du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Le patron de Facebook avait été invité à venir s'expliquer devant le Parlement, mais il avait finalement envoyé Mike Schroepfer. Les réponses de ce dernier n'avaient pas satisfait les parlementaires, qui ont mis la pression sur Mark Zuckerberg pour qu'il se déplace en personne, faute de quoi une convocation officielle lui serait envoyée la prochaine fois qu'il pose le pied sur le pays.

Dans une longue lettre apportant des réponses aux élus, envoyée trois jours après la date limite précise The Verge, le réseau social explique que son patron « n'a pas l'intention de rencontrer le comité ou de voyager au Royaume-Uni à l'heure actuelle ».

De son côté, le Parlement fait part de sa « déception » car « Facebook ne répond pas entièrement à chaque point avec suffisamment de détails ou de preuves ». Enfin, il propose une alternative : « nous serions également disposés à prendre sa déposition en vidéo, si c'était la seule façon de le faire pendant la période de notre enquête ».

Affaire Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg n'ira pas témoigner au Royaume-Uni
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Au lieu des « simples » chatbots, Slack propose depuis hier une nouvelle forme d'intégration pour les services tiers : les Actions. Elles se déclenchent directement depuis les messages, trois points signalant les Actions en haut à droite. Quand l'utilisateur en choisit une, il donne les informations éventuellement nécessaires puis valide.

Le message sert de base à une opération réalisée par le service tiers. Dans le cas d'Asana, il est lié à une personne et devient une tâche. Il n'est donc plus nécessaire d'appeler un chatbot ou de réaliser à part l'opération.

Créations de tâches, émission de tickets de maintenance, attachement de messages à des pull requests pour BitBucket, les exemples sont finalement logiques. Toutes les entreprises disposant d'une intégration peuvent créer une Action.

Pocket en profite d'ailleurs pour annoncer séparément l'arrivée de sa propre Action. Le fonctionnement est on ne peut plus logique : clic sur les trois points, envoi de l'article dans Pocket.

Copié dans le presse-papier !

Lancement officiel pour la nouvelle version du gestionnaire de mots de passe. Elle se démarque par une interface largement révisée et de nouvelles fonctions.

Côté graphique, on note une barre latérale sombre avec une plus grande densité d'informations, décrits comme mieux rangés. Les utilisateurs ayant de multiples coffres devraient d'ailleurs apprécier le changement : ils sont tous affichés dans la colonne.

Parmi les autres nouveautés, signalons le markdown dans les notes sécurisées, l'arborescence pour les tags, une fenêtre d'identification « collante », un meilleur affichage des informations Pwned Passwords, l'inclusion de l'extension Safari ou encore l'intégration à Spotlight.

Les abonnés à 1Password peuvent récupérer la nouvelle version depuis le site officiel ou le Mac App Store. Ceux préférant les achats à l'acte pourront récupérer 1Password 7 pour 49,99 dollars, mais pour un temps limité seulement. Il sera ensuite vendu 64,99 dollars, un tarif onéreux. Les abonnements, eux, commencent toujours à 2,99 dollars.

Comme nous l'avions indiqué dans notre dossier, rappelons que 1Password est largement centré sur les plateformes Apple. Une version Windows existe bien par exemple, mais elle n'a pas la qualité de la mouture macOS.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant, racheté par Intel, effectuait une démonstration sur route avec une équipe de Channel 10 à bord. Si le trajet s'est déroulé sans encombre, la voiture a grillé un feu rouge à quelques centaines de mètres de son arrivée (heureusement sans accident), alors que nos confrères étaient en train de filmer à l'intérieur de la voiture.

Bloomberg explique que, selon Amnon Shashua (directeur général de Mobileye) « les émetteurs sans fil des caméras utilisées par l'équipe de télévision créaient des interférences électromagnétiques qui perturbaient les signaux d'un transpondeur sur le feu de circulation ».

Mais la voiture est également équipée d'une caméra qui a visiblement identifié le feu rouge. Nos confrères ajoutent qu'elle « a ignoré cette information et conduit sur la base des signaux du transpondeur ». « Une erreur qui a depuis été corrigée » selon le responsable. Il ajoute que « c'était une situation très particulière » et qu'il n'avait « jamais anticipé quelque chose comme ça ».

Bref, il s'agit encore une fois de circonstances particulières qui ont conduit à un « bug », heureusement sans conséquence tragique cette fois-ci. Ce n'était par contre pas le cas avec l'accident mortel de la Tesla Model S et de la voiture autonome Uber.

Encore un élément pointant la nécessité de légiférer sur le cas des voitures autonomes et la responsabilité en cas d'accident.

Copié dans le presse-papier !

Hier, décollait une fusée Falcon 9 depuis la base de Vandenberg en Californie. Le premier étage de celle-ci avait été récupéré en janvier 2018 lors de la mission Zuma.

Il aura donc fallu moins de cinq mois entre les deux lancements. Un délai qui devrait se raccourcir grâce à la nouvelle version « Block 5 » du lanceur de SpaceX.

Quoi qu'il en soit, la mission est un succès avec la mise en orbite des satellites. Aucune tentative de récupération du premier étage n'a été faite. Tous les détails de la mission se trouvent par ici.

Copié dans le presse-papier !

La Progressive Web App de Twitter dispose enfin du mode nuit. Les utilisateurs de la version mobile (y compris le client officiel pour Windows 10) peuvent donc en profiter.

Toujours pour la PWA, Twitter indique deux autres apports : la mise à jour en temps réel pour les nombres de réponses, retweets et likes, ainsi qu'une version légèrement remaniée de la boîte de rédaction, désormais flottante.

L'éditeur continue donc de mettre l'accent sur cette version, tandis que les autres disparaissent graduellement. Les moutures Xbox One, Roku et Android TV ne seront ainsi plus disponibles dès demain.

Le ménage continue donc, aussi bien sur les clients officiels que tiers, puisque là aussi Twitter serre la vis, imposant des conditions drastiques pour l'accès à son API. Très bientôt, la consigne sera la même : PWA pour tous, ou Tweetdeck.