du 03 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

 Chine : Google aurait coupé ses équipes vie privée et sécurité du projet Dragonfly

The Intercept révèle certains événements qui ont mené au projet de moteur de recherche destiné à la Chine, Dragonfly, dont un groupe de 500 « employés » a récemment demandé l’abandon, sous pression d’Amnesty International. Le média se fonde sur les témoignages de quatre employés.

Selon nos confrères, le service s’appuierait sur un partenaire local, comme il est d’usage en Chine, avec des serveurs hébergés à Pékin ou Shanghai. Ce détail aurait été annoncé par des hauts cadres du groupe lors d’une première réunion en février 2017, « laissant certains participants abasourdis ».

La direction, dont le patron Sundar Pichai, aurait posé le cadre du projet en 2016, avant d’introduire les ingénieurs pour concevoir un prototype début 2017. Dans cette version, il aurait été conçu pour bloquer des milliers de mots-clés interdits, sous forme d’une application Android et iOS, liant les recherche au numéro de téléphone et enregistrant la géolocalisation.

Cette localisation permettrait aux autorités de facilement accéder aux données de recherche des internautes chinois, avance The Intercept. Scott Beaumont, en charge des projets en Chine, aurait balayé les craintes d’employés sur les conséquences pour les utilisateurs, dont des gardes à vue et détention.

Surtout, le groupe aurait sciemment écarté les équipes spécialisées dans la sécurité et la vie privée du projet, six à huit personnes passant habituellement en revue tout nouveau produit. Selon un ex-employé, Scott Beaumont aurait voulu limiter la vérification au minimum.

« Il ne pensait pas que les équipes de sécurité, de vie privée et juridiques devaient être en mesure de questionner ses décisions sur le produit, et a maintenu une position ouvertement hostile ; contrairement à la norme chez Google », affirme cet employé.

La révélation aurait été limitée à quelques centaines d’employés. Des cadres n’auraient, par ailleurs, discuté que verbalement du projet sans prendre de note écrite sur les réunions. Des ingénieurs auraient été menacés de licenciement s’ils en parlaient avec des collègues.

La direction « était déterminée à empêcher les fuites sur Dragonfly au sein de l'entreprise », selon un employé actuel. « Leur plus grande peur étant que l'opposition interne ralentisse les opérations », assure-t-il.

chargement Chargement des commentaires...