du 14 février 2018
Date

Choisir une autre édition

L'entreprise a présenté récemment un futur casque de réalité mélangée, le Magic Leap One, en plusieurs éditions pour particuliers et professionnels. L'ensemble est composé d'un casque, d'un ordinateur dédié attachable (un Lightpack) et d'une manette. Selon Rolling Stone, deux tailles seront proposées.

La société a commencé à en dire plus sur son produit. Ainsi, le prix de l'édition de départ avoisinerait celui d'un smartphone haut de gamme, selon le patron de Magic Leap, Rony Abovitz, dans un entretien chez Recode. Pour le moment, seule la Creator Edition a été présentée. Un SDK et un portail pour développeurs sont promis pour ce début d'année.

Les premières livraisons doivent intervenir en 2018, encore une fois sans plus de détails. La société a par ailleurs signé un accord avec la NBA, la ligue américaine de basketball, pour fournir des parties de basketball numériques visionnables via le casque. Ils sont, une nouvelle fois, restés avares de précisions sur cette collaboration.

 

 Magic Leap évoque le prix de son casque One et s'associe à la NBA
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La société explique que son premier (et précédent) logo datait de la création de l'entreprise et était difficile à reproduire avec exactitude, notamment car il comportait pas moins de onze couleurs.

Pour réaliser son nouveau logo, qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler l'ancien dans la forme et les couleurs, l'équipe de Slack s'est rapprochée du graphiste Michael Bierut (Pentagram).

« Au cours des mois à venir, nous allons harmoniser notre identité graphique et mettre notamment à jour le site web, les publicités et notre produit », précise enfin Slack.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, le fabricant a présenté hier un zoom optique 10x pour smartphone. Dans la lignée du zoom 5x « sans perte » présenté en 2017, il utilise trois capteurs (dont un grand-angle) et un téléobjectif « couché » couplé à un prisme pour récupérer l'image, comme le rapporte GSM Arena.

La combinaison de l'ensemble donnerait un zoom optique 10x. L'équivalent en 35 mm serait une focale de 15,9 à 159 mm. Pour rappel, le précédent zoom 5x avait été intégré dans des prototypes de smartphones, mais aucun produit commercial n'a été lancé jusqu'à présent.

Le constructeur en profite pour annoncer un capteur d'empreinte sous l'écran 15 fois plus grand que son modèle actuel. Il serait par exemple capable de lire deux empreintes à la fois.

Dans tous les cas, aucun smartphone n'est pour le moment annoncé avec l'une ou l'autre des technologies. Il faudra certainement attendre le MWC de Barcelone pour en apprendre davantage.

Copié dans le presse-papier !

Coup de théâtre dans l'affaire opposant Unity et Improbable : l'éditeur du moteur a décidé de faire machine arrière et de réactiver la licence de l'éditeur de SpatialOS. Une nouvelle modification des conditions d'utilisation d'Unity a rendu de nouveau possible l'utilisation des services d'Improbable.

Cependant, la hache de guerre semble loin d'être enterrée, puisque l'entreprise ne considère pas Improbable comme un partenaire pour autant, et ne se portera pas garante du bon fonctionnement de Spatial OS « car nous n'avons aucune connaissance de leur technologie, ou de la manière dont ils gèrent leurs affaires ».

Sur Reddit, John Riccitiello, l'actuel PDG de Unity, précise que les violations d'Improbable ne se limitaient pas seulement à l'aspect technique mais aussi à l'aspect commercial. L'entreprise permet aux autres de dire que leurs produits fonctionnent avec Unity, mais en aucun cas de dire qu'ils sont partenaires ou que Unity en assure le support, sans que ce soit le cas. Une ligne qu'Improbable semble avoir franchie.

Copié dans le presse-papier !

La société de sécurité Check Point a trouvé un bon support publicitaire. Elle a découvert un problème permettant de prendre la main sur un compte Epic Games, donc Fortnite. Le jeu gratuit compterait environ 200 millions de joueurs, faisant la fortune actuelle de l'éditeur.

Pour être piégé, l'utilisateur doit cliquer sur un lien factice (envoyant vers un sous-domaine d'epicgames.com). En exploitant une faiblesse du sous-domaine, la page renvoie vers un serveur contrôlé par le pirate, avec du code vérolé. Ce code récupère le jeton d'authentification du compte Epic, qu'il envoie au pirate.

L'internaute doit bien sûr être identifié pour que le procédé fonctionne. Le jeton en question permet de lancer le client de jeu Epic. Il est généré une fois les identifiants fournis, pour maintenir l'authentification.

La faille a été rapidement comblée par Epic, qui assure n'avoir aucune preuve d'exploitation.

Copié dans le presse-papier !

Partant du constat que « parfois un essai gratuit peut à son insu devenir un abonnement récurrent difficile à annuler », la société a décidé d'agir avec la mise en place de nouvelles règles.

Tout d'abord, les commerçants devront « obtenir l'approbation du titulaire de carte à la fin de l'essai avant de commencer à le facturer ».

De plus, « les commerçants devront lui envoyer, par courrier électronique ou texto, le montant de la transaction, la date de paiement, le nom du commerçant ainsi que des instructions explicites sur la procédure à suivre pour annuler son essai ». Cette procédure doit ensuite être répétée à chaque paiement.

Ce n'est pas tout : sur chaque facture, doit apparaître l'adresse du site du commerçant ou le numéro de téléphone du magasin. Des règles de bonnes conduites dont on se demande finalement pourquoi elles n'ont pas été implémentées plus tôt.