du 11 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

 Spotify retire R. Kelly de ses playlists, après des accusations d'abus sexuels

Le service de streaming musical vient de publier sa nouvelle politique contre les contenus haineux. Il compte désormais masquer dans ses sélections tout contenu jugé inapproprié, après remontées d'associations représentant les minorités ou via détection automatique (via l'outil Spotify AudioWatch).

Surtout, la vie privée des artistes entre maintenant en compte dans l'éditorialisation. « Même si nous ne croyons pas en la censure pour le comportement d'un artiste ou créateur, nous voulons que nos décisions éditoriales reflètent nos valeurs » écrit l'entreprise.

Selon le New York Times, cette nouvelle politique a mené au retrait des morceaux de R Kelly et de XXXTentacion des listes de lecture éditées par la société.

L'organisation Time's Up (née du mouvement #MeToo) a réclamé le retrait de l'œuvre de R. Kelly par les labels et distributeurs, après des années d'accusations d'abus sexuels par l'artiste. Il a toujours nié ces accusations et ne ferait aujourd'hui pas l'objet de condamnation. Pour sa part, XXXTentacion risque une condamnation, étant accusé d'avoir battu une femme enceinte.

Les décisions éditoriales de Spotify, ici sous pression du mouvement #MeToo, sont donc à son entière discrétion, sur la base de valeurs dont l'interprétation lui est aussi réservée. La publicité de ces suppressions sera ici un point important. Si elle a annoncé le retrait de R. Kelly des mises en avant, elle n'a pas répondu aux questions de l'AFP sur celui de XXXTentacion, révélé par le NYT.

chargement Chargement des commentaires...