du 12 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

L'équipementier télécoms chinois, en pleine tourmente, a cédé face aux États-Unis sur de nombreux points pour reprendre le commerce avec les sociétés américains, et sauver son activité.

L'accord préliminaire inclut une amende d'un milliard de dollars et la mise sous séquestre de 400 millions de dollars. L'équipe dirigeante et le conseil d'administration doivent, eux, être renouvelés sous 30 jours. En échange, les États-Unis lèvent l'interdiction de commerce pour dix ans.

ZTE a brisé un embargo américain en vendant du matériel en Iran. La société est accusée d'avoir menti aux États-Unis, avant qu'elle ne licencie certains responsables. La pression exercée a été très forte, ZTE dépendant d'acteurs américains pour une large part de son approvisionnement en puces. L'affaire est, bien entendu, aussi politique, dans le bras de fer commercial entre les deux pays.

 ZTE promet aux États-Unis de remplacer son conseil d'administration
chargement Chargement des commentaires...