du 07 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

« Les nouvelles enceintes Sonos comme le Play:5, la Playbase et le Sonos One prendront en charge AirPlay 2 » expliquait le fabricant il y a quelques semaines, ajoutant que ce sera également le cas pour les prochains enceintes. Aujourd'hui, nous apprenons que la mise à jour sera déployée en juillet sur les produits éligibles.

Le fabricant annonce également sa barre de son compacte et connectée Beam, avec l'assistant numérique Alexa d'Amazon. Elle prend en charge Trueplay et AirPlay 2 dès le mois prochain. Elle est d'ores et déjà disponible en précommande, pour 449 euros avec une livraison pour le 17 juillet.

AirPlay 2 sur des enceintes Sonos en Juillet, barre de son Beam avec Alexa à 449 euros
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le géant du Net s'est lancé comme opérateur de téléphonie mobile aux États-Unis il y a plus de trois ans maintenant, en s'appuyant sur le réseau d'opérateurs nationaux.

Aujourd'hui, Project Fi propose en version bêta un VPN sur l'ensemble de vos connexions, aussi bien en 4G qu'en Wi-Fi. Google explique que vos données ainsi chiffrées ne sont pas accessibles à des tiers, qui ne peuvent donc pas suivre votre activité en ligne. « Cela inclut Google : notre VPN est conçu pour que votre trafic ne soit pas lié à votre compte Google ou à votre numéro de téléphone » affirme l'opérateur.

L'autre annonce du jour concerne le passage automatique du Wi-Fi à la 4G lorsque le premier n'est plus disponible ou que le signal est trop faible ou de mauvaise qualité : le temps de transition a été réduit de 40 %.

Google est en train de déployer ces fonctionnalités sur son réseau et les smartphones compatibles Project Fi fonctionnant sous Android 9.0 Pie. Elles sont regroupées sous l'appellation « Enhance network » et disponibles dans les paramètres de l'application Project Fi.

Copié dans le presse-papier !

Le 12 novembre, entre 22h et 23h, certains services du groupe étaient inaccessibles, à cause d’une fuite BGP. Un autre opérateur a déclaré des millions d’adresses IP appartenant au groupe de Mountain View, rapporte Ars Technica, qui a enquêté sur l’incident. Selon la société ThousandEyes, la recherche Google et G Suite auraient été touchés.

Un petit opérateur nigérian, MainOne Cable Company, s’est approprié 212 préfixes d’adresses IP de Google. La mauvaise déclaration a été acceptée par l’opérateur d’État chinois China Telecom après quelques minutes, et diffusée aux autres opérateurs.

Selon BGPmon, l’opérateur nigérian a aussi redirigé le trafic du service de protection anti-DDoS Cloudflare.

Selon plusieurs acteurs, dont BGPmon, Cloudflare, Google et le registre régional RIPE NCC, l’incident est très sûrement dû à une simple erreur, sans volonté malveillante de détourner du trafic sensible. Pour Cloudflare, lui et Google seraient touchés car ils sont interconnectés à l’opérateur responsable sur un point d’échange du pays. Il assure que l’effet était minimal pour ses clients.

« C’était une erreur effectuée lors d’une mise à niveau prévue du réseau, à cause d’une mauvaise configuration de nos filtres BGP. L’erreur a été corrigée en 74 minutes et un processus a été mis en place pour éviter toute récidive », a depuis assuré MainOne dans un tweet.

Selon Ars Technica, le trafic n’est jamais parvenu à sa nouvelle destination, mais s’est arrêté sur un routeur de China Telecom.

BGP est un des protocoles qui sous-tendent Internet. C’est par ce biais que les organisations déclarent leurs adresses IP. L’information est diffusée de serveur en serveur, sur tout le réseau. Mais ce vieux protocole n’impose pas de vérification des annonces. La moindre erreur (ou revendication frauduleuse d’adresses IP) peut donc être diffusée sur tout le réseau.

Cloudflare rappelle les efforts de l’industrie sur RPKI, qui permet de certifier qu’on contrôle des lots d’adresses IP. Le système est connu depuis de nombreuses années mais loin d’être assez déployé, selon l’entreprise, qui l’évoquait déjà fin septembre lors de la publication sur Internet, par erreur, de tables internes de Telekom Malaysia.

Copié dans le presse-papier !

Après un déploiement en bêta auprès de certains utilisateurs au début du mois, l'application de streaming audio est  officiellement disponible sur la montre connectée d'Apple (avec l'application 8.4.79 minimum).

Comme prévu, cette mouture permet de contrôler les pistes en cours de lecture, d'ajouter une chanson à ses favoris, mais aussi de gérer les enceintes utilisées via Spotify Connect. Le mode hors ligne est absent pour le moment, mais la société promet qu'il arrivera prochainement, sans donner plus de détails.

Copié dans le presse-papier !

L’entreprise annonce Learn with Facebook, un ensemble de cours en ligne censés fournir des compétences pratiques pour « le monde professionnel moderne ».

Sur sa page d’accueil, le service met en avant deux leçons « made in » Facebook : le marketing « digital » et sur les réseaux sociaux. Deux domaines au cœur de son modèle. Le site est fourni en collaboration avec d’autres sociétés, dont JazzHR, Glassdoor et OpenClassrooms.

L’entreprise rappelle le lancement l’an dernier de la plateforme de recherche d’emploi Jobs on Facebook, qui aurait aidé un million de personnes à trouver un poste. Elle met aussi à jour son outil de Mentorat, pour faciliter la recherche des personnes dans les groupes cherchant un soutien adapté.

Copié dans le presse-papier !

En plus du retour de l’October 2018 Update pour Windows 10, des mises à jour cumulatives ont été proposées pour toutes les versions de Windows en cours de support.

L’installation de l’évolution automnale restant pour l’instant soumise à une recherche manuelle dans Windows Update, les utilisateurs de l’April Update récupèreront automatiquement la mise à jour mensuelle. Microsoft préfère étrangement jouer la prudence. Ceux qui décident néanmoins de se lancer passeront en version 17763.134.

Le téléchargement contient surtout des correctifs de sécurité pour des composants tels que Edge, Internet Explorer, Windows Scripting, Windows Graphics, Windows Media, les réseaux sans fil ou encore le noyau. Le système passe en version 17134.407.

La branche précédente, à savoir la Fall Creators Update, reçoit à peu près les mêmes correctifs, le système passant en version 16299.785. Rappelons que le grand public ne peut pas rester sur des moutures plus anciennes. Seules les entreprises équipées d’une infrastructure spécifique peuvent bloquer Windows 10 sur une ou plusieurs évolutions majeures.

Windows 7 (SP1) et Windows 8.1 ont droit eux aussi à leur série de correctifs, avec des notes de versions assez semblables. Pour ceux qui se poseraient la question, les supports étendus de ces systèmes courront respectivement jusqu’aux 14 janvier 2020 et 10 janvier 2023. Windows 7 étant encore très présent, Microsoft risque une situation similaire à celle de Windows XP.