du 25 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Dans une lettre ouverte du 21 octobre, la Fédération FDN, qui regroupe une trentaine d'opérateurs associatifs, a demandé la création d'offres activées (clés-en-main) pour petits opérateurs, de la part d'Orange et des réseaux d'initiative publique (RIP) montés par les départements et régions.

« L'obligation qui est faite aux RIP de fournir une offre raisonnable, et donc pour les petits opérateurs une offre activée qui soit alignée avec les lignes directrices de l'Arcep, est donc facilement atteignable pour Orange sur le plan technique » estime la présidente de la fédération, Oriane Piquer-Louis.

Pour FFDN, l'absence de telles offres induit le rétrécissement du marché et de la concurrence, alors que des acteurs commerciaux s'inquiètent ouvertement d'une reconstitution du monopole d'Orange sur la fibre.

Selon l'association, l'ouverture d'une offre activée adaptée à des acteurs de niche éviterait de croire à une mauvaise volonté d'Orange, voire à un abus de position dominante.

En août 2017, la présidente de FFDN nous détaillait déjà ses difficultés à accéder à la fibre, clé de sa survie à long terme. Étaient notamment visés les RIP, dont les offres étaient inadaptées à ces petits opérateurs.

 Fibre : FFDN réclame à l'Arcep et Orange des offres accessibles aux petits opérateurs
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L’éditeur cherche à simplifier la vie des développeurs qui aimeraient se lancer sur sa plateforme. L’expérience d’accueil a donc été révisée, avec un découpage en plusieurs étapes se voulant simples et plusieurs scénarios courants, avec documentation mise en avant.

Intégration de Facebook Login, débuter avec l’API Pages et implémentation de l’API Marketing : trois scénarios décrits comme classiques par Facebook et affichés dès l’arrivée du développeur. Ce dernier peut les passer s’il les connait déjà par cœur.

Des guides et ressources de développement doivent permettre au nouvel arrivant de mieux s’y retrouver. Pour un néophyte par exemple, Facebook recommandera de se pencher sur les permissions, le processus App Review et la vérification.

L’App Review a d’ailleurs été remanié, lui aussi pour plus de simplicité. Un nouveau tableau liste les permissions et fonctionnalités, pointant celles que le développeur devrait demander. Le statut des requêtes est en outre mieux mis en avant, de même que les permissions déjà accordées.

Ces changements sont déjà en place et disponibles pour tous les développeurs.

Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite par Paul Berberian, directeur général de Sphero, à nos confrères de The Verge. Les robots aux couleurs de Star Wars (et des autres licences Disney/Pixar) ont en effet disparu du site du fabricant et ne seront plus fabriqués. Néanmoins, le support des applications sera assuré pendant « au moins deux ans, si ce n'est plus » affirme le dirigeant.

Paul Berberian explique que les jouets se vendent bien lorsqu'un film sort, mais que le soufflé retombe rapidement. De plus, les statistiques internes montrent qu'une fois l'excitation du moment passé, les jouets ne sont quasiment plus utilisés.

Dans le même temps, les robots éducatifs de Sphero prennent de l'importance. Décision a donc été prise de recentrer les ressources sur ce marché, visiblement porteur pour la société.

Copié dans le presse-papier !

Le constructeur ajoute encore une référence à sa gamme déjà bien remplie de moniteurs de 31,5 pouces. La dalle IPS du 32QK500-W affiche 2 560 x 1 440 pixels avec un temps de réponse de 8 ms (gris à gris), une luminosité de 300 cd/m² et un contraste de 1 000:1.

Point intéressant, elle est compatible AMD FreeSync et peut monter jusqu'à 75 Hz. Quatre entrées vidéos sont présentes : deux HDMI, un DisplayPort et un mini DisplayPort. Dommage par contre d'avoir fait l'impasse sur l'USB Type-C. Enfin, une sortie jack est aussi présente.

LG annonce un tarif recommandé de 350 dollars pour son 32QK500-W, mais ne donne pas d'indication pour le prix en euros.

Copié dans le presse-papier !

Lancé il y a deux ans, le service promettait un abonnement illimité à 200 titres de presse. Il utilisait pour cela une marque différente de celle de sa maison mère.

Mais les partenariats se multiplient pour LeKiosk depuis l'année dernière. Après Canal+ puis Bouygues Telecom début 2017, c'est Free qui propose désormais une intégration dans son offre Freebox Delta. Orange a de son côté misé sur ePresse.

Une sorte de revanche sur SFR Presse, qui était apparu comme un concurrent de taille mais s'est depuis pris les pieds dans la TVA et ses refontes. Décision a donc été prise de tout réintégrer sous la marque LeKiosk, qui propose désormais son forfait Unlimited.

«  À partir du 17 décembre 2018, votre forfait Clevr ne sera plus renouvelé. Nous vous invitons à télécharger l'application LeKiosk pour profiter du premier mois à 0,99 € ! » précisent ainsi les fiches de l'App Store et du Play Store.

Si une vente au numéro est toujours proposée, c'est bien un accès à 1 600 titres de presse (contre 350 pour ePresse et moins d'une centaine pour SFR Presse) qui est vendu à 9,99 euros par mois, ou intégré à divers forfaits tiers. Les articles peuvent être consommés dans un PDF ou à l'unité.

On y trouve encore peu de quotidiens nationaux. Car les éditeurs doivent faire cohabiter ce modèle avec leurs offres d'abonnement, souvent proposées au même prix ou plus cher, ce qui est tout sauf aisé. On y trouve donc plus facilement des magazines, qui voient sans doute d'un meilleure œil une telle mise en avant.

Mais avec l'arrivée d'Apple l'année prochaine, chacun commence à se tenir prêt.

Copié dans le presse-papier !

Début décembre, un pirate s'attaquait à des imprimantes pour demander aux gens de s'abonner à la chaîne du youtubeur. En coulisse, se déroule en effet une « guerre » des fans voulant que leur idole conserve la couronne du « roi » de la plateforme avec le plus grand nombre d'abonnés. Il est pour le moment en tête avec 77,3 millions, mais talonné de près par T-Series (75,9 millions).

Aujourd'hui, la BBC explique que de nouvelles imprimantes ont été piratées, de nouveau pour demander de s'abonner à la chaîne de PewDiePie et se désabonner de T-Series. Dernière recommandation (et la plus importante) : boucher la faille de sécurité sur l'imprimante.

Ce n'est pas tout : un sous-domaine du Wall Street Journal a aussi été piraté, comme le rapporte The Verge. La page a rapidement été supprimée, mais elle est toujours visible sur Internet Archive.

On pouvait y lire des « excuses publiques » du Wall Street Journal à propos du traitement médiatique de PewDiePie, décrié par certains fans. Contacté par The Verge, un porte-parole du WSJ explique que la page en question est gérée par la branche publicitaire WSJ. Custom Solutions et pas directement par son équipe de journalistes.