du 11 juillet 2019
Date

Choisir une autre édition

Devant le tribunal de commerce de Paris, le comparateur de prix accuse le moteur américain d’avoir « utilisé sa position dominante sur ce marché pour promouvoir son propre service de comparaison de prix en éliminant l’ensemble de ses concurrents ».

Au fil du temps, Google aurait peu à peu réduit la visibilité d’Acheter-moins-cher.com dans les résultats, « réduisant ainsi drastiquement le trafic de son concurrent et entraînant irrémédiablement l’impossibilité de poursuivre son activité ». 

En 2017, la Commission européenne avait déjà infligé une amende de 2,42 milliards d’euros à Google Shopping, non sans constater que « même le service concurrent le mieux classé n'apparaît en moyenne qu'à la page quatre des résultats de la recherche de Google, les autres figurant encore plus bas ». 

L’institution invitait les acteurs nationaux à ouvrir la porte des tribunaux pour obtenir réparation des préjudices individuels consécutifs. 

« Deux ans après la sanction prononcée par la Commission européenne, et malgré l’amende record, le marché est toujours dominé par Google », relate aujourd’hui Acheter-moins-cher. 

Google « présente systématiquement son service en haut des réponses Shopping alors que ses concurrents sont toujours rétrogradés dans son moteur de recherche ».

Pour le site français, « le mécanisme mis en place par Google en septembre 2017 prétendant répondre à la sanction infligée par la Commission est un leurre dès lors que Google demande aux victimes de Google d’acheter à Google le trafic perdu du fait de Google ».

Acheter-moins-cher.com attaque Google pour « pratiques déloyales »
chargement Chargement des commentaires...