du 07 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

 OneDrive : nombreuses nouveautés pour novembre

Microsoft a présenté hier soir une série d’améliorations qui débarqueront dans OneDrive dans le courant de novembre. Elles sont toutes la confirmation de ce qui avait été promis durant la dernière conférence Ignite.

Les nouveautés concernent avant tout les versions mobiles pour Android et iOS, avec par exemple la fonction Mobile Capture qui autorise l’ajout et l’édition de métadonnées sur les photos prises. Si l’utilisateur photographie une carte de visite, les données seront toujours reconnues, mais il pourra les modifier ou compléter si nécessaire.

De même, si l’utilisateur scanne des notes de réunion, OneDrive proposera automatiquement de les partager avec les autres personnes présentes. Cela sous réserve bien sûr que la réunion ait été gérée avec les services maison, puisque le tout est propulsé par le Microsoft Graph.

La version web de OneDrive va également se doter de deux nouveautés plus que bienvenues. D’une part, une vue « Éléments récents » qui faisait cruellement défaut alors qu’elle existe depuis longtemps ailleurs.

D’autre part, un panneau dédié – enfin – à la gestion des partages. On y retrouvera les fichiers partagés, avec qui, sous quelle forme, etc. L’utilisateur pourra supprimer un lien d’un appui, enlever ou ajouter des personnes dans un partage sélectif et ainsi de suite. Cette nouveauté sera déployée en novembre, mais pourrait n’arriver qu’en décembre pour une partie des comptes.

Enfin, au 1er février, OneDrive pour macOS ne supportera plus les moutures 10.10 et 10.11 du système, alias Yosemite et El Capitan.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Hier, la société annonçait de nouvelles règles pour les vendeurs proposant un essai gratuit avant facturation.

Il était ainsi question d'« obtenir l'approbation du titulaire de la carte à la fin de l'essai avant de commencer à le facturer » et d'envoyer, « par courrier électronique ou texto, le montant de la transaction, la date de paiement, le nom du commerçant ainsi que des instructions explicites sur la procédure à suivre pour annuler son essai ».

Dans une mise à jour de son communiqué, la société précise désormais « que le changement des règles est applicable aux produits physiques », pas aux ventes dématérialisées. Un soin ou un produit de santé est concerné, pas un abonnement à un service Internet.

Cette mention n'était pas présente dans la première version du billet, toujours consultable dans le cache de Google. Mastercard n'explique pas cet oubli crucial.

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, le géant du Net explique que sa suite d'outils s'est développée avec de nouvelles fonctionnalités au cours des dernières années, une manière de justifier l'augmentation qui sera effective le 2 avril 2019.

Le palier Basic passera de 5 à 6 dollars, tandis que Business augmentera de 2 dollars pour arriver à 12 dollars. Pour rappel, en France il est actuellement question de 4 et 8 euros respectivement, la hausse devrait donc être de 1 et 2 euros sauf surprise.

Google précise que son offre G Suite Enterprise ne bouge pas et reste donc à 25 dollars/23 euros.

Copié dans le presse-papier !

Le chroniqueur Kevin Roose du New York Time a repéré que plusieurs critiques enjouées (avec une note de 5/5) ont été publiées sur Amazon par des personnes portant exactement le même nom que des employés de Facebook, comme le rapporte TechCrunch.

Il ajoute que cette pratique va très certainement à l'encontre des règles d'Amazon et n'est pas « un indicateur de confiance des performances de ventes » de leur terminal connecté intégrant Alexa.

Andrew Bosworth (alias Boz) est rapidement intervenu dans le fil de discussion. Il affirme que ces publications « ne sont ni coordonnées ni demandées par la société ». Il cite ensuite un mémo interne qui aurait été envoyé au moment du lancement : « Nous ne voulons absolument pas que les employés de Facebook s'engagent à laisser des critiques pour les produits que nous vendons sur Amazon ».

Il ajoute que Facebook va demander à ses employés de retirer les avis laissés.

Copié dans le presse-papier !

Après Google, Instagram, WhatsApp et Facebook, c’est au tour de YouTube, Spotify, Netflix, SoundCloud, Apple Music, Amazon Prime, DAZN et Flimmit d’être attaqués par NOYB (pour « none of your business »).

L’organisation menée par Max Schrems, cet Autrichien qui avait fait tomber le « Safe Harbor », a annoncé aujourd’hui avoir porté plainte devant la CNIL autrichienne, sur le fondement du RGPD. Les huit services en ligne sont accusés de ne pas respecter le droit d’accès des utilisateurs à leurs données personnelles.

SoundCloud et DAZN n’ont même pas répondu aux requêtes qui leur ont été envoyées. Pour les autres, les retours ont été jugés insuffisants au regard des obligations posées par la nouvelle réglementation européenne.

Copié dans le presse-papier !

Question de survie pour certains, de visibilité pour d'autres. Google News est un important acteur pour de nombreux sites d'actualités.

Pour bien commencer l'année, le moteur de recherche propose un guide de bonne conduite pour être bien référencé. Il est notamment question de proposer des titres clairs, des heures et dates de publications précises, d'éviter la duplication de contenu et de jouer la carte de la transparence.