du 24 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

En juin dernier, l'opérateur virtuel dévoilait son forfait, alors en version bêta (lire notre analyse). Pour rappel, celui-ci fonctionne à la manière d'un compte prépayé que l'on recharge par des « actions » : visionnage de publicité, installation d'applications, etc.

Après sept mois de tests, le forfait est officiellement lancé à partir d'aujourd'hui, sur Android (et prochainement sur iOS). De nouvelles manières de gagner des crédits (ou des éclairs) ont été ajoutées : affiliation lorsqu'on achète ses billets de train et publicités géolocalisées.

Depuis sa phase bêta, l'application aurait été téléchargée 50 000 fois selon David Charles, PDG de Prixtel. Le dirigeant vise 200 000 clients d'ici mi-2019 afin de peser face aux annonceurs.

 

 Blu de Prixtel : le forfait « gratuit » avec publicité est officiellement lancé
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le train des mauvaises nouvelles continue pour Kaspersky. Après de vives tensions aux États-Unis ayant conduit à son retrait des administrations puis des mesures similaires aux Pays-Bas, l’éditeur russe fait face à l’hostilité du Parlement européen.

Les députés ont en effet adopté une motion le 13 juin réclamant des institutions européennes qu’elles se lancent dans une grande analyse « des logiciels, services informatiques et équipements de communication » utilisés pour se séparer des éléments dangereux. Objectif ? Se débarrasser de ceux « reconnus comme malveillants, comme Kaspersky Lab » (mesure 76).

L’entreprise russe a beau communiquer à tour de bras et ouvrir des bureaux en Suisse pour montrer sa transparence, rien n’y fait. Bien que la motion ne soit pas contraignante – les institutions n’ont aucune obligation d’action – elle envoie un nouveau signal fort : Kaspersky n’est pas un acteur de confiance.

Au-delà du déficit d’image pour le Russe, le Parlement européen émet un autre signal : un souci de vérification. Car Kaspersky n’a jamais été « reconnu comme malveillant ». Une forte défiance a bien été observée, surtout outre-Atlantique, mais aucune preuve n’a été présentée.

La réaction de Kaspersky semble en revanche plus concrète. Interrogée par The Register, l’entreprise a déclaré qu’elle suspendait toutes ses initiatives de collaboration européennes contre le cybercrime, y compris celle avec Europol.

Copié dans le presse-papier !

En avril, la SEC infligeait une amende de 35 millions de dollars à Altaba (ex-Yahoo) pour avoir tenté de dissimuler son piratage massif (3 milliards de comptes, excusez du peu).

C'est au tour la CNIL britannique (ICO, Information Commissioner Office) d'annoncer une amende de 250 000 livres (environ 286 000 euros) pour ne pas avoir « pris les mesures techniques et organisationnelles nécessaires afin de protéger les données de 515 121 utilisateurs [NDRL : de Yahoo! UK Services Ltd au Royaume-Uni] contre l'exfiltration » de leurs données.

« Les défaillances identifiées lors de notre enquête ne sont pas ce que nous attendons ou acceptons d'une entreprise traitant d'importants volumes de données personnelles » explique l'ICO. Le régulateur termine par une pointe d'humour : « Ce n'est pas la peine de verrouiller la porte si vous laissez la clé sous le tapis ».

Copié dans le presse-papier !

La bataille juridique entre Qualcomm et Apple dure depuis longtemps et sur plusieurs fronts, mais elle pourrait prendre un nouveau virage. En effet, des experts de l'International Trade Commission (ITC) affirment qu'Apple a violé un des brevets de Qualcomm, comme le rapporte Reuters.

Il ne s'agit ici que d'un avis consultatif, mais les juges le suivent généralement, indiquent nos confrères. La décision finale est importante puisqu'elle pourrait conduire à une interdiction de vente de certains iPhone sur le sol américain.

Copié dans le presse-papier !

Après le Zenfone AR annoncé au CES de l'année dernière, le fabricant a discrètement mis en vente un nouveau smartphone avec la même orientation : le Zenfone ARES.

Comme le rapporte ZenFone.org, il dispose d'un écran AMOLED de 5,7 pouces (2 560 x 1 440 pixels) avec un Snapdragon 821 aux commandes et un maximum de 8 Go de mémoire vive… exactement comme le Zenfone AR.

Comme ce dernier, le Zenfone ARES mise également sur la réalité virtuelle et augmentée avec de nouveau une caméra de 23 Mpx gérant la détection de mouvement et de profondeur. Le smartphone est d'ailleurs certifié par Zynga comme étant compatible avec le jeu CSR Racing 2 (avec ARCore de Google), comme le Zenfone AR.

Le nouveau smartphone n'est pour le moment disponible qu'à Taïwan pour 9 990 dollars taïwanais (environ 286 euros avec une simple conversion), contre près de 900 euros pour le Zenfone AR.

Copié dans le presse-papier !

Le 12 juin, la  la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) a démantelé le forum Black Hand, une place de marché de l'Internet clandestin, claironne le ministère de l'Action et des comptes publics (PDF). Actif depuis deux ans, il aurait proposé des armes, faux papiers, données bancaires et des stupéfiants, comptant 3 000 utilisateurs.

L'opération, inédite en France selon le gouvernement, a mené à la saisie de matériel informatique, de faux papiers, de près de 4 000 euros en liquide et de 25 000 euros en crypto-monnaies. Les données du site ont aussi été récupérées. L'administratrice a été arrêtée. Quatre suspects ont été déferrés au parquet de Lille. L'Office central de la lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC) devrait poursuivre l'enquête.

En parallèle, Europol, avec les autorités françaises (l'OCLCTIC), britanniques et thaïlandaises, a démantelé le groupe Rex Mundi. Un pirate français, accusé d'avoir contribué à de l'extorsion ciblant des sociétés britanniques, a été arrêté en Thaïlande. En mai 2017, une de ces entreprises a laissé fuiter des données d'utilisateurs. Le pirate réclamait 580 000 euros pour éviter toute publication, 825 000 euros pour une méthode de correction de la faille, avec 210 000 euros d'astreinte par jour, à payer en bitcoin. Cinq personnes avaient été arrêtées en juin 2017 par les autorités françaises, et deux autres en octobre. Huit personnes ont donc été appréhendées au total.

Enfin, le bras droit du tenancier de la place de marché The Silk Road, fermée en 2013, passera devant la justice américaine. Roger Thomas Clark (« Variety Jones »), le mentor supposé de Ross Ulbricht, est extradé vers les États-Unis depuis la Thaïlande, où il était en prison depuis deux ans et demi. Pour sa part, Ross Ulbricht a déjà été condamné à perpétuité.