du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Le patron de Facebook avait été invité à venir s'expliquer devant le Parlement, mais il avait finalement envoyé Mike Schroepfer. Les réponses de ce dernier n'avaient pas satisfait les parlementaires, qui ont mis la pression sur Mark Zuckerberg pour qu'il se déplace en personne, faute de quoi une convocation officielle lui serait envoyée la prochaine fois qu'il pose le pied sur le pays.

Dans une longue lettre apportant des réponses aux élus, envoyée trois jours après la date limite précise The Verge, le réseau social explique que son patron « n'a pas l'intention de rencontrer le comité ou de voyager au Royaume-Uni à l'heure actuelle ».

De son côté, le Parlement fait part de sa « déception » car « Facebook ne répond pas entièrement à chaque point avec suffisamment de détails ou de preuves ». Enfin, il propose une alternative : « nous serions également disposés à prendre sa déposition en vidéo, si c'était la seule façon de le faire pendant la période de notre enquête ».

Affaire Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg n'ira pas témoigner au Royaume-Uni
chargement Chargement des commentaires...