du 28 novembre 2019
Date

Choisir une autre édition

En Allemagne, le cas de l'équipementier Huawei crée des tensions, au sein même du parti de la chancelière, qui ne veut pas d'une interdiction, comme l'explique les Echos.

Nos confrères ajoutent qu'elle a profité de son discours de politique générale au Bundestag pour « inviter les pays membres à adopter une stratégie commune sur la nouvelle infrastructure de téléphonie mobile via la création d'une agence de "certification européenne" ».

L'idée serait de reprendre le principe de fonctionnement de l'Agence européenne du médicament, pour ensuite délivrer des autorisations de mise sur le marché. La France dispose déjà de l'ANSSI et l'Allemagne du BSI, mais rien de tel au niveau européen. 

Pour rappel, la Commission européenne a décidé en mars dernier de ne pas bannir les équipementiers chinois, mais de laisser le choix aux États membres.

5G : Angela Merkel lance l'idée d'une agence de « certification européenne »
chargement Chargement des commentaires...