du 07 mars 2019
Date

Choisir une autre édition

5G : Huawei contre-attaque et annonce porter plainte contre les États-Unis

Le gouvernement américain interdit les équipements du fabricant chinois pour le déploiement de la 5G depuis maintenant plusieurs mois. Il mettrait également en garde ses alliés sur les risques liés à la cybersécurité et l'installation d'une porte dérobée à la demande de Pékin. D'autres pays ont depuis suivi le mouvement, en bannissant les équipementiers chinois. De son côté, Huawei a toujours réfuté ces accusations en bloc.

Les tensions entre les États-Unis, la Chine et Huawei sont récemment montées d'un cran lors de l'arrestation mi-décembre au Canada de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei. Pour rappel, les États-Unis ont demandé son extradition, une procédure que le Canada vient de lancer. La décision finale reviendra au ministre canadien de la Justice.

C'est dans ce climat de tension que Huawei a décidé de contre-attaquer. Lors d'une conférence de presse, le groupe annonce déposer une plainte contre les États-Unis, comme le rapporte l'AFP : « Le Congrès américain n'a jamais pu fournir la moindre preuve pour justifier ses restrictions visant les produits Huawei. Nous sommes contraints de prendre cette action en justice en dernier recours ».

En cause : l'article 889 de la loi relative à l'autorisation de la défense nationale. « Si cette loi est retirée, comme il se doit, Huawei pourra apporter aux États-Unis des technologies plus avancées et les aider à construire les meilleurs réseaux 5G », explique Guo Ping (un des présidents tournants de Huawei).

chargement Chargement des commentaires...