du 02 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

 Facebook permettra de supprimer l'historique des informations échangées avec les tiers

« Les dernières semaines ont clairement montré que les gens voulaient plus d'informations sur la manière dont Facebook fonctionne et les contrôles qu'ils ont sur ces informations. »

Par cette introduction épiphanique, Facebook annonce l'arrivée future d'un outil qui devrait exister depuis longtemps : Clear History. L'éditeur table sur plusieurs mois de travail pour une fonction qui permettra de supprimer l'historique des données personnelles échangées avec tous les services tiers liés d'une manière ou d'une autre à Facebook.

Dès lors que l'utilisateur possède un compte, il peut servir à se connecter à d'autres applications et services. Des données identifiants circulent donc. L'outil permettra alors non seulement de les supprimer, mais pourra aussi interdire tout stockage ultérieur.

Plusieurs points restent toutefois à préciser. D'une part, ces informations ne serviront à la personnalisation des publicités, ce qui n'empêchera évidemment pas ces dernières de s'afficher. Rien n'empêche par exemple Facebook de puiser dans les traditionnels cookies.

D'autre part, supprimer et bloquer l'enregistrement des données personnelles ne coupera pas pour autant tous les transferts. Facebook l'explique : des informations agrégées seront envoyées. Les développeurs pourront par exemple continuer à savoir si leurs applications sont plus populaires chez les hommes ou les femmes, dans quelle tranche d'âge, etc.

Facebook assure que des tables rondes sont en cours un peu partout sur la planète pour délimiter les contours de cette fonctionnalité. Il faudra répondre à quelques problématiques particulières, par exemple comment supprimer des données identifiantes les rares fois où le réseau en a besoin pour des raisons de sécurité (qui ne sont pas précisées).

Nous reviendrons dans la journée sur l'ensemble des annonces de la F8, la conférence de Facebook dédiée aux développeurs et à ses nouveautés.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Disponible sous forme d'une extension (Chrome, Firefox, Office...), l'application corrige les fautes d'orthographe, de grammaire et vous propose des suggestions pour améliorer vos phrases. Oui, il est bien évidemment question d'intelligence artificielle et d'apprentissage profond.

Depuis peu, elle propose également un « détecteur de tonalité » qui « vous aide à comprendre comment votre message sera transmis aux lecteurs ». De plus amples informations sont disponibles dans ce billet de blog.

Si les fonctionnalités de base sont gratuites, certaines sont soumises à un abonnement mensuel payant.

Quoi qu'il en soit, son éditeur annonce la levée de 90 millions de dollars, avec General Catalyst comme principal contributeur. C'était la même société qui avait déjà participé à la précédente levée en 2017. Le total des levées de fond est de 200 millions de dollars.

Cet argent servira à améliorer la pertinence de son intelligence artificielle. Elle ne prend en charge que l'anglais pour l'instant, que ce soit votre langue maternelle ou non.

Copié dans le presse-papier !

L'annonce de cette fonctionnalité a été faite par PC Gamer, puis confirmée par Alden Kroll de chez Valve.

Le but : permettre « à des amis de jouer à des titres coopératifs locaux sur Internet, comme s'ils se trouvaient dans la même pièce ». Pensée pour les jeux  à écrans partagés, cette technologie « diffuse votre écran en streaming chez votre ami, enregistre les mouvements et les renvoie au jeu ».

La bêta devrait débuter le 21 octobre, il sera alors temps de vérifier les performances en situation. Une manière originale d'utiliser le streaming de jeux vidéo, technologie qui a le vent en poupe ces dernières années.

Copié dans le presse-papier !

L'éditeur explique qu'un bug réside « dans la version 69.0.2 de Firefox et dans la version bêta 70.0b11 et les suivantes qui provoque l’échec des téléchargements dans Windows 10 quand le contrôle parental ou des restrictions de contenu sont actifs ». 

Un autre bug concernait les utilisateurs de Yahoo Mail qui « étaient invités à télécharger des fichiers en cliquant sur des emails ».

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, la société de Richard Branson explique que « les sociétés collaboreront pour élargir le commerce spatial et transformer les technologies mondiales de tourisme ».

Pour rappel, Virgin Galatic développe un vaisseau capable d'aller dans l'espace avec de riches touristes, avant de revenir se poser sur la terre ferme. 

Copié dans le presse-papier !

Deux ans après le retrait de son application sur macOS au profit de sa version web et TweetDeck, Twitter propose une nouvelle mouture pour le système d’Apple. Comme prévu, elle tire parti du projet Catalyst et est une conversion de la mouture pour iPad.

Il n’y aura donc aucune surprise dans l’interface et les fonctions, même si Twitter s’est au moins assuré que son application supportait le mode sombre de macOS,  disponible depuis un an (voir notre dossier sur Mojave).

L’application est en cours de déploiement, mais est déjà disponible dans la boutique française. Notez pour les utilisateurs de la version web (PWA) que les avantages à utiliser l’application sont moindres qu’avant. Reste ceux d’une intégration dans macOS, et une ergonomie déjà connue.