INpact MediaGroup passe la seconde et rachète Nolife : ce qui va changer

L'union fait la force 180
En bref
image dediée
Annonces MàJ
L’équipe de Next INpact

Mise à jour : Eh non, nous ne rachetons pas Nolife ! Nous pensons effectivement que les médias peuvent avancer ensemble et progresser, tout en gardant leur ton, leur différence et sans avoir à se faire racheter ou à travailler pour des marques. Mais Nolife et nous partageons des problématiques et des idéaux, nous serons donc sans doute amener à travailler ensemble à l’avenir, en toute INdépendance. Nous souhaitons en tous cas le meilleur à l’ensemble de leur équipe (en écoutant un peu de J-pop). 

Nous vous avions promis du changement en 2016, vous n'allez pas être déçus. Nous annonçons aujourd'hui le rachat de la chaîne Nolife. Celle-ci va arrêter la diffusion de musique japonaise et recentrer ses programmes. Elle devient aussi notre studio de production de contenu de marque.

Il y a deux ans, PC INpact est devenu Next INpact. Mais la société éditrice est surtout devenue INpact MediaGroup. Derrière ces deux changements, nous avions une vision globale. Celle du besoin de fédérer autour de nous et de faire des médias indépendants des acteurs de poids. Et ce, en termes d'audience, de moyens et de défense du contenu.

Le refonte réussie des activités d'INpact MediaGroup

Pour cela, nous avons d'abord travaillé à notre échelle, celle du site. Nous avons relancé la machine afin d'être rentables et de le rester. Une fois nos projets annexes comme LIDD.fr terminés, nous avons donc mis en place la v6 et revu notre stratégie autour des bons plans tout en les gardant séparés de la ligne éditoriale, et désactivables. Nous avons renforcé nos différents comparateurs : Tous les forfaits, Les offres Internet puis Prix du Net.

Une stratégie saine qui nous a permis d'assurer notre viabilité ces deux dernières années et de renforcer notre trésorerie, sans avoir à abuser de la publicité ou culpabiliser les utilisateurs de bloqueurs de publicité. Car nous croyons profondément que c'est en respectant nos lecteurs que nous irons toujours plus loin, bien que ce ne soit pas toujours le chemin le plus facile.

Mais nous avons surtout investi dans notre avenir. L'équipe s'est ainsi renforcée, avec de nouveaux journalistes, des pigistes, et une équipe technique plus forte. Notre volonté éditoriale est toujours la même, nous l'avions encore défendue il y a tout juste un an : ne pas bêtement multiplier les contenus, ne pas aller sur le terrain du clickbait ou du commentaire de la dernière vidéo qui fait le buzz.

L'audience ne mérite pas tous les sacrifices, encore moins celui de notre éthique et de notre politique éditoriale. Nous voulons avant tout continuer de proposer un site principalement gratuit, avec du contenu de fond financé grâce à nos abonnés qui y ont accès en priorité, mais accessible à tous au bout d'un mois.

Le besoin de nouer des alliances et de fédérer

Néanmoins, un tel combat ne peut se faire seul. Nous avons donc cherché des alliés et sommes devenus membre du SPIIL, qui défend la presse indépendante en ligne et ces acteurs qui tentent de faire de l'information un acte important dans tous les secteurs et sur tout le territoire.

Nous nous sommes aussi naturellement tournés vers Arrêt sur images, une « marque » qui est pour certains d'entre nous en partie à l'origine de notre fibre journalistique. Notre partenariat était avant tout éditorial et s'est concrétisé avec 14h42 (qui a depuis été mis en pause, nous y reviendrons). Mais il nous est rapidement paru nécessaire d'aller plus loin, et de donner naissance ensemble à La Presse Libre.

Notre but est d'unifier les acteurs de la presse payante au sein d'une offre commune qui ne dépendrait pas des géants du Net et qui n'oublierait pas les acteurs indépendants. Nous avons été depuis rejoints par de nombreux sites qui sont intéressés par le projet, ainsi que par Alternatives économiques qui prépare actuellement sa nouvelle version après une campagne de financement participatif réussie.

Mais notre modèle est aussi publicitaire, nous avons donc cherché à convaincre autour de nous de l'intérêt des bonnes pratiques sur le sujet. Nous avons ainsi renforcé nos propres engagements, respecté Do Not Track, commencé à généraliser HTTPS sur le site, etc. Nous avons développé notre propre ad server au service de notre vision d'une publicité sans tracking, avec des éléments visuels fixes, et distribués dans des conditions respectueuses de l'internaute.

Là aussi, nous avons cherché à généraliser notre engagement et à le proposer à d'autres pour voir cette belle idée se propager. Cela passe par le lancement d'une société tierce, mais indépendante d'INpact MediaGroup : Unit Sense.

Le rachat de Nolife

Outre ces partenariats et ces projets, il nous manquait néanmoins quelques cordes à notre arc. Ainsi, lors de nos rencontres et de nos discussions autour de La Presse Libre l'année dernière, nous avons été séduits par l'approche de l'équipe de Nolife, assez semblable à la nôtre. 

Lorsque le site a rencontré des problèmes financiers en fin d'année dernière, nous avons décidé d'aller à sa rencontre pour savoir comment nous pouvions travailler ensemble. Finalement, ces dernières semaines, il nous est apparu clairement qu'une seule solution était possible : le rachat de Nolife par INpact MediaGroup et une réorganisation globale.

Passé les discussions et maintenant que tout est acté, nous pouvons donc l'annoncer et surtout évoquer ce qui va changer pour Nolife. Pour nous, ce rapprochement fait sens. Tout simplement parce qu'il nous permet de nous déployer sur la vidéo qui est un secteur en pleine explosion, surtout sur le mobile qui devient le centre des usages des internautes français sur le digital. Mais nous profiterons aussi d'une bien meilleure exposition avec un canal TV dédié.

Noco.tv est un formidable outil actuellement présenté comme un service de SVOD qui nous permettra d'entrer de plain-pied dans la distribution de contenu et lui donner des moyens à la hauteur de son ambition : en faire une marque mondiale. Il dispose d'une API complète, d'un service de connexion unifié et peut donc servir de locomotive à notre volonté de proposer des services et des outils incontournables.

Nolife Fusion

Le besoin d'en finir avec la J-Pop

Mais soyons honnêtes, si Nolife a rencontré des soucis financiers, c'est parce que la chaîne a des problèmes structurels et perd de l'argent. Nous allons donc, comme nous l'avions fait pour Next INpact, redresser la barre. Mais cette fois, puisque le travail va s'avérer beaucoup plus complexe, nous avons donc décidé de frapper vite et fort. 

Après avoir étudié le dossier de près, nous avons donc pris une série de décisions qui vont rapidement être mises en œuvre sur nos deux sites. L'équipe actuelle reste en place, nous renouvelons ainsi notre confiance à Sébastien Ruchet et Alex Pilot pour gérer la structure et ses programmes. Mais il faut les faire évoluer à l’aune de ce qui est consommé et de ce qui ne l’est pas. Ainsi, la musique sur Nolife, c'est fini.

Nous sommes en train de finaliser une nouvelle convention avec le CSA afin de pouvoir étendre le spectre des sujets traités par la chaîne qui doit définitivement se débarrasser de la J-Pop afin de proposer des contenus plus fédérateurs capables d'attirer un public de prescripteurs dans le domaine du numérique. En effet, ces clips occupaient une bonne majorité de la grille alors qu'ils ne sont pas regardés et subissent la concurrence croissante de gros groupes.

Nolife devient un onglet de Next INpact et va proposer de nouveaux programmes

Avec Nolife, ce que l'on veut faire c'est avant tout du divertissement. On ne veut pas faire de la grande presse, on veut raconter des histoires mais surtout le faire mieux. Il n'est ainsi pas question de lancer un ARCEP.tv, pourtant demandé par certains. Le site prendra simplement la place de l'onglet « Culture numérique » de Next INpact, nous permettant de mieux développer cette verticale.

Elle sera désormais traitée par l'équipe de Nolife qui va devoir faire avec un autre « rédac' chef », sous la forme d'un binôme. Kevin (Cicurel) travaillera désormais en tandem avec Kévin (Hottot), qui va déménager afin de rejoindre les locaux de Paris. Sous la responsabilité de Marc Rees, ils feront le lien entre les deux rédactions mais seront aussi en charge d'un nouveau projet : Kevin² Gaming. Un nom qui sonnait pour nous comme une évidence.

Il rassemblera les activités du groupe pour ce qui est des jeux vidéo, un secteur en pleine expansion. Le but ne sera pas seulement de vous permettre de voir votre gamer préféré s'essayer au dernier Autobahn Police Simulator, mais aussi de diffuser des compétitions eSport dont nous serons partenaires, maintenant que le gouvernement semble se préoccuper de cette question (voir notre analyse). Sébastien Ruchet supervisera spécifiquement cette activité.

Nolife Fusion Onglet

Le reste de l'équipe de Nolife et de Next INpact sera mis à contribution pour assurer des chroniques plus régulières, qui seront diffusées plusieurs fois dans la semaine à des horaires différents, afin de permettre à chacun de retrouver ces nouveaux rendez-vous. Nous donnerons aussi leur chance à de jeunes YouTubeurs, nous voulons repérer les talents de demain en les associant à des grands noms d'aujourd'hui. Qui sait, peut-être que le futur Pew Die Pie est déjà parmi vous et que nous pourrons nous poser en alternative à YouTube RED.

Car ces programmes seront diffusés sur la chaîne et en avant-première sur Noco. Vous pourrez les retrouver un mois plus tard sur Dailymotion et YouTube, un peu à la manière de ce que nous faisons avec les contenus réservés aux abonnés sur Next INpact. De quoi nous permettre d'assurer le « merchandising » de nos contenus sur les moteurs de recherche, les plateformes mais aussi le social qui prend une part grandissante de notre audience et pourra nous assurer de nouveaux revenus.

Nolife : un studio de production aussi pensé pour les marques

Mais notre plus grande fierté est sans doute de transformer l'activité principale de Nolife en studio de contenu de marques. En effet, nous avons eu beau tourner les chiffres dans tous les sens, il n'était pas possible de rentabiliser l'ensemble sans une telle solution. Une partie de l'équipe s'occupera donc désormais exclusivement de cette activité, en lien avec notre régie mais sans en référer à l'équipe rédactionnelle.

Ces campagnes, qui bénéficieront du savoir-faire technique de l'équipe, mais aussi de ses talents d'écriture et d'humour, pourront être diffusées sur Nolife, dans nos espaces publicitaires ou par des sites tiers selon les besoins des annonceurs. De quoi financer des reportages, et pourquoi par des mini webséries diffusées sur YouTube ou Snapchat, l'équipe de Paris étant spécialement friande de ce nouveau média (notamment Davy Mourier).

De quoi devenir un éditeur de contenus Premium, spécialiste du marketing de l'influence et de la publicité native. Cette étape n'est bien entendu pas la dernière, et nous avons encore de nombreux projets en tête.

Cette annonce sera suivie de la diffusion sur la chaîne d'une édition spéciale de 101% qui sera présentée ce soir par David Legrand et Sébastien Ruchet afin de vous exposer les changements à venir. Exceptionnellement, elle sera aussi accessible à tous, en ligne, dès 19h.

Dernière mise à jour le 02/04/2016 00:12:17

chargement
Chargement des commentaires...