du 07 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

La plainte a été déposée par l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) devant le tribunal de commerce de Paris. Cette information a été confirmée à Reuters.

L'UMIH reproche notamment à la plateforme de ne pas retirer des annonces dépassant le plafond de 120 nuits par an. De son côté, Airbnb affirme ne « pas être surpris de cette nouvelle tentative des lobbies hôteliers français ».

« Plus qu’être un drame financier dont les conséquences sont dangereuses pour la profession et pour l’intérêt économique de l’État français, l’impunité dont Airbnb bénéficie est insupportable pour la collectivité des hôteliers », peut-on lire dans l'assignation consultée par nos confrères.

Airbnb insiste : « Alors que les hôtels français sont plus fréquentés et plus chers que jamais, les lobbies hôteliers continuent à protéger leurs intérêts et à tenter de restreindre les droits des Français de bénéficier également du tourisme ».

Une première audience se tiendra le 14 février 2019. L'UMIH réclame 143 euros de préjudice moral, « à titre symbolique » et 50 000 euros pour le remboursement des frais d'avocat.

Airbnb attaquée en justice pour « concurrence déloyale » par des hôtels
chargement Chargement des commentaires...