du 29 août 2019
Date

Choisir une autre édition

Airmail passe à l'abonnement sur iOS, colère des utilisateurs

Airmail est l’une des applications « star » de l’App Store sur iOS. Vendue 4,99 euros jusqu'à récemment, ses fonctions nombreuses sont globalement très appréciées des utilisateurs. Le changement de modèle économique a cependant engendré la colère.

L’application elle-même est devenue gratuite. Ses fonctions en sont cependant limitées : on ne peut ni ajouter plusieurs comptes, ni recevoir les notifications push. Pour débloquer ces deux fonctions, il faut désormais souscrire un abonnement, et pas des moindres : 2,99 euros par mois ou 9,99 euros par an. 

Même ceux qui avaient payé Airmail se retrouvent à devoir s’abonner s’ils veulent conserver leurs fonctions. La note globale de l'application sur la boutique s'est effondrée.

Cette version Premium a par ailleurs été la seule à recevoir depuis des nouveautés importantes, comme en témoignent les notes de versions pour juillet et août : thèmes, blocage du pistage, intégration de l’agenda, nouveau design, disposition spécifique pour l’iPad Pro, mode privé, actions récentes, tri des messages ou encore renvoi. 

Dans le même temps, l’éditeur Bloop a lancé Airmail Zero, dédié à Gmail… avec les mêmes limitations et le même abonnement. Intégralement développée en Swift, elle se veut particulièrement véloce, mais ne remporte que peu l’adhésion des utilisateurs. Les critiques sont nombreuses et beaucoup évoquent des bugs pénibles.

Enfin, le client Airmail pour macOS passe de 9,99 à 29,99 euros, sans bénéfice particulier.

Dans l’ensemble, ce changement de modèle économique resserre le public visé sur les « professionnels » ayant des besoins spécifiques dans ce domaine. Cependant, il met également en lumière une lassitude du public face à la multiplication des abonnements au détriment des achats uniques. 

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La date était déjà connue, mais le responsable produit de Microsoft, Panos Panay, a indiqué hier sur Twitter qu'elle serait retransmise en direct. Une page dédiée à cet événement est disponible.

Selon The Next Web, Panos Panay et Satya Nadella sont attendus pendant la conférence, deux têtes d'affiche qui laissent penser que les annonces pourraient être nombreuses et/ou importantes. Réponse dans un peu plus de deux semaines. 

Copié dans le presse-papier !

Coup dur pour la cryptomonnaie de Facebook, qui annonçait hier qu'elle allait « solliciter une autorisation en tant que système de paiement en Suisse ». 

Lors d'une conférence de l’OCDE sur les défis des cryptomonnaies, Bruno Le Maire n'y a pas été avec le dos de la cuillère : « Libra soulève aussi un risque systémique à partir du moment ou il y a deux milliards de consommateurs. Toute défaillance dans le fonctionnement de cette monnaie, dans la gestion de ses réserves pourrait créer des désordres financiers considérables », comme le rapporte Reuters.

Les griefs sont nombreux : « risques d’abus de position », « risques de souveraineté » et des risques pour les consommateurs ainsi que les entreprises. « Toutes ces préoccupations sur Libra sont sérieuses, je veux dire donc avec beaucoup de clarté [que] dans ces conditions nous ne pouvons pas autoriser le développement de Libra sur le sol européen », ajoute le ministre de l’Économie et des Finances. 

Copié dans le presse-papier !

La mise en place de cette fonctionnalité n'est pas automatique, il faut que les développeurs l'activent pour leurs applications

Ensuite, en cas d'échec du paiement d'un renouvellement automatique, par exemple si la date de validité de la carte bancaire a expiré, les utilisateurs peuvent toujours accéder au contenu payant pendant qu'Apple tente de collecter le paiement.

La durée de la période de grâce est définie par Apple : 6 jours pour les abonnements hebdomadaires, 16 pour ceux d'un mois à un an. 

Copié dans le presse-papier !

La règle traditionnelle de « l’épuisement des droits » permet à l’acquéreur d’une œuvre protégée par le droit d’auteur de la revendre librement. La principale condition est que l’œuvre ait été acquise licitement. 

Par exemple, vous achetez un livre auprès de votre libraire, vous le revendez dans un vide-grenier sans vous soucier du feu vert de l’éditeur, de l’auteur. 

Aucune difficulté, pourrait-on dire, sauf lorsque l’œuvre n’est plus tangible, mais inscrite dans un fichier. Non seulement il est techniquement possible de réaliser des copies parfaites, à l’octet prêt, mais de plus le titulaire de droits dispose de moyens de contrôle très poussés. 

Une évolution rappelée avant-hier par l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne. 

Sur la sellette, l’affaire « Tom Kabinet » : le site éponyme propose des livres électroniques d’occasion, avec un modèle d’affaires au taquet.  Il « revend aux particuliers enregistrés (...) des livres électroniques [que la plateforme] a achetés soit auprès des distributeurs officiels, soit auprès d’autres particuliers » résume l’avis de l’avocat général. 

Bien entendu, les prix sont inférieurs à ceux des distributeurs officiels. 

Pour respecter la règle de l’épuisement des droits, lorsque le site rachète un livre électronique à un particulier, il exige l’effacement de la source puis pose un watermak sur la copie qu’il revend à titre définitif. 

En 2014, deux sociétés ont néanmoins attaqué Tom Kabinet, accusé en substance de contrefaçons. 

Peut-on reconnaître ici la règle de l’épuisement des droits ? Confronté à cette problématique, l‘avocat général considère que la lettre du droit de l’Union plaide pour l’affirmative. En théorie, l’éditeur ne devrait pas pouvoir s’opposer à ces marchés secondaires.

Sauf qu’une telle consécration bouleversait les équilibres, en facilitant notamment le piratage tout en rendant difficile la lutte contre les contrefaçons. Il recommande donc à la Cour de rattacher ce secteur non pas au droit de distribution, mais au droit de communication, lequel n’intègre pas la règle de l’épuisement. 

Copié dans le presse-papier !

Après la pluie d'annonces autour d'Echo et de Fire TV de l'année dernière (lire notre compte rendu), le géant du Net a envoyé des invitations à nos confrères américains pour le 25 septembre.

Comme toujours en pareille situation, le détail des annonces n'est pas connu. L'invitation annonce simplement qu'il est question de « partager de nouvelles choses avec les équipes Devices et Services d'Amazon ».