du 21 novembre 2019
Date

Choisir une autre édition

« Nouvelle usine Apple » au Texas : les petits mensonges de Trump

Le président américain était hier à Austin (capitale du Texas) pour visiter l’usine servant actuellement à fabriquer les nouveaux Mac Pro, qui seront lancés le mois prochain. Une commercialisation attendue, plus de six ans après la dernière itération (le fameux cylindre).

Donald Trump a parlé de « jour très spécial », et pour cause : « Nous voyons le début d’une très puissante et importante usine. À quiconque a suivi ma campagne, je parlais souvent d’Apple, que je veux qu’Apple construise des usines aux États-Unis. Et c'est ce qui se produit ».

Le jour était en fait ordinaire. Comme l’ont rapporté de nombreux médias américains, dont le New York Times et The Verge, rien n’est vrai. En dépit d’un tweet de Trump pour réaffirmer son message, écorchant au passage une Nancy Pelosi qu’il accuse de ne pas penser aux « travailleurs américains ».

D’une part, l’usine n’est pas nouvelle. Elle construit des Mac Pro depuis 2013, comme l’avait indiqué Apple il y a des années. C’était même un argument de vente : assemblé aux États-Unis, même si une bonne partie des pièces provenait d’Asie, tout particulièrement de Chine.

D’autre part, elle n’appartient même pas à Apple, mais à un sous-traitant nommé Flex, anciennement Flextronics. Une société qui travaille sous contrat pour Apple depuis longtemps.

La visite de cette usine n’avait donc rien à voir avec la réalisation d’une promesse de campagne. Le temps que l’idée soit « imposée » à Apple, que la firme étudie les zones possibles et définisse les plans de son usine, la réalisation aurait dépassé le mandat présidentiel.

Tim Cook, présent aux côtés de Trump, n’a pas contredit le président, ni pendant ni après. Une situation sans doute délicate, d’autant que la presse s’était massivement déplacée. Mais le PDG avait probablement autre chose en tête : les taxes.

Tim Cook espère en effet négocier une baisse des taxes sur certains produits d’importation. The Verge rappelle que la construction des Mac Pro aux États-Unis coûte plus cher qu’en Asie, non seulement à cause du coût de la main d’œuvre et des taxes sur les importations chinoises.

Trump a d’ailleurs annoncé pendant la visite de l’usine que des exemptions de taxes étaient à l’étude pour Apple : « Nous devons traiter Apple comme on le fait pour Samsung ». Une référence à un commentaire lancé par Cook l’été dernier : les taxes touchent les imports de composants chinois, pas les entreprises chinoises elles-mêmes, aboutissant à des mesures qui frappent ainsi Apple, mais pas Samsung

chargement Chargement des commentaires...