du 04 octobre 2019
Date

Choisir une autre édition

Alicem, l’identité numérique par reconnaissance faciale, activée dès novembre en France

Selon Bloomberg, la France va mettre en application le décret ALICEM dès novembre. Elle sera le premier pays européen à déployer un tel projet. 

Le décret Alicem, publié le 16 mai au Journal officiel, organise une « authentification en ligne certifiée sur mobile ». Sur smartphone, une personne enregistrée pourra passer par une application mobile pour prouver identité son auprès des fournisseurs de services en ligne publics ou privés.

« L’identité délivrée par Alicem est basée sur les informations contenues dans la puce sécurisée d’un titre biométrique (passeport ou titre de séjour) » explique l’Intérieur.  

« Lors de la création du compte, Alicem vérifie par reconnaissance faciale que la personne qui utilise le smartphone est bien le détenteur du titre. C’est un moyen de lutter contre l’usurpation d’identité »

Le dispositif a été critiqué par la CNIL, puisque selon elle, le refus du traitement biométrique entraînera l’impossibilité de se doter d’une identité numérique. 

L’autorité a rappelé que des alternatives auraient pu être pensées comme un face à face en préfecture, mais aucune n’a été retenue par le ministère de l’Intérieur, tout concentré sur les solutions biométriques. 

Le décret a été attaqué sur ce fondement par la Quadrature du Net devant le Conseil d’État 

« L’ouverture d’un compte ALICEM nécessite l’utilisation d’un dispositif de reconnaissance faciale, fondé sur le consentement de l’utilisateur ou de l’utilisatrice » explique l’association.

« Il n’existe aucun autre moyen pour l’utilisateur ou l’utilisatrice de l’application ALICEM d’activer son compte sans passer par un dispositif de reconnaissance faciale ».

Une absence de choix qui, sur l’autel du RGPD, ne peut garantir l’expression d’un consentement libre des personnes concernées. 

chargement Chargement des commentaires...