du 17 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

« Whois » : DomainTools prend une claque outre-Atlantique

Le 12 septembre, la Commission des noms de domaine en « .nz », a obtenu une injonction préliminaire contre Domains Tools, devant un tribunal de Washington. Elle interdit à la société américaine l'accès aux données des domaines en « .nz », leur téléchargement et la publication de certaines informations (dont l'historique).

DomainTools, spécialisé dans les outils de surveillance et d'investigation, y compris de noms de domaine, pourrait s'en mordre les doigts.

Depuis juin 2016, l'annuaire des noms de domaine néozélandais prévient qu'il est interdit de copier les coordonnées des titulaires. Un avertissement que DomainTools a outrepassé, téléchargeant et republiant en masse ces données.

L'entreprise argue quelle en a le droit, au nom de l'intérêt général. Ces données servent à ses clients, forces de l'ordre et sociétés de cybersécurité, qui contribuent à la protection de tous ; peu importe comment ces informations sont récupérées.

Elle assure par ailleurs que supprimer toutes ces données demanderait des mois de travail. Ce que la commission contredit, estimant qu'il suffit de retirer les résultats en « .nz » de ses outils, sans suppression en base.

Cette passe d'armes reprend les exacts termes du débat à l'Icann entourant le Règlement général sur la protection des données.

Depuis fin 2017, l'organisation mondiale cherche en urgence une solution qui convienne à tous : d'un côté les autorités de protection des données européennes qui veulent anonymiser par défaut les coordonnées des domaines en gTLD détenus par des résidents européens, de l'autre les États représentant les forces de l'ordre et les sociétés de sécurité, qui veulent maintenir un « whois » public, que les internautes y consentent ou non.

DomainTools est cité dans un article de l'Internet Governance Project, sur un brouillon de loi américaine restaurant le caractère public du « whois », possiblement en contradiction du RGPD.

chargement Chargement des commentaires...