du 04 octobre 2019
Date

Choisir une autre édition

C'est une première explique le CEA : « un patient tétraplégique a pu se déplacer et contrôler ses deux membres supérieurs grâce à une neuroprothèse, qui recueille, transmet et décode en temps réel les signaux cérébraux pour contrôler un exosquelette ».

« Ce pilotage est permis par l’implantation long-terme d’un dispositif médical semi-invasif de mesure de l’activité cérébrale, développé au CEA. Cette technologie est destinée, à terme, à donner une plus grande mobilité aux personnes en situation de handicap moteur », ajoute le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives.

Ces travaux font l'objet d'une publication dans la revue The Lancet Neurology : « La grande innovation de ce dispositif est de pouvoir mesurer de manière chronique en haute résolution l’activité électrique dans le cerveau correspondant à des intentions de mouvement du patient ».

Deux dispositif Wimagine ont été implantés à un patient de 28 ans, qui a ensuite effectué pas moins de 27 mois d'exercices pour s'entraîner à piloter son exosquelette. « Il est aujourd’hui capable d’enchaîner quelques pas et de contrôler ses deux membres supérieurs dans trois dimensions, tout en ayant la maîtrise de la rotation de ses poignets, en position assise ou debout ».

 Grâce à un exosquelette, un patient tétraplégique a pu se déplacer et contrôler ses membres supérieurs
chargement Chargement des commentaires...