du 06 février 2019
Date

Choisir une autre édition

 Apple face à une class action pour le rejet de certains accessoires par iOS

Monica Emerson, résidente californienne, a acheté un iPhone 7 en septembre 2016. En octobre 2017, soit juste un peu après la fin de la garantie principale, son appareil lui indiquait ne pas reconnaître l’accessoire relié quand elle branchait le chargeur, pourtant fourni avec l’iPhone.

En colère contre Apple, elle a mis en place un recours collectif. Obtenu par MacRumors, on peut y lire que la plaignante s’est vu recommander d’acheter un nouveau chargeur. Elle dit s’être sentie « arnaquée et trompée » par Apple.

Dans la plainte, on peut également lire que la situation aurait mené à de nombreux achats injustifiés de nouveaux chargeurs par des clients lésés. Il en serait résulté un gain de 5 millions de dollars pour Apple. Elle dépose donc plainte pour tromperie, publicité mensongère et pratiques déloyales.

Le message « Il est possible que cet accessoire ne soit pas pris en charge » est source de nombreuses conversations sur le web depuis qu’iOS 11 est apparu, comme une recherche rapide le laisse voir. Apple a sa propre page pour l’expliquer, mais on trouve surtout des conseils pour s’en débarrasser.

Il manque toutefois une information importante dans le discours de la plaignante. Elle assure s’être servie du chargeur original de l’iPhone, mais ne dit rien sur le câble.

Or, le programme MFi (Made For iPhone) permet justement de certifier les câbles et accessoires obéissant à une stricte charte. Apple l’avait mis en place pour en finir avec les câbles de mauvaise qualité inondant le marché. Monica Emerson aurait donc très bien pu s’acheter un câble supplémentaire ou de remplacement et ainsi avoir le message.

MacRumors évoque de son côté la piste d’un éventuel faux positif. Le fait est que bon nombre de détails manquent dans la plainte. Le discours n’est orienté que sur un chargeur, comme si la plaignante n’avait pas cherché à obtenir des résultats différents avec d’autres accessoires, appartenant par exemple à des amis.

Quoi qu’il en soit, la plainte est entre les mains de la District Court for Central California. Monica Emerson espère évidemment un procès avec jury.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après le rover baptisé Rosalind Franklin, c'est au tour de la plateforme d'atterrissage d'avoir un petit nom : Kazachok, un choix fait par les Russes de Roscosmos. L'agence spatiale européenne explique qu'il signifie « petit cosaque » et qu'il s'agit d'une danse folklorique.

La plateforme est également arrivée à Turin, en Italie. Pour rappel, ExoMars 2020 est une initiative conjointe de l'ESA et de l'agence spatiale russe. Le lancement est prévu pour juillet 2020. Si tout se passe bien, une fois sur le sol martien, le rover quittera sa plateforme pour aller explorer la surface.

Copié dans le presse-papier !

Depuis plusieurs années, l'outil permet déjà de contrôler à distance son terminal mobile sous Android. Une mise à jour déployée cette semaine ajoute la prise en charge d'Android TV.

Les notes de version indiquent également que divers correctifs et améliorations ont été apportés, notamment un problème avec les terminaux sous Android 8 (Oreo) ou une version plus récente du système d'exploitation.

Copié dans le presse-papier !

Le régulateur explique que son « tableau de bord trimestriel vise à mettre en lumière l’état des déploiements des opérateurs mobiles au regard de ces nouvelles obligations de déploiement ». Il a été mis à jour pour intégrer les données du quatrième trimestre 2018.

Les informations sont également disponibles en open data sur cette page.

Dans le même temps, un arrêté ministériel publié ce matin au JO définit « les premières listes des zones à couvrir pour l’année 2019 ». Une centaine de zones sont ainsi mises en avant. Une consultation publique avait été lancée en février, justement pour définir les zones à couvrir en priorité pour 2019.

« Dans chaque zone, les opérateurs désignés sont tenus de fournir des services de radiotéléphonie mobile et d'accès mobile à très haut débit [...] au moyen de l'installation de nouveaux sites dont le nombre est défini en annexe, en vue notamment d'assurer la couverture des points d'intérêt de la zone ».

Copié dans le presse-papier !

En ce 22 mars, deux éléments indispensables à notre vie sont à l'honneur. Le CNRS en profite pour mettre en ligne des articles de recherche sur divers questions autour du sommeil : « Pourquoi dormons-nous ? Que se passe-t-il alors dans notre corps ? D’où viennent les rêves ? ».

Comme chaque année, l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance – une association de loi 1901 fondée en 2000 sous l’impulsion de la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil – se mobilise évidemment pour cette 19e journée du sommeil.

De son côté, la journée mondiale de l'eau est elle reconnue par les Nations Unies. Elle est célébrée depuis 1992 et placée cette année sous le thème : « Ne laisser personne de côté ».

Pour l'ONU c'est l'occasion de rappeler que « 2,1 milliards de personnes ne disposent pas d'eau potable chez elles ». L'Organisation indique aussi que, depuis 2010, elle a reconnu que « le droit à l'eau potable et à l'assainissement est un droit de l'homme, essentiel à la pleine jouissance de la vie et à l'exercice de tous les droits de l'homme ».