du 14 février 2018
Date

Choisir une autre édition

L'entreprise a présenté récemment un futur casque de réalité mélangée, le Magic Leap One, en plusieurs éditions pour particuliers et professionnels. L'ensemble est composé d'un casque, d'un ordinateur dédié attachable (un Lightpack) et d'une manette. Selon Rolling Stone, deux tailles seront proposées.

La société a commencé à en dire plus sur son produit. Ainsi, le prix de l'édition de départ avoisinerait celui d'un smartphone haut de gamme, selon le patron de Magic Leap, Rony Abovitz, dans un entretien chez Recode. Pour le moment, seule la Creator Edition a été présentée. Un SDK et un portail pour développeurs sont promis pour ce début d'année.

Les premières livraisons doivent intervenir en 2018, encore une fois sans plus de détails. La société a par ailleurs signé un accord avec la NBA, la ligue américaine de basketball, pour fournir des parties de basketball numériques visionnables via le casque. Ils sont, une nouvelle fois, restés avares de précisions sur cette collaboration.

 

 Magic Leap évoque le prix de son casque One et s'associe à la NBA
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

À travers son initiative Project Zero, Google vient de dévoiler une nouvelle faille chez son concurrent. Après Edge la semaine dernière, c’est au tour de Windows 10, Microsoft n’ayant pas réagi dans le délai imparti de 90 jours.

La vulnérabilité est assez spécifique. Signalée à Microsoft le 10 novembre, elle réside dans la fonction d’appel à distance (RPC) SvcMoveFileInheritSecurity. Le problème peut survenir quand un fichier avec lien matériel est déplacé vers un nouveau dossier possédant des ACE (access control entries) héritables.

Les droits du fichier peuvent alors changer, récupérant ceux du nouveau dossier. S’il était en lecture seulement, il peut par exemple devenir modifiable, son descripteur de sécurité étant changé. Exploitée, cette brèche peut mener à une élévation de privilèges, prouvée par le chercheur dans un proof-of-concept disponible depuis la page de description.

Notez que cette faille, estampillée 1428, en accompagnait une autre, liée, la 1427. Cette dernière a bien été résorbée par Microsoft, mais l’éditeur tarde sur la seconde. À Redmond, on ne considère pas cette faille comme critique, mais elle reste de niveau élevé.

Tout comme la faille dans Edge, on peut espérer désormais un correctif pour le prochain Patch Tuesday, soit le 13 mars.

Copié dans le presse-papier !

Via une série de communiqués de presse, Qualcomm donne quelques informations sur ces machines pensées pour être toujours connectées à Internet, fonctionnant sous Windows 10 et exploitant une puce Snapdragon 835.

En France, les ordinateurs seront notamment disponibles chez Boulanger et la Fnac « à partir de ce trimestre ». Qualcomm en profite pour annoncer que l'opérateur Transatel sera son partenaire pour les offres mobiles en France. Il était déjà présent dans une machine « Always connected PC » d'ASUS, à base de processeurs Intel.

Transatel multiplie d'ailleurs les annonces sur ce segment (et celui de l'eSIM) au cours des derniers mois, quand les autres opérateurs restent relativement discrets. Là encore, le MWC de Barcelone devrait permettre d'en savoir plus.

Copié dans le presse-papier !

Face à l'émergence du marché des objets connectés, tous les constructeurs y vont de leur solution maison, devant leur permettre d'être LE leader qui fournira ces milliards d'appareils.

Dans cette course, ARM annonce une nouvelle initiative peu avant l'ouverture du MWC 2018 de Barcelone : un SoC contenant un microcontrôleur (MCU), un modem et une integrated SIM (iSIM).

Cette dernière est basée sur Kigen OS et la solution de sécurité CryptoIsland d'ARM, le tout étant compatible avec les standards de la GSMA.

Copié dans le presse-papier !

GitHub propose un moment déjà les labels. Ils servent à étiqueter les problèmes et autres pull requests pour pouvoir les trier plus facilement ensuite. Depuis cette nuit, ils ont droit à quelques améliorations bienvenues.

Ils prennent par exemple en compte les emojis, pour compléter les noms de symboles visuels qui peuvent accélérer une recherche. Surtout, les développeurs peuvent les accompagner de descriptions, des textes qui s’afficheront au survol de la souris pour donner un peu de contexte. Les développeurs concernés pourront donc être mieux informés.

GitHub ajoute deux autres bonus. D’une part, une recherche dans la page des labels pour retrouver plus vite des étiquettes en particulier. Les trier dans la base latérale trie également par description. D’autre part, une prévisualisation est disponible avant la création d’un label, permettant d’en vérifier la couleur, l’orthographe, l’éventuel emoji et ainsi de suite.

Ces fonctions sont disponibles dans GitHub, mais devront attendre encore un peu avant de se retrouver dans les API.

Copié dans le presse-papier !

Interpelé au Sénat, le gouvernement a indiqué la semaine dernière que 134 entreprises ne respectant par la liste anti-démarchage téléphonique « Bloctel » avaient été condamnées depuis sa mise en œuvre, en juillet 2016. « Certaines d'entre elles » ont écopé du montant maximum prévu par la loi, soit 75 000 euros, a précisé la secrétaire d’État Delphine Gény-Stephann.

L’intéressée a renvoyé les problèmes d’application de ce dispositif au fait qu'un « nombre trop grand d'entreprises n'y a pas adhéré et continue de démarcher en toute illégalité ». « Seules 800 entreprises ont adhéré au dispositif Bloctel, ce qui semble très en deçà du nombre de professionnels tenus d'y recourir », a poursuivi la locataire de Bercy.

L’exécutif entend ainsi « inciter » les entreprises à adhérer à Bloctel. « Plusieurs campagnes de mailing à grande échelle ont été lancées et des rencontres avec les différents secteurs d'activité organisées » a déclaré Delphine Gény-Stephann. Dans une logique plus répressive, la DGCCRF aurait lancé de « nombreuses enquêtes, afin de sanctionner les entreprises contrevenantes ».