du 09 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Depuis le 20 mars, la société de VTC est empêtrée dans un tragique accident mortel dans lequel est impliquée une de ses voitures autonomes. La police locale a d'ailleurs publié les vidéos des caméras de la voiture,soulevant plusieurs questions.

Si Uber a signé un accord avec la famille de la victime, l'enquête suit son cours aux États-Unis. Selon The information, les capteurs auraient détecté le piéton avec son vélo, mais à cause de certains réglages logiciels, le véhicule « aurait décidé qu'il n'avait pas besoin de réagir tout de suite ». Un faux positif tragique...

La société se refuse pour le moment à tout commentaire, l'enquête étant toujours en cours. Elle confie néanmoins à Reuters qu'elle a recruté Christopher Hart, ancien président du NTSB (National Transportation Safety Board), comme conseiller sur la sécurité. L'homme connaît bien le sujet puisqu'il était à la tête du Conseil national de la sécurité des transports lors de l'enquête sur l'accident mortel impliquant une Tesla Model S.

Accident mortel Uber : la voiture aurait détecté mais ignoré le piéton, la société engage un ancien du NTSB
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La première bêta de FreeBSD 12 est disponible au téléchargement. Problème : on ne sait pas ce qu’elle apporte.

Les développeurs n’ont en effet publié pour l’instant aucune liste des modifications et nouveautés. On se doute donc bien qu’il s’agit d’une version majeure, mais pas dans quelle proportion.

L’annonce a été faite dans la mailing list pour toutes les architectures prises en charge : amd64, i386, powerpc, powerpc64, powerpcspe, sparc64, armv6, armv7 et aarch64. Les sommes de contrôle sont fournies pour chaque image.

Selon les plans des développeurs, d’autres préversions sont prévues : une seconde bêta la semaine prochaine et les Release Candidates à partir de mi-novembre. Une troisième bêta pourrait s’insérer au passage. Beaucoup attendront sans doute quand même de savoir ce qu’apporte la nouvelle révision de cet Unix.

La version finale est prévue quand à elle pour la première semaine de décembre.

Copié dans le presse-papier !

OpenBSD est désormais disponible en version 6.4. Contrairement à d’autres systèmes gardant les « versions à point » comme des moutures d’entretien pour rassembler les mises à jour déjà disponibles, la nouvelle OpenBSD fait le plein de nouveautés.

Comme souvent, une bonne partie d’entre elles concerne le support matériel. Le système embarque ainsi de nouveaux pilotes pour de nombreux composants, notamment les GPU AMD, des puces réseau, le VIA VX900 ou encore l’ACPI pour la plateforme amd64.

OpenBSD 6.4 introduit également plusieurs nouvelles mesures de sécurité, dont la plus visible est la coupure de toutes les fonctions liées à l’enregistrement audio. Partant du principe que le système n’est pas destiné au grand public mais surtout à des serveurs, autant désactiver tout micro potentiellement présent. Le paramètre peut être réactivé via le kernel flag KERN_AUDIO_RECORD.

Plusieurs contre-mesures ont aussi été intégrées contre des failles de sécurité, notamment Retpoline de Google contre les attaques utilisant Spectre V2 (processeurs Intel). SpectreRSB, L1TF, Lazy FPU et Meltdown reçoivent également des techniques de protection, selon les plateformes matérielles.

Copié dans le presse-papier !

Après son « lancement » en fin de semaine dernière, ce processeur a droit à un communiqué de presse qui revient sur un événement à New York où il a été poussé jusqu'à 7,1 GHz, sur l'ensemble de ses cœurs.

Une manière pour la société de montrer qu'elle dispose de puces capables d'être poussées assez loin, et de battre plus d'une dizaine de records, pour peu que l'on dispose d'un peu d'azote liquide.

Reste que pour le moment ce processeur reste globalement indisponible, et n'est proposé par la plupart des revendeurs qu'aux alentours de 700 euros pièce en attendant de premiers arrivages.

Copié dans le presse-papier !

Robert Angelini, propriétaire de huit sites pornographiques a eu une drôle de surprise ce week-end. Nos confrères d'Ars Technica l'ont contacté après avoir mis la main sur une base de données comprenant les adresses IP, les mots de passe, les noms et les adresses e-mail d'environ 1,2 million d'utilisateurs de ces sites.

Si les mots de passe étaient chiffrés et salés, réduisant théoriquement le risque de découvrir les véritables clés, ils l'étaient à l'aide de Descrypt, une méthode créée en 1979, dont l'usage est fortement déconseillé depuis plus de vingt ans.

La fuite a bien évidemment été répertoriée sur Have I Been Pwned, permettant ainsi de vérifier discrètement que des données n'ont pas été compromises…

Copié dans le presse-papier !

Le ministère américain de la Justice a inculpé Elena Khousainova et n'y va pas avec le dos de la cuillère, comme le rapporte Les Echos : « L'objectif stratégique de ce complot présumé, qui se poursuit encore aujourd'hui, est de semer la discorde dans le système politique américain et de saper la confiance en nos institutions démocratiques ».

Dans la plainte, la ressortissante russe est présentée comme la directrice comptable du « projet Lakhta » financé par le russe Evgueni Viktorovitch Prigojine, qui serait proche de Poutine.

But de la manœuvre : créer « des milliers de comptes qui semblaient être gérés par des Américains, et les ont utilisés pour créer et amplifier un contenu destiné à un public américain ». « Entre 2016 et juin 2018, le budget de fonctionnement du projet Lakhta était de plus de 35 millions de dollars, même si une partie seulement de ces fonds était destinée aux États-Unis » affirme le département de la justice. Entre janvier et juin 2018, le budget aurait été de 10 millions de dollars, laissant planer des inquiétudes pour les élections de mi-mandat du mois prochain.

« Nous prenons très au sérieux toutes les menaces qui pèsent sur notre démocratie et nous nous engageons à travailler avec nos partenaires pour identifier et mettre un terme à ces opérations d'influence illégales » affirme Christopher Wray, directeur du FBI.