du 31 mai 2019
Date

Choisir une autre édition

Accusée de monopole, Apple expose sa vision d'un Store sûr et ouvert

Devant une plainte que la Cour Suprême américaine a décidé de laisser poursuivre contre la situation de monopole de son App Store, Apple a réagi.

Dans une nouvelle page de son site officiel, l’entreprise explique sa situation et ses objectifs, en attaquant par une affirmation forte : « C’est notre boutique. Et nous en prenons la responsabilité ».

Et d’expliquer que la boutique a été créée avec deux objectifs. D’une part fournir une zone de confiance et protégée aux utilisateurs pour découvrir et télécharger des applications. D’autre part, que tous les développeurs puissent avoir la même opportunité.

Apple se décrit en gendarme, refusant systématiquement tout ce qui a trait à la pornographie, aux discriminations, à la torture, aux abus de toutes sortes, etc. Sont également rejetées les applications et mises à jour contenant des bugs évidents ou des risques pour la sécurité, tout du moins quand ils sont rejetés.

100 000 applications sont ainsi analysées chaque semaine, la plupart en moins de 24 heures. Seuls 60 % d’entre elles sont acceptées, les développeurs étant – normalement – avertis des raisons du refus. Surtout, puisque la société est accusée d’abus de position dominante, elle rappelle que 84 % des applications sont gratuites. Elles ne génèrent donc aucune rente.

Au contraire des applications payantes, avec des achats in-app et avec abonnements. Apple prélève alors sa fameuse commission de 30 %. Petite exception pour les abonnements, les 30 % laissant place à 15 % au-delà de la première année d’abonnement.

Enfin, Apple rappelle que de nombreuses applications concurrencent les siennes : Calendrier, Appareil photo, iCloud, Mail, Maps, Messages, Apple Music, Notes, Podcasts, Apple TV, FaceTime et Safari. Spotify n'est pas franchement du même avis et a attaqué Apple en justice.

On pourrait cependant rétorquer que ces applications ne peuvent pas être déclarées par défaut dans iOS, et que les navigateurs n’ont pas le droit de proposer leur propre moteur de rendu.

Et quoi qu’en dise Apple, le fond de la plainte demeure : l’App Store est obligatoire pour installer des applications. Pas sûr que la vision exposée par l’entreprise suffise à calmer les plaignants.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La fonction permet pour rappel de « sortir » une vidéo de sa page pour la déplacer ailleurs dans l’écran. Dans le cas de Firefox, elle est redimensionnable et reste toujours au premier plan.

Le mode est actuellement disponible dans le canal Nightly de Firefox pour Windows, et devrait être disponible dans la version finale 71 du navigateur. 

Son maniement ressemble largement à celui choisi par Opera depuis un bon moment déjà. Au survol de la souris, la vidéo affiche un petit encart (bleu pour Firefox) qui, si l’on clique dessus, coupe la vidéo sur le site et la fait apparaitre dans un cadre dédié.

Les versions Mac et Linux devraient suivre prochainement.

Copié dans le presse-papier !

Lancé en 2016, ce projet permet aux communes de profiter d'un coupon de 15 000 euros pour financer l'achat du matériel afin de proposer du Wi-Fi gratuit pendant au moins 3 ans.

2 800 coupons ont été distribués en novembre 2018, puis 3 400 en avril 2019. Comme prévu, un troisième appel à candidatures arrivera d'ici la fin de l'année. La Commission européenne précise qu'il ouvrira ses portes le 19 septembre à 13h (CEST). 

Pour rappel, le principe d'attribution est « premier arrivé, premier servi », avec « une répartition géographique équilibrée entre les pays ». Depuis le second appel, les conditions ont été légèrement revues, avec 15 % maximum des coupons par pays (au lieu de 8 % auparavant).

Copié dans le presse-papier !

Didier Casas et Xavier Niel s'en sont ouvertement pris au projet d'attribution des fréquences de la 5G. Les deux dirigeants estiment qu'il avantage Orange et SFR, qui disposent de plus de moyens.

Sébastien Soriano était revenu sur la question ce week-end : « Je crois que tout le monde est bien conscient de la réalité des choses. Par le passé on a été accusé de faire la courte échelle à Free ou d'autres ». Il rappelle que l'Arcep est un « arbitre neutre » et « impartial ».

C'est désormais au tour d'Orange d'entrer dans la danse, par l'intermédiaire de Fabienne Dulac, sa directrice générale adjointe : « Ce modèle a la vertu d'éviter la surenchère qu'on a pu observer en Italie ou en Allemagne et de nous prémunir contre une explosion des prix », comme le rapporte ZDNet.

Elle n'en reste pas là et répond à ses concurrents : « Je comprends la position de Free et Bouygues Telecom, mais mathématiquement, les arguments avancés sont faux. Ce modèle en deux étapes est bien meilleur que le précédent où nous commencions tous à zéro et où nous étions dans des enchères permanentes pour acquérir les dix premiers mégahertz ». 

Enfin, concernant le lot de base à prix fixe de 40 MHz ou 60 MHz, c'est « du détail au vu de l'enjeu global ». « Chacun défend son intérêt pour s'offrir un maximum de fréquences pour un moindre prix », ajoute-t-elle.

Copié dans le presse-papier !

Trois types de problèmes ont été soulevés depuis la publication de la version 18362.356 : menu Démarrer et recherche, baisse du volume sonore rendant certains effets inaudibles dans des jeux, et des adaptateurs réseau ne fonctionnant plus.

Le premier était déjà reconnu, Microsoft passe donc au suivant. Les soucis audio proviennent d’un changement demandé par certains éditeurs de jeux dans l’optique de mieux gérer le son multicanal. L’éditeur a entendu les retours et se prépare donc à retirer cette modification.

En attendant qu’un nouveau patch soit publié, les joueurs concernés sont invités à désactiver partout où ce sera possible les options liées au son multicanal et tout ce qui touche au surroud virtuel. Ces réglages peuvent se trouver dans les jeux ou dans le panneau de contrôle de l’équipement associé, selon la puce son présente dans le PC.

Côté adaptateurs réseau, Microsoft reconnait là aussi le problème. Seraient particulièrement concernés les équipements Intel Centrino 6205/6235 et Broadcom 802.11ac.

Microsoft recommande de désactiver puis réactiver l’adaptateur dans le gestionnaire de périphériques, permettant en théorie de rester stable jusqu’au prochain redémarrage de la machine.

Cette solution ne fonctionne cependant pas pour tout le monde. La seule manipulation garantissant pour l’instant une résolution du problème est de supprimer la mise à jour concernée, estampillée KB4515384. Elle aura causé décidément bien des difficultés. 

Copié dans le presse-papier !

Avec cette consultation, l’autorité compte réviser ses lignes directrices sur ce créneau sensible. Le projet veut tenir compte de plusieurs évolutions depuis 2013. 

Sont visées notamment les contraintes formelles en matière de projet de concentration. L’entité veut aussi dresser une liste d’opérations qui ne seront a priori pas  susceptibles de générer des problèmes de concurrence.  

« La réorganisation de la structure des lignes directrices a vocation à rendre le document davantage intelligible et maniable, au bénéfice des opérateurs économiques, qui ne sont pas toujours coutumiers de la procédure de contrôle des concentrations et du mode de raisonnement des autorités de concurrence » explique-t-elle.

Sont intégrées également diverses jurisprudences en matière de contrôle des engagements pris par les entreprises. 

Sont citées ses décisions relatives à Fnac et Darty (cession de trois magasins non réalisée), le raccordement des immeubles dans le cadre du contrat de co-investissement entre SFR et Bouygues Telecom ou encore la situation d’Altice/Numericable et Outre-Mer Télécom.