du 01 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Un rapport du Digital News Project (institut Reuters d'Oxford), cité par Le Monde, pointe le phénomène.

En janvier, le réseau social a annoncé une révision de son classement des publications, pour privilégier les actualités d'amis. Un précédent rapport de l'institut estimait que 41 % des Français passaient par Facebook pour s'informer.

Sur un échantillon de 12 médias dans six pays, le trafic a baissé de 9 % en moyenne sur neuf mois. Le Monde et LCI ont vu leurs interactions chuter de près d'un tiers selon l'institut. Aucun modèle unique n'expliquerait la chute du trafic pour tous les médias suivis.

Pour le moment, les organisations ont trouvé très peu de moyens efficaces de monétiser leur audience sur les réseaux sociaux. Elles ne voient pas de viabilité économique évidente aux médias misant sur la viralité, le rapport citant AJ+, Buzzfeed et NowThis.

Facebook reste tout de même une des principales sources de trafic et d'interactions. Elles seraient dix fois plus élevées au regard du nombre d'abonnés que sur Twitter. Ce dernier aurait une part de trafic limitée, servant surtout au prestige chez les « élites » (décideurs, journalistes et fondus d'actualité).

 Sur Facebook, le trafic des médias en baisse après le nouvel algorithme
chargement Chargement des commentaires...