On vous répond sur l'évolution de Next INpact, à la recherche d'un nouvel équilibre

Construction à ciel ouvert 331
En bref
image dediée
Crédits : iStock/pinstock
Annonces
Par
le mercredi 12 avril 2017 à 16:31
L’équipe de Next INpact

Alors que nous venons de dévoiler notre feuille de route pour les mois à venir ainsi que notre nouveau modèle économique, vous avez été nombreux à réagir et à nous poser des questions. Voici nos réponses et un premier bilan.

La semaine dernière, nous avons fait quatre annonces successives. Nous allons en effet fêter nos 15 ans avec une édition spéciale au format papier financée par Ulule, le dessinateur Flock rejoint l'équipe et nous mettons notre équipe technique au service des autres éditeurs, afin de fédérer les efforts dans le domaine de la presse en ligne.

Mais surtout, nous avons décidé de revoir notre modèle économique et de nous focaliser d'un point de vue éditorial sur des contenus où nous avons quelque chose à apporter. En découle une augmentation significative du nombre d'articles qui sont réservés à nos membres Premium. 

Bien entendu, tout cela a fait débat, nous nous y attendions. Une semaine après et maintenant que nous avons un peu de recul sur la mise en place, nous faisons le point en compilant vos questions et remarques les plus courantes, parmi les quelques 700 commentaires publiés.

Si d'autres viennent à emerger, nous mettrons ce billet de blog à jour.

Next INpact : un média indépendant qui se finance seul depuis 15 ans

Next INpact existe depuis près de 15 ans. Nous sommes une société de presse indépendante et auto-financée, nous employons une dizaine de journalistes et n'avons connu que deux exercices déficitaires depuis notre création, une exception dans le secteur. D'autant plus ces dernières années où la quasi-totalité des sites de nos confrères ont été rachetés ou fermés, lorsqu'ils n'ont pas tout simplement changé de stratégie éditoriale.

De ces quinze années, nous avons appris deux choses essentielles. La première est que notre indépendance se  travaille au quotidien. Elle n'est pas (que) le fruit de notre bonne étoile, mais aussi des choix, parfois difficiles, que nous devons faire. Elle demande aussi de l'anticipation, puisque les modèles économiques de la presse en ligne sont fluctuants.

C'est ce que nous avions appris à nos dépens en 2008/2009 lorsque le site a failli fermer. Depuis, nous avons avancé de manière progressive, en cherchant toujours à savoir ce qui allait nous attendre pour les deux ou trois ans à venir. En nous assurant également de disposer d'une trésorerie suffisante pour tenir en cas de forte mutation.

Comme de nombreuses sociétés indépendantes, chaque année nous commençons une nouvelle page, sans savoir si cela sera la dernière ou non. Mais nous faisons tout pour préparer notre futur.

Les lecteurs n'ont pas à subir les dérives publicitaires !

Lorsque nous avons décidé de mettre en place les contenus Premium en 2013, il s'agissait pour nous de réduire la part de la publicité dans nos revenus. Le contenu sponsorisé commençait à se montrer et cherchait à s'insinuer dans nos colonnes. Nous l'avons refusé et nous savions que cela mettait en danger la société. Mais c'était nécessaire.

Aujourd'hui, le sponsorisé est partout et il n'est pas toujours simple de faire la part des choses. Dans le même temps, les pratiques publicitaires ne se sont pas calmées, bien au contraire. La vidéo en lecture automatique devient la norme, et s'ajoute à tous les formats existants, ainsi qu'aux dizaines/centaines de trackers qu'imposent les sites qui misent sur des technologies comme le programmatique.

De notre côté nous avions alors fait le pari de contenus de qualité, sur un temps plus long qu'à notre habitude, en partie réservés à nos abonnés. Ceux-ci sont libres de les partager avec leurs proches, ils sont de toutes façons accessibles à tous au maximum un mois après leur publication. Nous avons aussi développé des services tiers, comme les bons plans, Tous les forfaits ou Les offres internet, qui reposent sur des bases de données composées par le travail de nos journalistes.

Et notre pari a payé : nous avons pu revoir nos effectifs à la hausse, proposer du contenu toujours plus qualitatif et surtout refuser la majorité des formats publicitaires qui pourrissent chaque jour la vie des internautes. Notre nombre d'abonnés a été multiplié par plus de sept entre début 2013 et aujourd'hui.

Le modèle du gratuit est le même que celui des GAFA : vos données

Se rendre sur Next INpact, c'est ainsi n'avoir que des publicités au format fixe, de manière raisonnable, sans tracking, sans Google Analytics, avec la reconnaissance du signal Do Not Track. Et surtout, avec une part croissante du contenu de fond. Aucun site sur le modèle gratuit ne peut vous proposer tout cela.

L'objectif est le plus souvent de récolter vos données à travers des montagnes de trackers et cookies tiers – dont les éditeurs n'ont même pas la maîtrise – et de mettre leurs espaces à disposition des publicitaires pour diffuser vidéo et bandeaux animés à tout va, sur le plus de pages possible.

Le contenu n'est au final plus qu'un prétexte à générer des clics et donc des revenus. C'est notamment ce qui explique le clickbait et autres dérives des fake news qui détruisent l'information en ligne à petit feu depuis des années.

Tracking Cibles
Crédits : AndreyPopov/iStock/Thinkstock

Des bloqueurs de publicité jusqu'à 60/70 % sur un site comme Next INpact

Les lecteurs ne s'y trompent pas. Ils ont ainsi décidé de contre-attaquer, notamment en utilisant toujours plus les bloqueurs de publicité. Problème, lorsqu'ils bloquent un site en particulier, ils le font aussi pour des médias qui ont un modèle plus vertueux comme nous avons tenté de le faire sur Next INpact.

Ainsi, avec notre lectorat plutôt geek, nous sommes assez loin des 30 % annoncés par certaines études. Nos chiffres montrent plutôt un blocage à hauteur de 60/70 %. Et lorsque nous avons cherché une solution pour diffuser nous-mêmes notre publicité et impliquer d'autres éditeurs dans une démarche plus vertueuse, la réponse a été claire.

Les gestionnaires de la liste EasyListFR ont ainsi décidé au début de l'année de bloquer l'ensemble de notre site, espace d'abonnement compris, plutôt que de laisser s'afficher des pavés sous la forme d'images fixes.

Pourquoi un changement de modèle dès maintenant ?

Depuis les changements opérés en 2013, nous avons réussi à mettre en place une équipe éditoriale forte et un modèle rentable. Il repose pour un tiers désormais sur les abonnements, une moitié sur les services tiers (comparateurs, bons plans) et le sixième restant dans la publicité. 

Cette dernière finance ainsi l'accès gratuit au site, alors que les services tiers financent principalement notre infrastructure et notre équipe technique. Un équilibre dont nous savons qu'il ne va pas durer. C'est pour cela que des changements sont nécessaires, et que nous devons les anticiper tant que nous sommes dans une situation favorable.

Le travail que nous avons effectué depuis quatre ans visait surtout à nous permettre de prendre une autre dimension au niveau éditorial et de renforcer la part du payant dans nos revenus. Depuis, il ne cesse de progresser et avec le recul nous savons que si cela n'avait pas été fait, le site aurait déjà fermé ses portes.

Mais nous savons aussi que cette part est encore trop faible, et surtout que nous sommes encore dépendants de revenus qui peuvent être très aléatoires. Ceux issus de nos services tiers sont désormais arrivés à un niveau qui nous semble être leur maximum. Nous savons qu'ils vont commencer à baisser à partir de cette année.

Les raisons sont multiples : fin de certains partenariats, baisse continue (et parfois importante) du référencement Google sur ces services ou simplement une évolution cyclique des besoins (la variabilité des chiffres d'une année sur l'autre pouvant être forte). Mais aussi un moindre investissement de notre part : nous savons que la solution de notre modèle ne passe pas par l'édition constante de nouveaux services pour compenser la baisse de ceux déjà en place.

Si de telles reflexions sont en cours depuis plusieurs mois déjà, les évolutions récentes nous ont décidé à faire le grand saut afin de reposer sur un équilibre plus sain, et plus en phase avec ce qui fait le quotidien de nos équipes. Cela coïncidera avec la mise en place des premiers éléments de la v6.1, lors de notre anniversaire le 5 mai prochain.

Next INpact v6.1

Mais vous ne prenez pas un risque ?

Comme évoqué précedemment, notre histoire nous a appris que le risque serait de ne rien faire. Cela reviendrait dans notre cas à attendre de voir l'évolution de nos revenus et l'étendue de la baisse dans les mois à venir... et peut-être à disparaître dès l'année prochaine si nous agissons trop tard.

Notre responsabilité est donc de trouver une solution en amont et de le faire tant que c'est possible. Notre trésorerie actuelle nous permet d'assurer cette transition de modèle pendant les mois nécessaires, tout en misant sur le soutien de nos lecteurs. En 2018, il sera sans doute trop tard pour commencer à y penser. 

Si nos décisions peuvent parfois paraître soudaines, elles sont le fruit de plusieurs mois de maturation. Et si nous comprenons que changer les habitudes de nos lecteurs peut parfois mener certains à s'interroger, il nous paraît plus sain d'analyser l'écosystème, de faire nos choix, de nous en expliquer publiquement auprès de nos lecteurs et de trouver des solutions qui conviennent au plus grand nombre.

Et ce, tout en permettant au site de perdurer pour les quinze prochaines années. Surtout dans cette période où les questions relatives au numérique sont tant au centre de tous les enjeux.

Comment faire pour vous soutenir dans votre démarche ?

Les moyens de nous soutenir restent les mêmes : abonnez-vous, faites connaître le site autour de vous, distribuez des goodies (la vente à l'unité arrive ;)), donnez-nous votre avis et faites de même avec nos confrères qui misent sur l'information de qualité.

Ceux qui préfèrent simplement effectuer un don peuvent le faire en profitant d'une défiscalisation, puisque nous sommes reconnus comme un site d'information Politique et Général (IPG).

Pourquoi augmentez-vous la part des articles réservés aux abonnés ?

Comme évoqué, l'accès gratuit au site est en bonne partie financé par la publicité. La part de ces revenus est minoritaire, mais notre modèle précédent consistant à laisser 90/95 % de notre contenu en accès libre. De plus, nous passions parfois une bonne partie de nos journées à traiter des informations sur lesquelles notre équipe n'avait pas forcément une grande plus-value à apporter.

Nous avons donc pris trois décisions : 

  • Lancer #LeBrief en accès libre
  • Nous concentrer sur du contenu de fond
  • Augmenter la part du contenu réservé à nos abonnés

#LeBrief est pour nous une manière plus efficace de vous informer sur ce qui fait le quotidien du numérique, sans que l'un de nos journalistes s'y attarde plus ou moins artificiellement. Cela ne nous empêche pas de revenir sur un élément dans un second temps (comme nous avons pu le faire pour Ubuntu ou la fin de Windows Vista).

Nous pouvons ainsi nous focaliser sur le fond des analyses de l'ARCEP, des nouveautés de la Creators Update, de phénomènes comme Mastodon, l'overclocking des Ryzen 5, des projets comme ceux de Data Gueule ou Silence, etc. Des contenus que vous ne trouverez pas forcément ailleurs, livrés dans un site léger avec peu ou pas de publicité, et qui nous semblent plus intéressants que le dernier pilote ou annonce de Google en deux paragraphes.

L'idée est donc de trouver un meilleur équilibre, mais aussi de passer plus de temps sur le contenu qui le mérite. Ce qui ne change rien à nos engagements précédents. Ainsi, nous continuons de laisser en accès libre des contenus qui nous semblent d'intérêt public, ou même quelques actualités par jour.

Cette proportion se veut toutefois plus en phase avec le poids du gratuit dans notre modèle économique et visera donc un quart à un tiers de nos publications chaque jour. Depuis le début de la semaine, sur un peu plus d'une trentaine d'articles publiés, moins de 20 ont ainsi été réservés à nos abonnés. Et sous une semaine à un mois, ils seront accessibles à tous.

Oui, mais au bout d'un mois, un article ne vaut plus rien !

C'est vrai, pour une part mineure de nos publications, surtout avec notre ligne éditoriale actuelle. Aussi, nous faisons attention à certains détails. Les articles concernant un projet en financement participatif sont ainsi libérés avant la fin de celui-ci. D'autres peuvent être libérés plus vite si nous savons que des développements rapides peuvent suivre.

Il s'agit d'un équilibre que la rédaction tente de trouver au quotidien, afin de satisfaire le plus grand nombre et d'assurer la croissance de nos abonnements.

Mais vous n'arriverez jamais à doubler votre nombre d'abonnés !

Cela tombe bien, ce n'est pas le but de la manœuvre. Mais si nous y parvenons, ce sera tant mieux et nous ne pourrons que remercier notre communauté pour ce soutien, qui reste notre principale force. Dans tous les cas, nous avons décidé de faire reposer désormais l'équilibre financier de Next INpact sur trois piliers principaux :

  • Les abonnements et les dons défiscalisés
  • Nos formats publicitaires raisonnables et sans tracking
  • Les développements assurés par notre équipe technique pour des tiers

Dans ce dernier cas, il est pour nous surtout question de travailler avec d'autres éditeurs de presse afin de leur faire profiter de notre savoir-faire en la matière, tant sur la question des modèles économiques que de leur mise en œuvre.

Nous savons que le besoin est là, tout comme la nécessité de fédérer les efforts pour les éditeurs indépendants. La Presse Libre, que nous avons entièrement financée, a montré que de telles solutions étaient possibles. C'est là que se trouve notre vrai pari, qu'il nous faudra réussir pour assurer notre avenir.

Les services tiers continueront de constituer une part de nos revenus, et nous continuerons de toutes façons de les faire évoluer. Les bons plans vont ainsi être externalisés sur un site tiers,  la section « Logiciel » évoquée il y a quelques mois arrivera sur Next INpact. Et là aussi nous espérons trouver un bon équilibre entre ce que nous apportons aux lecteurs et les revenus récoltés. Mais nous avons décidé d'intégrer que ceux-ci devaient à terme être minoritaires.

Le site sera donc réservé aux abonnés ?

Non. Comme indiqué plus haut, une part de nos contenus reste en accès libre, tout comme certaines de nos chroniques récurrentes telles que #LeBrief, #Replay, etc. Celle de Flock sera rendue gratuite d'une semaine sur l'autre.

Nous allons par contre rendre la disctinction plus claire d'ici quelques jours, et mettrons à votre disposition des flux RSS vous permettant de vous y retrouver clairement. Depuis cette semaine, les contenus que la rédaction a décidé de publier en accès libre apparaissent avec une étoile dans les flux RSS.

Il en sera de même sur le site. Les contenus « En bref » seront aussi en accès libre mais distingués par un éclair. La colonne de droite vous permettra de n'afficher que certains éléments. Nous placerons aussi sur la page d'accueil des blocs qui référencent les derniers articles publiés dans l'une ou l'autre de ces catégories, chacune ayant droit à une page dédiée.

Next INpact v6.1
Version de travail non contractuelle qui n'engage que Dlb

#LeBrief, c'est bien, mais on ne peut pas tout commenter individuellement

Lorsque nous avons commencé à réflechir à ce format, nous avions imaginé des éléments indépendants qui seraient regroupés dans un récapitulatif quotidien, comme nous le faisons déjà avec les LIDD par exemple.

Néanmoins, cela demandait un travail technique assez important, nous avons donc décidé de tester le format dans un premier temps, et de l'améliorer si les lecteurs appréciaient l'initiative. Cela semble le cas, et nous avons déjà apporté quelques améliorations à la présentation de ce bilan matinal. 

Il est donc prévu de le renforcer, dès que nous aurons pu faire les modifications techniques nécessaires. 

Je n'utilise pas de bloqueur de publicité, pourquoi ne pas me laisser tout lire ?

Malheureusement, le modèle publicitaire actuel impose trois éléments pour assurer une forte rémunération : multiplier les dispositifs de tracking, opter pour du contenu sponsorisé et publier le plus possible... surtout sur des sujets qui incitent au clic. Ce sont des voies que nous avons décidé de ne pas suivre, constatant l'effet sur nombre de nos confrères.

Aussi, l'utilisation massive des bloqueurs et les choix opérés par les gestionnaires de listes empêchent toute alternative. La publicité peut donc tout à fait financer l'accès gratuit à une partie d'un site comme Next INpact, mais seulement en complément d'une offre payante. 

Si je m'abonne, c'est pour que le site reste accessible à tous !

Ce n'est économiquement pas viable, pas plus qu'il le serait de demander à votre boulanger d'offrir une baguette à vos voisins parce que vous avez payé la votre. Certes, les choses seraient légèrement différentes si nous disposions de 30 000 abonnés, mais ce n'est pas le cas et le site doit être le reflet de son modèle.

Nous savons qu'il y a une forte part du soutien de nos lecteurs dans l'acte d'abonnement. Ce qu'ils défendent à travers nous, c'est un regard critique sur le numérique. La capacité à regarder ce secteur et ces questions au-delà du dernier gadget annoncé ou le dernier buzz sur Twitter. Celui, aussi, de passer parfois son temps à éplucher le Journal officiel en période de pont pour découvrir le fichier TES.

Pour nous comme pour vous, l'accès à l'information au plus grand nombre est une question essentielle. Mais nous devons aussi composer avec la réalité de notre écosystème et de nos finances. Nous ne touchons pas d'aides directes de l'État, pas plus que nous ne demandons d'argent à des fonds privés comme celui de Google ou de la Fondation Gates.

Nos revenus doivent donc principalement venir de nos lecteurs, charge à nous de composer pour que nos contenus puissent au final être accessibles au plus grand nombre.

Mais si je veux lire un contenu sans m'abonner, comment faire ?

Depuis 2013, nous proposons à tous nos membres de partager les contenus abonnés avec les personnes de leur choix. Cette fonctionnalité perdure et sera d'ailleurs améliorée, notamment afin de ne plus nécessiter de passer par un échange par e-mail. Nous vous laisserons également demander l'accès à un article.

Ainsi, chaque lecteur non abonné pourra exprimer son souhait, et chaque jour à 13h37, du contenu sera libéré et remis en avant dans nos flux RSS. L'objectif étant de ne pas laisser seulement la rédaction décider des contenus en accès libre, mais de partager ce choix avec notre communauté.

Nous proposerons aussi de temps en temps des phases de parainnage comme nous l'avons fait en fin d'année dernière.

Comment comptez-vous continuer à vous faire connaître ?

Next INpact n'a jamais misé sur les GAFA pour assurer sa promotion et sa croissance. Nous avons toujours misé sur la qualité du travail de notre équipe et notre communauté. Et même si l'accès au site est en partie restreint, nous savons que ce sont la pertinence d'une analyse et l'intérêt des sujets que nous traitons qui incitent nos lecteurs à les partager.

Bien entendu, il nous faut garder une marge de découverte pour les petits nouveaux. Pour cela il y a nos contenus en accès libre, le fait qu'une partie de nos articles soit lisible même lorsqu'ils sont réservés aux abonnés, que nous incitons au partage ou à la demande d'accès, tout en proposant différentes solutions pour l'accès payant.

5 euros par mois, c'est trop cher !

Nous ne reviendrons pas ici sur les équivalences entre les biens physiques et le travail d'une équipe de journalistes pour 5 euros par mois. Nous savons qu'il n'est pas toujours évident d'investir dans un abonnement presse, en ligne ou sur papier. C'est d'ailleurs aussi le sens de notre choix historique de libérer les articles au bout d'un mois. 

Pour autant, nous avons là aussi pris plusieurs décisions avec le temps. La première est de nous fixer désormais à un tarif de base de 5 euros par mois, 50 euros par an ou 90 euros sur deux ans. Nos abonnés fidèles ont droit à une remise d'ancienneté qui peut atteindre 20 % (soit moins de 10 centimes par jour dans le meilleur des cas).

Nous proposons aussi régulièrement des promotions ou de manière permanente une remise via La Presse Libre pour ceux qui sont abonnés à plusieurs titres. Mais nous avons surtout décidé de profiter de ce changement de modèle pour proposer une solution à ceux qui sont dans une situation financière difficile.

Ils pourront dès le 5 mai opter pour un abonnement à moitié prix (la remise d'ancienneté pouvant aussi s'appliquer, ce qui reviendra donc à un tarif entre 20 et 25 euros par an). Étudiants, chômeurs, petites retraites ou même personnes à faibles revenus pourront donc choisir cette offre. Pour éviter tout débordement, nous demanderons à ceux qui le peuvent de nous fournir un justificatif. Lorsque ce ne sera pas possible, nous prendrons tout de même en compte la demande.

Tout ne m'intéresse pas, je ne veux lire que certains articles

Si vous souhaitez simplement tester notre offre ou lire un article en particulier, vous avez actuellement la possibilité d'opter pour l'offre d'essai à 0,99 euro (pour 48 heures d'accès).

Elle sera bientôt remplacée par un dispositif d'achat à l'unité sur lequel nous travaillons depuis plusieurs mois maintenant. Il passera par un porte-feuille à créditer sur La Presse Libre qui vous permettra ensuite de débloquer uniquement les contenus de votre choix.

Next INpact v6.1

J'ai besoin d'un abonnement Pro/multi-postes, c'est possible ?

Nous proposons effectivement des abonnements destinés aux professionnels ou à ceux qui ont besoin d'un accès depuis un nombre important de postes. Il en va de même pour les institutions et établissements scolaires.

Ceux qui veulent établir un devis peuvent faire leur demande par e-mail.


chargement
Chargement des commentaires...