INpact MediaGroup va devenir une Entreprise Solidaire de Presse d'Information (ESPI)

Thème de la rentrée : il faut s'engager 65
En bref
image dediée
Annonces
L’équipe de Next INpact

Depuis avril 2015, un nouveau statut existe pour les société de presse : l'Entreprise Solidaire de Presse d'Information (ESPI). Pour cette rentrée, nous annonçons avoir décidé d'y passer afin de rendre statutaires certains de nos engagements historiques.

C'est désormais acté : dans les prochaines semaines, les statuts d'INpact MediaGroup (la société qui édite Next INpact) vont être modifiés afin que la société devienne une Entreprise Solidaire de Presse d'Information (ESPI). 

Next INpact : l'information avant tout

Créée en 2003, la structure qui porte le site et ses différentes activités a débuté comme une SARL de presse et a depuis toujours appliqué la convention collective des journalistes. Un choix qui ne nous simplifiait pas la tâche, mais qui était déjà au cœur d'une conviction qui prend tout son sens aujourd'hui : le domaine du numérique doit être traité sur le fond et au sens large, de l'annonce d'une nouvelle technologie à la mise en place d'une nouvelle loi qui peut chambouler le secteur.

Un traitement qui se veut sérieux et rigoureux, mais qui sait aussi se détendre, sans forcément tomber dans la facilité de l'infotainement à tout va. C'est notamment pour cela que nous avions mis en place les LIDD (liens idiots du dimanche) il y a plus de 10 ans, ceux-ci disposant depuis d'un site qui leur est dédié.

Un choix dans la continuité de nos actions

Ces dernières années, nous avons pris la décision de renforcer nos actions et nos différents engagements en faveur d'une information de qualité et d'une presse indépendante. Nous avons ainsi rejoint le Syndicat de la Presse Indépendante en Ligne (SPIIL) en 2013, avons été reconnu par la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) comme service de presse en ligne en 2014, et comme titre  « consacré pour une large part à l’information politique et générale » en mai dernier.

Depuis plus de trois ans maintenant, nous avons travaillé sur le projet La Presse Libre qui est désormais en ligne et ouvert à tous. Celui-ci permet d'unifier les abonnements de services de presse en ligne, d'en simplifier la gestion et surtout, de réduire le coût pour l'internaute.

SPIIL Gros LogoLa Presse Libre Cocotte

Nous proposons d'ailleurs notre offre d'abonnement Premium sans publicité depuis 2009. Lancée à 3,5 euros par mois, elle est depuis l'année dernière à 4 euros mais avec la possibilité d'obtenir jusqu'à 20 % de remise d'ancienneté pour nos lecteurs les plus fidèles.

Depuis trois ans, outre les services que nous proposons à nos abonnés (flux RSS complet, Mode incognito, Mode Multi-news, thèmes et options complémentaires, etc.), notre offre intègre un accès prioritaire sur nos dossiers et analyses, qui deviennent accessibles à tous au bout d'un mois maximum.

Devenir une Entreprise Solidaire de Presse d'Information

En cette rentrée, nous voulions aller plus loin. Nous avons donc décidé de migrer vers un statut d'Entreprise Solidaire de Presse d'Information (ESPI). Créé en avril 2015, celui-ci changera peu de choses pour nous puisqu'il correspond à un engagement que nous avons toujours mis en place : être une société qui réinvestit ses bénéfices ou les met de côté afin de préparer son avenir.

Dans la pratique, une ESPI prend deux engagements conformément à l'article 2-1 de la loi n° 86-897 du 1 août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse :

  • L'objet social d'une entreprise solidaire de presse d'information est d'éditer une ou plusieurs publications de presse ou services de presse en ligne consacrés pour une large part à l'information politique et générale, au sens de l'article 39 bis A du code général des impôts ;
  • Pour la gestion de l'entreprise solidaire de presse d'information, une fraction au moins égale à 20 % des bénéfices de l'exercice est affectée à la constitution d'une réserve statutaire obligatoire consacrée au maintien ou au développement de l'activité de l'entreprise et une fraction au moins égale à 50 % des bénéfices de l'exercice est affectée au report bénéficiaire et à la réserve obligatoire.

Ce statut est rattaché à un avantage fiscal pour les particuliers qui voudraient prendre une part de notre capital. Un dispositif qu'il n'est pas prévu d'utiliser pour le moment ou à moyen terme. La loi est néanmoins en train d'évoluer afin de permettre à des structures d'organiser la participation au capital des lecteurs des ESPI, notamment à travers une « société des amis ». Si ouverture du capital il doit y avoir à plus long terme, cela vous sera donc réservé.


chargement
Chargement des commentaires...