du 05 juin 2020
Date

Choisir une autre édition

Martin Bouygues avait ouvert la boîte de Pandore avec une tribune appelant à repousser les enchères en France, suivi par SFR pour qui la 5G peut attendre. Orange et Free sont par contre partisans de rester sur le calendrier actuel.

La GSMA est sortie du bois pour rappeler que « l'enjeu est énorme. La 5G est essentielle pour la reprise économique et la compétitivité de l'Europe », comme le rapporte Les Echos. Elle s'inquiète aussi des fausses informations, théories du complot et des attaques contre les installations des réseaux de téléphonie mobile.

L’association est rejoint par Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie) pour qui « la 5G n'est pas un gadget, mais une priorité industrielle ». Elle avait déjà expliqué ne pas être « totalement convaincue » par les arguments de Martin Bouygues.

L’Arcep, qui doit organiser les enchères, n’a pas encore fixé de date. Sébastien Soriano s’était d’ailleurs étonné de n’avoir eu aucune demande de report de la part de Bouygues Telecom. La date devrait être fixée dans une ou deux semaines.

5G : entre inquiétudes, demande de report et « priorité industrielle »
chargement Chargement des commentaires...