conversation, 22 heures de navigation Internet et 27 heures de lecture vidéo

Ces Smart Battery Case sont tous compatibles avec la technologie Qi et peuvent se recharger par induction (avec l’iPhone à l’intérieur). Elles supportent également la recharge rapide, à condition d’avoir un chargeur Power Delivery.

Tous ces étuis seront disponibles dès demain.

Copié dans le presse-papier !

Selon le Wall Street Journal, des procureurs fédéraux américains prépareraient une enquête criminelle contre Huawei, pour le vol de secrets commerciaux. Ils incluraient les technologies de tests robotisés de téléphones de l’opérateur T-Mobile. L’affaire provient d’un procès au civil à Seattle concernant l’opérateur.

Contacté par le WSJ, Huawei affirme que le conflit avec T-Mobile est réglé depuis 2017, le jury ayant déterminé qu’il n’y avait pas eu de dommage ou de volonté de nuire.

L’équipementier télécom chinois est accusé de contribuer à la fois à un espionnage des Américains pour la Chine et de voler des secrets d’entreprises. Les États-Unis tentent de l’écarter du marché depuis plusieurs années, le présentant comme un risque pour la sécurité nationale.

Il y a quelques jours, la société a licencié un employé, accusé d’espionnage en Pologne.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a confirmé sa présence au prochain Mobile World Congress, qui se tiendra comme toujours à Barcelone, cette année du 25 au 28 février. Plus exactement, la conférence de presse se fera la veille, le 24 à 17h00.

Satya Nadella, directeur général de l’entreprise, sera présent, accompagné par Alex Kipman. Ce dernier est connu pour travailler de longue date sur HoloLens. Il n’en fallait pas plus pour que nos confrères, comme Neowin et The Verge, y voient la présentation d’un HoloLens 2.

Cette version est en développement depuis des années. La technologie du HoloLens, centrée sur la réalité augmentée, est utilisée aujourd’hui chez de nombreux clients, dont l’armée américaine et Sanofi.

Pourtant, le HoloLens n’est pas tourné vers le grand public. Ses kits de développement étaient vendus à un tarif oscillant entre 3 000 et 5 000 dollars. Les rumeurs évoquent donc depuis un moment une révision plus discrète, légère, centrée sur un SnapDragon 850, et surtout beaucoup plus accessible.

Copié dans le presse-papier !

La découverte d'un bug dans l'une des propositions d'améliorations d'Ethereum (EIP) devant être implémentée avec la mise à jour Constantinople vient de retarder à une date ultérieure le déploiement de cette dernière.

Le bug est semblable à l'un de ceux exploités lors de la fameuse attaque de The DAO. En bref, si un contrat contient une fonction faisant appel à un autre contrat, l'attaquant peut être en mesure de faire appel plusieurs fois de suite à cette fonction pendant qu'elle est exécutée, sans préciser qu'un autre appel est déjà en cours. De quoi lui permettre de réclamer plusieurs fois de suite le versement de fonds… et les obtenir.

La fondation Ethereum a estimé qu'il n'était pas possible de colmater cette brèche proprement d'ici l'heure prévue pour le fork, soit à peu près le 17 janvier à 4h du matin heure française. La mise à jour est donc repoussée jusqu'à nouvel ordre. Les plus taquins l'ont déjà rebaptisée Constanti-Nope.