du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Le patron de Facebook avait été invité à venir s'expliquer devant le Parlement, mais il avait finalement envoyé Mike Schroepfer. Les réponses de ce dernier n'avaient pas satisfait les parlementaires, qui ont mis la pression sur Mark Zuckerberg pour qu'il se déplace en personne, faute de quoi une convocation officielle lui serait envoyée la prochaine fois qu'il pose le pied sur le pays.

Dans une longue lettre apportant des réponses aux élus, envoyée trois jours après la date limite précise The Verge, le réseau social explique que son patron « n'a pas l'intention de rencontrer le comité ou de voyager au Royaume-Uni à l'heure actuelle ».

De son côté, le Parlement fait part de sa « déception » car « Facebook ne répond pas entièrement à chaque point avec suffisamment de détails ou de preuves ». Enfin, il propose une alternative : « nous serions également disposés à prendre sa déposition en vidéo, si c'était la seule façon de le faire pendant la période de notre enquête ».

Affaire Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg n'ira pas témoigner au Royaume-Uni
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans la liste des signataires, nous retrouvons quinze régulateurs européens (Lettonie, République Tchèque, Ile de Man, France, Espagne, Malte, Jersey, Gibraltar, Irlande, Portugal, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Pologne et Autriche) ainsi l’État de Washington.

L'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) et ses équivalents locaux constatent « que l’introduction de la dimension monétaire dans les jeux dits sociaux ou gratuits et dans les jeux vidéo, peut porter atteinte aux principes communs qui fondent la régulation des jeux d’argent et en particulier la protection des consommateurs et l’interdiction du jeu des mineurs ».

Dans une déclaration commune, les autorités s'engagent donc à « analyser minutieusement les caractéristiques des jeux vidéo et des jeux sociaux ». Elles appellent aussi à « l’ouverture d’un dialogue constructif avec l’industrie et les plateformes de jeux et à une sensibilisation des consommateurs et des parents ».

Un groupe de travail planchera sur la question le 28 septembre, lors du prochain Forum Européen des Régulateurs de Jeux d’argent. Le sénateur Jérôme Durain (qui s'est emparé du sujet en novembre dernier) présidera ensuite un séminaire sur « Les jeux à la lisière des jeux d’argent : le cas pratique des micro-transactions dans les jeux vidéo » le 23 novembre prochain, au palais du Luxembourg. Ensuite, en mars 2019, se tiendra à Bordeaux un colloque sur la notion des jeux d'argent et ses frontières.

Les signataires veulent arriver à trouver « un équilibre » entre la protection des joueurs et le développement du secteur des jeux vidéo, parfois porté par les micro-transactions. Pour rappel, la question a déjà été tranchée en Belgique. En avril dernier, la Commission des jeux de hasard belge était « arrivée à la conclusion que les loot box payantes sont des jeux de hasard ».

Copié dans le presse-papier !

Le réseau social n'en finit plus d'annoncer des mesures pour lutter contre les ingérences étrangères dans les élections, et la désinformation.

Hier, il a dévoilé un programme pilote destiné aux candidats des élections législatives de mi-mandat aux États-Unis, qui se tiennent en novembre. Eux et les responsables de partis (locaux et nationaux) seront invités à installer la double authentification sur leurs comptes, et disposeront d'une surveillance des tentatives d'intrusion.

La société multiplie les promesses et les communiqués à chaque pas de ses outils pour protéger les élections des manipulations. Dernièrement, il a étendu le fact-checking aux photos et vidéos, en revenant (longuement) sur ses efforts des derniers mois.

Copié dans le presse-papier !

Nos confrères de TechPowerUp ont découvert un élément intéressant dans les pilotes des GeForce RTX. Chaque puce exploitant l'architecture Turing a droit à deux identifiants différents.

Une première, selon nos confrères, qui auraient pu confirmer que la TU102-300 est destinée à être intégrée aux cartes d'entrée de gamme, la seconde (TU102-300-A) ayant plutôt vocation à être utilisée pour les modèles des partenaires orientés overclocking.

Ainsi, les constructeurs auraient l'interdiction de proposer une carte overclockée par défaut si elle est équipée d'un TU102-300.

Un certain tri a toujours été opéré avec cet objectif, plusieurs constructeurs communiquant à une époque sur les lots de GPU sur lesquels ils avaient pu mettre la main pour proposer des cartes pouvant monter très haut en fréquence.

Mais cette distinction n'avait jamais pris forme de manière si visible, notamment dans les pilotes. Une manière peut-être d'officialiser la facturation à deux niveaux opérée par NVIDIA sur ses GPU. Il faudra aussi voir si le service d'overclocking automatique Scanner prend cette information en compte lors de son analyse et si cela ne limite pas les possibilités de transférer un BIOS d'une carte à l'autre.

Copié dans le presse-papier !

Près d'un mois sans téléphone fixe, la commune de Villossanges (Puy-de-Dôme) prépare une plainte contre l'opérateur historique, rapporte La Montagne.

Les conséquences pour le village de 360 habitants sont importantes, surtout pour les entreprises, dont les clients comprendraient peu ces indisponibilités. L'opérateur leur aurait recommandé de s'équiper de téléphones portables. Une demande absurde pour les personnes âgées, selon le maire Jean-Luc Chapelain, et son premier adjoint Laurent Battut.

Une agricultrice s'agace aussi des difficultés à déclarer les naissances d'animaux, au délai restreint pour obtenir une prime. La mairie promet donc d'attaquer Orange, pour mise en danger de la vie d'autrui et rupture d'égalité d'accès au service public, notamment.

Contacté par La Montagne, Orange déclare se rapprocher de la mairie. Pour rappel, Orange est compensé par ses concurrents pour le maintien du service universel. Le groupe a pourtant été épinglé par le régulateur, l'Arcep, il y a quelques années, pour son manque de suivi et d'efforts.

Copié dans le presse-papier !

Lancé en juin dernier dans quelques pays, il permet à des commerçants de mettre en place une solution de paiement rapide, sans que leurs clients n'aient besoin de quitter le site. Le but étant évidemment de « réduire le nombre de clics ou le parcours d’achat » et ainsi tenter de maximiser les ventes.

Dans le même temps, les Marketings Solutions lancées en fin d'année dernière aux États-Unis s'ouvrent également à d'autres marchés.