du 25 mars 2020
Date

Choisir une autre édition

« Le confinement durera vraisemblablement au moins six semaines à compter de sa mise en place »

Le Conseil scientifique, dans sa note du 23 mars, estime que cette période s’étendra jusqu’à la dernière semaine d’avril. 

Il reconnaît toutefois qu’il n’est pas encore possible « de proposer une date de sortie de confinement ». 

D’ici là, les Français doivent rester en principe chez eux, sauf à être muni de la fameuse auto-attestation. Sur ce point, au 22 mars, 92 000 contraventions pour non-respect de ces mesures ont été dressées par les autorités.

Le conseil recommande deux options : durcir encore ces mesures, « en les appliquant à toute la population dans un esprit d’égalité », ou une application plus stricte en sollicitant par exemple le pouvoir de police des maires pour instaurer un couvre-feu.

Avec la loi sur l’état d’urgence sanitaire, les préfets peuvent eux aussi prendre des mesures restrictives. Dans l’Aisne, un arrêté a ainsi envisagé un temps d’interdire la vente à emporter de boissons alcoolisées, avant finalement d’être annulé par son auteur. 

Le Conseil insiste aussi pour que la détection et la prise en charge des patients atteints de Covid-19 se fassent en évitant autant que possible la venue en cabinet. 

Il demande de privilégier « les appels téléphoniques au cabinet, les applications smartphone et les sites internet de triage référencés par le ministère de la Santé [ou] la téléconsultation », le 15 ne devant être réservé qu’aux cas les plus graves.

chargement Chargement des commentaires...