du 06 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

C’est une période très particulière pour la galaxie Linux actuellement : on y parle beaucoup du comportements des développeurs et autres participants.

Le cas le plus éclatant a été Linus Torvalds, parti faire une « retraite » de réflexion sur son attitude, trop souvent jugée hostile et condescendante.

Récemment, des codes de conduite ont été publiés pour le noyau Linux et par Richard Stallman sur le site de la Free Software Foundation. Objectif général, rappeler à tout le monde qu’un peu d’accueil et de bienveillance peuvent transformer un travail d’équipe.

Et voilà que Debian s’y met à son tour, mais sous une autre formule : des rapports trimestriels d’une petite équipe anti-harcèlement. Elle est constituée de Laura Arjona Reina, Martin Ferrari et Molly de Blanc et s’assure que les membres du projet respectent la déclaration de diversité et les deux codes de conduite.

Selon ses propres mots, l’équipe essaye surtout de désamorcer les crises si elles se présentent, soit en les observant directement soit après lui avoir été rapportée. Il n’est pas question de sanctions, mais d’explications et de consensus, pour apaiser d’éventuels conflits.

Dans son premier rapport, l’équipe pointe quelques exemples : une intervention au sujet d’un paquet nommé « weboob » et jugé inapproprié, le désamorçage d’une dispute entre deux développeurs ou encore des conversations au sujet de deux autres dont le comportement est perçu comme peu accueillant.

Le calendrier de ces diverses publications est intéressant à plus d’un titre. Outre le fait qu’il témoigne d’une volonté d’apaisement, il est également le symbole d’équipes ayant grandi au point de nécessiter des lignes de conduite pour éviter la loi de la jungle.

Debian publie désormais des rapports trimestriels contre le harcèlement
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

De nouvelles expérimentations sont mises en place par Mozilla au sein de son navigateur. La première est Price Wise, qui vise à afficher directement une liste des prix pour un produit lorsqu'il est détecté dans la page.

Un dispositif déjà mis en place par certains revendeurs, sites ou comparateurs de prix, qui verront sans doute d'un mauvais œil cette concurrence directe de la part d'un navigateur. Pour le moment, seuls les États-Unis semblent concernés.

Email Tabs veut de son côté permettre de partager plus facilement des liens avec des tiers, par email. Ils peuvent ainsi être sélectionnés, puis envoyés sous différentes formes : liens, captures d'écran, articles entiers, etc.

L'utilisateur peut également choisir de passer par le presse-papier pour faire ce qu'il veut des informations récoltées. Pour le moment, le dispositif ne fonctionne qu'avec Gmail, ce qui est assez ironique étant donné les positions récentes de Mozilla.

D'autres devraient suivre lorsque le projet évoluera.

Mozilla en profiter pour indiquer que les évolutions de son service Send sont attendues pour plus tard dans l'année, alors que l'expérimentation Firefox Color va être proposée sous la forme d'une extension indépendante.

Copié dans le presse-papier !

« Parmi toutes les particules élémentaires qui constituent la matière, les neutrinos sont les plus mystérieuses » explique le Centre national de la recherche scientifique.

L'existence des neutrinos a été prédite en 1930, puis confirmée en 1956. Depuis, les scientifiques multiplient les expériences pour en apprendre davantage. S'ils ont découvert de nombreuses propriétés de ces particules, « bien des questions les concernant demeurent encore aujourd’hui, dont les réponses promettent de révolutionner nos connaissances sur la matière et l’Univers », excusez du peu.

Problème, ils se font relativement discrets : « Produits au cœur des étoiles lors des réactions de fusion nucléaire, ou dans l’atmosphère sous l’effet de la collision des rayons cosmiques, les neutrinos sont à la fois très abondants mais aussi très discrets : ils interagissent si peu avec la matière qu’ils traversent tout sur leur passage ».

À titre d'exemple, des « milliards de neutrinos nous traversent toutes les secondes sans produire le moindre effet, et seul un neutrino sur dix milliards traversant la Terre parvient à interagir avec un atome ».

Copié dans le presse-papier !

Cet été, le fabricant dévoilait le Galaxy J2 Core, son premier smartphone sous Android Go, une version du système d'exploitation pensée pour les terminaux d'entrée de gamme avec peu de mémoire vive et de stockage. Il récidive en novembre avec le Galaxy J4 Core.

Ce dernier dispose d'un écran de 6 pouces (1 480 x 720 pixels) avec 1 Go de mémoire, 16 Go de stockage (extensibles) et un SoC avec quatre cœurs à 1,4 GHz. La référence n'est pas précisée, mais il pourrait s'agir du Exynos 7570 comme sur le Galaxy J2 Core.

Sont également de la partie : deux caméras de 8 et 5 Mpixels (comme sur le J2 Core), une batterie de 3 300 mAh, du Bluetooth 4.2, du Wi-Fi 802.11n, etc. Il est animé par Android 8.1 Oreo en version Go.

Aucun prix ou date de disponibilité n'est indiqué. Samsung n'a d'ailleurs pas publié de communiqué pour l'instant, il a simplement mis en ligne les caractéristiques techniques.

Copié dans le presse-papier !

Après une première édition réussie, ZeratoR a remis le couvert avec son ZEvent le week-end dernier. Le principe : une quarantaine de streameurs connus du public français se relaient pendant 50 heures de direct pour collecter des dons à destination d'une ONG, cette année Médecins Sans Frontières.

À l'issue de cet intense marathon vidéoludique, 1 083 646 euros ont été collectés. Ils sont, selon France Inter, allés directement sur un compte de l'association. Une initiative qui devrait peut-être redorer l'image de la communauté des joueurs, jusqu'au prochain malentendu.

Copié dans le presse-papier !

Comme toujours avec les « versions à point » de Debian, les utilisateurs actuels n’ont aucun intérêt à réinstaller le système.

Debian 9.6 n’est là que pour fournir un média d'installation à jour aux nouveaux arrivants, en rassemblant tous les correctifs de sécurité déjà sortis. Les plus récents sont disponibles par la voie habituelle.

Concrètement, si votre système est « entretenu », Debian 9.6 n’apportera rien de plus. Il suffit de lancer le gestionnaire de mises à jour pour vérifier que certaines ne sont pas en attente.