du 14 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Les deux partenaires travaillent ensemble via la coentreprise IM FLash créée en 2006. Aujourd’hui, ils annoncent que l’agrandissement du Building 60 (B60) est terminé dans son usine de Lehi, une ville de l’Utah aux États-Unis.

Cette usine peut ainsi augmenter sa production de puces de 3D XPoint, la mémoire utilisée par Intel dans ses modules et SSD Optane. C’est notamment le cas des SSD DC P4800X Series qui viennent de passer à 750 Go, au lieu de 375 Go seulement.

Espérons que cela permettra progressivement de baisser les prix.

3D XPoint : Intel et Micron augmentent la capacité de production
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Nos confrères de TechCrunch relatent un souci rencontré par plusieurs utilisateurs de l'application sur un mobile Apple (voir ici par exemple). Après avoir tapé quelques mots, l'application plante et il faut la relancer… pour de nouveau saisir quelques mots et recommencer la même opération afin de pouvoir envoyer des messages.

Contactée par nos confrères, Facebook confirme le problème, mais ajoute qu'il est d'ores et déjà corrigé avec la dernière mouture de l'application (dont les notes de version ne sont toujours pas explicites).

Copié dans le presse-papier !

À Detroit, Carlos Tavares a exposé le plan de bataille du fabricant pour les années à venir, comme le rapporte Reuters. Il compte faire son retour sur le marché américain, en s'appuyant notamment sur le savoir-faire d'anciens ingénieurs d'Opel (rachetée l'année dernière).

Le président du directoire, affirme également que d'ici 2025 « le groupe PSA sera à 100% électrifié », avec des véhicules entièrement électriques ou hybrides. Il précise ensuite qu'il pourra s'agir d'une option dans certains cas.

D'ici 2030, il ajoute que 80 % des véhicules disposeront d'un pilotage automatique dans certaines conditions et 10 % seront totalement autonomes.

Copié dans le presse-papier !

Hier, Nintendo a dévoilé son concept de Labo avec des kits en cartons à assembler soi-même afin de construire différents objets pour s'amuser avec sa Switch. Trois versions sont d'ores et déjà disponibles en précommande chez plusieurs revendeurs.

Cdiscount propose ainsi un « Ensemble de personnalisation » transformant les manettes en une petite bestiole à 9,99 euros. Le Multi-Kit avec cinq jouets à monter est vendu 64,99 euros, contre 74,99 euros pour le Kit Robot (un sac à dos avec des poignées).

Les tarifs sont donc légèrement inférieurs à ceux annoncés par Nintendo (69,99 et 79,99 euros pour les deux derniers). Notez qu'Amazon les propose également en précommande, mais pour 5 à 10 euros de plus que Cdiscount.

Copié dans le presse-papier !

Tavis Ormandy, du Project Zero chez Google, a publié récemment les détails d'une faille dans Transmission permettant à un utilisateur distant de prendre le contrôle du client BitTorrent.

En dépit de la politique habituelle des 90 jours, le chercheur n'a attendu que 40 jours pour révéler les détails de la brèche Pourquoi ? Parce qu'il fournissait cette fois la solution complète, avec le patch à appliquer au code. Plusieurs semaines après son envoi à l'équipe de Transmission, il n'avait aucune réponse, regrettant le manque de réaction.

La publication des détails permet au patch associé d'être récupéré notamment par toutes les distributions GNU/Linux, Transmission étant très utilisé sur ces dernières (et sous macOS). Chez Ars Technica, l'équipe de Transmission répond cependant qu'une mise à jour sera publiée aussi rapidement que possible, mais que la faille nécessite que l'accès distant ait été activé (inactif par défaut) et qu'aucun mot de passe n'ait été défini.

Dans un tweet, Ormandy ajoute qu'il ne s'agit que de la première d'un lot de failles de type DNS rebinding, exploitables dans plusieurs clients BitTorrent, car l'exploitation dans Transmission peut être reproduite ailleurs. Les noms des autres programmes n'ont toutefois pas été dévoilés, les 90 jours n'étant cette fois pas écoulés.

Copié dans le presse-papier !

Le résultat net du groupe est en effet négatif de 1,197 milliard de dollars (contre un bénéfice de 825 millions l'année dernière), malgré un chiffre d'affaires en hausse à 8,839 milliards de dollars (contre 8,022 milliards un an plus tôt).

La société explique ce résultat par « une charge importante liée au Tax Act » aux États-Unis. D'un montant de 2,6 milliards de dollars, elle « représente l'estimation actuelle des impôts sur les rapatriements présumés de certains bénéfices à l'étranger et la réévaluation des actifs et des passifs d'impôts différés aux États-Unis » explique la société.

En enlevant cette provision, American Express explique que son bénéfice par action aurait été de 1,58 dollar, contre une perte de 1,41 dollar actuellement. Sur l'année 2017, le chiffre d'affaires est de 33,471 milliards, en hausse de 4 %. De son côté, le bénéfice est de 2,736 milliards, en baisse de 49 %.

Enfin, la société prévoit « que le bénéfice par action de 2018 se situera entre 6,90 et 7,30 dollars ».