du 03 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

 Chine : Google aurait coupé ses équipes vie privée et sécurité du projet Dragonfly

The Intercept révèle certains événements qui ont mené au projet de moteur de recherche destiné à la Chine, Dragonfly, dont un groupe de 500 « employés » a récemment demandé l’abandon, sous pression d’Amnesty International. Le média se fonde sur les témoignages de quatre employés.

Selon nos confrères, le service s’appuierait sur un partenaire local, comme il est d’usage en Chine, avec des serveurs hébergés à Pékin ou Shanghai. Ce détail aurait été annoncé par des hauts cadres du groupe lors d’une première réunion en février 2017, « laissant certains participants abasourdis ».

La direction, dont le patron Sundar Pichai, aurait posé le cadre du projet en 2016, avant d’introduire les ingénieurs pour concevoir un prototype début 2017. Dans cette version, il aurait été conçu pour bloquer des milliers de mots-clés interdits, sous forme d’une application Android et iOS, liant les recherche au numéro de téléphone et enregistrant la géolocalisation.

Cette localisation permettrait aux autorités de facilement accéder aux données de recherche des internautes chinois, avance The Intercept. Scott Beaumont, en charge des projets en Chine, aurait balayé les craintes d’employés sur les conséquences pour les utilisateurs, dont des gardes à vue et détention.

Surtout, le groupe aurait sciemment écarté les équipes spécialisées dans la sécurité et la vie privée du projet, six à huit personnes passant habituellement en revue tout nouveau produit. Selon un ex-employé, Scott Beaumont aurait voulu limiter la vérification au minimum.

« Il ne pensait pas que les équipes de sécurité, de vie privée et juridiques devaient être en mesure de questionner ses décisions sur le produit, et a maintenu une position ouvertement hostile ; contrairement à la norme chez Google », affirme cet employé.

La révélation aurait été limitée à quelques centaines d’employés. Des cadres n’auraient, par ailleurs, discuté que verbalement du projet sans prendre de note écrite sur les réunions. Des ingénieurs auraient été menacés de licenciement s’ils en parlaient avec des collègues.

La direction « était déterminée à empêcher les fuites sur Dragonfly au sein de l'entreprise », selon un employé actuel. « Leur plus grande peur étant que l'opposition interne ralentisse les opérations », assure-t-il.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Selon les propres termes du réseau social, cet outil a pour but de « faciliter la rencontre entre marques et créateurs de contenu influent », tout un programme.

Après le continent américain, le service commence à se déployer en Europe, avec deux pays seulement pour commencer : le Royaume-Uni et l'Allemagne. D'autres suivront, sans plus de précision.

Copié dans le presse-papier !

En juillet dernier, la société roubaisienne a lancé une nouvelle offre baptisée Cloud Web. Il s'agit d'un mélange entre Public Cloud et hébergement Web classique avec, selon OVH, « la liberté de configuration d’un serveur isolé, la rapidité d’un disque SSD, la simplicité d’un hébergement managé ».

Deux nouveaux paliers sont désormais disponibles : Cloud Web 2 et 3. La différence se fait principalement sur le nombre de vCores (1 ou 2), la quantité de mémoire vive (2, 4 ou 8 Go) et de stockage (10, 25 ou 65 Go de SSD).

Cloud Web 3 (qui dispose de deux vCores) permet aussi « d'activer deux environnements d'exécution simultanés en même temps et d'activer simultanément des langages de codage tels que PHP et Node.js ». Tous les détails sont disponibles par ici.

Voici les tarifs actuels : 11,99 euros pour Cloud Web 1, 22,79 euros pour Cloud Web 2 et 40,79 euros pour Cloud Web 3. Chaque offre peut, selon les estimations d'OVH, accueillir environ 100, 200 ou 300 visiteurs en simultanés.

Copié dans le presse-papier !

Mi-novembre, le géant du Net annonçait son intention de couper son futur quartier général (HQ2) en deux – New York et Crystal City – avec 25 000 employés sur chaque site.

Cette semaine, des rumeurs faisaient état d'un possible retournement de veste à New York, à cause de « l'opposition locale de groupes militants et de politiciens ». C'est désormais officiel :

« Alors que les sondages montrent que 70 % des New-Yorkais soutiennent nos projets et notre investissement, un certain nombre de responsables politiques locaux et de l’État ont clairement indiqué qu’ils s’opposent à notre présence et qu’ils ne travailleront pas avec nous pour construire le type de relation nécessaire pour aller de l’avant ».

Le géant de la vente en ligne ajoute que, « à ce stade », un site de remplacement n'est pas recherché, ni même envisagé. Le projet d'implantation à Crystal City suit son cours.

Copié dans le presse-papier !

En mars dernier, le scandale Cambridge Analytica éclatait dans la presse (lire notre analyse). Plusieurs enquêtes officielles ont été lancées outre-Atlantique, notamment par la FTC.

Selon le Washington Post, le réseau social serait en train de négocier avec la Federal Trade Commission une amende record de « plusieurs milliards de dollars ». Elle mettrait un terme aux enquêtes sur les pratiques du géant du Net en matière de vie privée et inclurait l'affaire Cambridge Analytica.

Nos confrères expliquent que ce serait (et de loin) la plus grosse amende jamais infligée par la FTC à une entreprise technologique. L'actuel « record » est détenu par Google avec 22,5 millions de dollars « seulement ».

Facebook confirme au Washington Post être en discussion avec la FTC, mais refuse de donner le moindre détail supplémentaire. L'agence reste pour sa part muette.

Copié dans le presse-papier !

À l'approche du MWC de Barcelone, les constructeurs fourbissent leurs armes et multiplient les annonces sur des briques logicielles et matérielles que l'on retrouvera dans leurs smartphones haut de gamme.

LG vient ainsi de présenter sa technologie Crystal Sound OLED (CSO) « qui utilise l’écran OLED du téléphone comme amplificateur audio » : « En faisant vibrer toute la surface, CSO transforme l'écran OLED en diaphragme pour produire un son d'un volume impressionnant ».

Le fabricant ajoute qu'elle permet d'améliorer notamment la clarté des voix. Il faudra certainement attendre l'ouverture du MWC (le 25 février) pour en apprendre davantage sur le Crystal Sound OLED.