du 16 mars 2020
Date

Choisir une autre édition

« Bug » chez Burger King : ce n'était qu'une campagne de « buzz », avec le soutien d'influenceurs

Début février, Mc Donald's rencontrait un problème avec son application de commande en ligne : des menus Golden étaient facturés moins de 2 euros dans certains restaurants. Tout a rapidement été corrigé.

En fin de semaine dernière, une situation similaire semblait se produire chez Burger King, de nombreux sandwichs étant affichés à deux euros sur les bornes de commandes à disposition des clients. La situation était alors plus globale.

L'information s'est rapidement propagée sur les réseaux sociaux. Et pour cause : il s'agissait d'une stratégie de communication du groupe, comme on peut le voir dans des documents détaillant le dispositif publiés sur Twitter dès jeudi (ici ou ). 

On y voit la liste des produits concernés ou non, le calendrier détaillé et les influenceurs mobilisés pour propager la fausse nouvelle. Ainsi, Bruno Guillon servait de coup d'envoi dès 7h sur Fun Radio, avant un relai par des sites de « bons plans », des commentaires anonymes sur Facebook, publications de partenaires en tweets et vidéos, relances, mobilisation des « super fans », etc.

C'est le vendredi à 17h que tout devait être annoncé et « assumé », l'opération devant se terminer ce mardi. Il était bien expressément recommandé de « laisser planer le doute » auprès des clients, sans doute en espérant qu'ils serviraient eux aussi de relai. Finalement c'est avec 2h d'avance que Burger King a officialisé sa mascarade. 

Une tendance à jouer avec la vérité qui n'est pas nouvelle, puisqu'elle avait déjà été utilisée par Carambar en 2013 par exemple. Mais cette pratique est toujours aussi détestable. Tant pour ce qu'elle dit de la confiance que le public doit avoir en certains médias et influenceurs, que dans la capacité des marques à ne voir dans la propagation des fausses informations qu'une opportunité commerciale.

chargement Chargement des commentaires...