du 05 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

 Pas d'accélération matérielle pour Chromium sous Linux

Chrome pour Linux n’est pas prêt d’obtenir son accélération graphique matérielle, si l’on en croit Google.

Comme le pointe le site OMGUbuntu, le développeur Antoine Labour a expliqué que l’ajout de l’accélération matérielle était une étape lourde, qui réclamait ensuite une maintenance assidue. L’objectif premier étant avant tout de produire un code stable, l’accélération passe à la trappe.

Labour cite plusieurs soucis, à commencer par la qualité générale des pilotes graphiques, particulièrement sous Linux. Les très nombreux types de configuration chez les utilisateurs rendent également le travail plus complexe.

Et pourtant, comme le notent nos confrères, les conditions sont a priori réunies pour que Chrome active l’accélération graphique sous Linux. Le patch permettant de l’activer est disponible depuis l’année dernière et le flag existe dans le navigateur (il ne fait rien à l’activation).

Notez que même si on peut regretter la décision de Google, elle n’est pas figée dans le temps, Antoine Labour évoquant surtout un problème de ressources.

En outre, Chrome est loin d’être le seul navigateur disponible sous Linux. Les utilisateurs peuvent se tourner vers Firefox, dont l’accélération est désactivée par défaut, mais qui peut s’enclencher via le flag « layers.acceleration.force-enabled » dans le about:config.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

On ne l’attendait pas forcément, mais Tweetbot 5 vient de sortir sur iOS. L’interface est dépoussiérée, avec notamment un nouveau mode sombre… presque noir. L’éditeur Tapbot vise particulièrement les écrans OLED, mais nombreux sont ceux à réclamer le retour de l’ancien gris sombre.

Toutes les icônes ont évolué, y compris celle de l’application sur l’écran d’accueil. Les utilisateurs seront ravis d’apprendre que l’écran de rédaction dispose enfin d’une fonction GIF (via Giphy).

Entre autres nouveautés, signalons des retours haptiques pour certaines actions, des pages profil remaniées, des statuts plus lisibles pour les tweets ou encore la lecture automatique des vidéos dans le flux (désactivable dans les options).

On rappellera qu’à cause de blocages artificiels de l’API officielle Twitter, de nombreuses fonctionnalités sont absentes des clients tiers, comme les statuts de lecture et les conversations de groupe pour les messages directs, ou encore les sondages.

Twitter a même supprimé plus récemment la mise à jour temps réel du flux des tweets, forçant les applications à réclamer un rafraîchissement manuel pour afficher les nouveaux tweets.

Ce qui explique sans doute pourquoi Tweetbot 5 est gratuit pour les possesseurs de l’actuelle version 4, alors que toutes les mises à jour majeures avaient été payantes. Pour les autres, le prix est de 5,49 euros.

Copié dans le presse-papier !

Hier, le fabricant organisait la sixième édition de son rendez-vous annuel Summit (lire notre dossier). François Sterin (directeur industriel) est monté sur scène pour donner quelques chiffres sur l'hébergeur.

Depuis la création de l'entreprise en 1999, OVH annonce avoir produit un million de serveurs. Pour rappel, il assemble lui-même ses composants, notamment à Croix dans les Hauts-de-France.

La société possède aujourd'hui 28 datacenters sur 12 sites pour un total de 356 000 serveurs. Elle dispose de 34 points de présence et d'une capacité réseau de 15 Tb/s.

Copié dans le presse-papier !

La fin d'année sera chargée pour les opérateurs. Après Free dont la v7 est toujours en attente d'une annonce, c'est Orange qui est attendu du côté des nouveautés.

Pour ne pas prendre de risque, la société a opté cette année pour une date assez tardive : le 12 décembre prochain. Elle est attendue au tournant sur de nombreux projets : bilan de sa banque mobile, arrivée de Djingo.

Le FAI fera sans doute aussi le bilan de la refonte de son offre tout en parlant de la 5G qui sera désormais au cœur de tous les discours, avec le prochain MWC qui approche.

Copié dans le presse-papier !

Oregon Live indique que la société aurait annoncé à ses employés dans une note interne que cette entité allait désormais être scindée en trois. Sohail Ahmed, à sa tête depuis 2016, serait ainsi sur le départ.

Selon nos confrères, l'actuel CTO Mike Mayberry prendrait la tête du développement technologique. Ann Kelleher serait en charge de tout ce qui touche à la fonderie (Manufacturing and operations), alors que la chaîne d'approvisionnement serait gérée par Randhir Thakur.

Tous seraient dès lors sous la direction de Venkata (Murthy) Renduchintala, qui était pressenti par certains pour prendre la tête d'Intel, qui se cherche toujours un PDG. Si cela se confirme, ce ne sera donc pas le cas.