Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

PLPM : les Verts veulent (mais ne peuvent) saisir le Conseil constitutionnel

Article 13- Article 20

Alors que le projet de loi de programmation militaire a été adopté par le Parlement hier, le groupe écologiste demande la saisine du Conseil constitutionnel, en visant spécialement l’article 13 (devenu 20) du dispositif. Seul hic, EELV n’a pas les 60 députés ou 60 sénateurs pour actionner seul cette procédure.

conseil constitutionnel

 

Sur le projet de loi de programmation militaire, rares ont été les groupes à déposer des amendements sur l’article 13 - principalement l’UMP et les Verts. Mais les amendements étaient soient très/trop ambitieux (suppression pure et simple de l’article 13 par EELV), soit n’ont pas été défendus (cas du sénateur UMP Hérisson). Seule exception notable, Lionel Tardy, qui a défendu à l’Assemblée nationale tous ses amendements, certains coécrits avec Laure de la Raudière.

 

Le projet de loi a désormais été adopté. S’ouvre donc une période durant laquelle 60 députés ou 60 sénateurs peuvent saisir le Conseil constitutionnel afin de faire examiner sa conformité aux textes fondateurs, notamment la Constitution de 1958 et surtout la Déclaration des droits de l’Homme de 1789.

 

Les députés Verts rappellent dans un communiqué qu’ils ont voté contre ce texte qui « instaure en effet un régime d'accès administratif aux données de connexion détenues par les opérateurs ou les hébergeurs. La géolocalisation des appareils mobiles est également concernée. Ceci serait possible, non seulement pour lutter contre le terrorisme, mais également dans le but de lutter contre l’espionnage économique, ou surveiller la reconstitution de groupements dissous. »

 

Depuis le vote de ce texte, ceux favorables à ce régime ont multiplié les communiqués pour rassurer les citoyens qui n’ont pas compris les débats - non éclairants - sur ce texte. C’est le cas du sénateur Jean-Pierre Sueur.

 

Jean-Jacques Urvoas, député PS, dénonce pour sa part des « rumeurs » et pointe « l’interprétation déformée qui était faite de cet article au point de m’interroger sur une éventuelle stratégie de désinformation orchestrée par les entreprises impliquées au premier chef dans le scandale PRISM ». Il ne cite pas ouvertement l’Asic et donc Google, comme a pu le faire Fleur Pellerin, mais pour lui, ces entreprises chercheraient « à se racheter une virginité à faible coût en portant des accusations infondées sur le gouvernement français et les parlementaires qui votent la loi ».

Pour les Verts, le Conseil constitutionnel doit se prononcer

Du côté des Verts, ces propos paraissent malgré tout « assez contestables ». Selon les écologistes, « alors que le rapporteur du texte au Sénat a déclaré que le nouveau régime instauré par la loi était plus protecteur des libertés individuelles que le précédent, la ministre de l’Économie numérique a fait part de son souhait de voir adoptée "une grande loi sur le numérique avec un volet libertés en 2014, complément nécessaire à la LPM". Le moins que l’on puisse dire est que le doute persiste, et qu’il serait souhaitable que le Conseil constitutionnel puisse se prononcer sur la conformité de cet article 13 de la LPM aux principes de liberté individuelle garantis par la Constitution.»

 

Problème : à l’Assemblée nationale, le groupe écologiste ne compte que 17 parlementaires. Il manque donc 43 autres député-e-s pour activer cette saisine. Sans cela, les Verts sont totalement démunis. « Nous sommes par contre disposés à nous joindre, sans considération d’appartenance partisane, à tout groupe de député-e-s qui déciderait de saisir, sur cet article 13, le Conseil constitutionnel, afin que les doutes soient levés sur les conséquences de ce nouveau dispositif sur les libertés publiques » affirme le groupe, qui entend aussi le bruit politique et médiatique, même à l'international, autour de ce texte.

 

Dans le camp adverse, les voix sont pour l’instant très rares à solliciter pareille saisine. Sur Twitter, l’UMP Xavier Bertrand la réclame, estimant pour sa part que « la garantie des libertés fondamentales est en jeu » avec cet article 13 (devenu article 20 dans la numérotation définitive). L'ancien ministre a été rejoint par sa collègue Valérie Pécresse.

33 commentaires
Avatar de hellmut Abonné
Avatar de hellmuthellmut- 12/12/13 à 10:53:19

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

ça serait ultra marrant de voir l'UMP faire copain-copain avec les verts pour une saisine du CC.

Avatar de Athanor. INpactien
Avatar de Athanor.Athanor.- 12/12/13 à 11:02:06

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

+1 ! En plus avec 146 voix contre, il ont foultitude de gens avec lesquels copiner les Verts

Avatar de okeN INpactien
Avatar de okeNokeN- 12/12/13 à 11:12:11

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Je comprendrai jamais ce système. Normalement toutes les lois devraient être conforme à la constitution, c'est le principe de la constitution. Je vois pas pourquoi il faudrait un certain nombre de députés/sénateurs pour saisir le conseil, ça devrait juste être automatique.

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 12/12/13 à 11:25:36

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

okeN a écrit :

Je comprendrai jamais ce système. Normalement toutes les lois devraient être conforme à la constitution, c'est le principe de la constitution. Je vois pas pourquoi il faudrait un certain nombre de députés/sénateurs pour saisir le conseil, ça devrait juste être automatique.

Jusqu'à présent, il y a toujours eu largement assez de députés et sénateurs d'opposition pour saisir le conseil. Mais l'opposition ne fait pas toujours son travail, y compris concernant la précédente assemblée, il faut des juristes compétents et il faut y consacrer du temps et des moyens.

Avatar de null INpactien
Avatar de null- 12/12/13 à 11:33:58

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

okeN a écrit :

Je comprendrai jamais ce système. Normalement toutes les lois devraient être conforme à la constitution, c'est le principe de la constitution. Je vois pas pourquoi il faudrait un certain nombre de députés/sénateurs pour saisir le conseil, ça devrait juste être automatique.

Parce que la France agit en toute impunité contre sa constitution.
Le plus bel exemple est celui des pétitions: à partir de 100000 signatures, la pétitions doit être révisée et discutée à l'assemblée.
Actuellement t'as deux cas: soit il ne se passe rien (c'est le cas de la pétition de Dieudonné), soit ça prend 5 minutes et l'assemblée répond "non", sans preuve d'appui, sans argument (c'est le cas pour la pétition contre le sabordage des encres de couleurs pour le tatouage et le maquillage permanent).

On pond 2000 lois par an, c'est limite pas étonnant tout ça ...

Avatar de wistiti68 INpactien
Avatar de wistiti68wistiti68- 12/12/13 à 11:45:08

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

... affirme le groupe, qui entend aussi le bruit politique et médiatique, même à l'international, autour de ce texte.

Ca a fait du bruit à l'étranger? On peut en savoir plus?

Avatar de cyrilleberger INpactien
Avatar de cyrillebergercyrilleberger- 12/12/13 à 12:14:22

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

okeN a écrit :

Je comprendrai jamais ce système. Normalement toutes les lois devraient être conforme à la constitution, c'est le principe de la constitution. Je vois pas pourquoi il faudrait un certain nombre de députés/sénateurs pour saisir le conseil, ça devrait juste être automatique.

Bienvenue en France et son système parlementaire conçu pour assurer la main mise sur le parlement par les deux parties majoritaires. Avec en amont, un système qui assure le plus grand nombre de sièges à l'UMP et au PS, et en aval, on fait en sorte que même si il y a des députés élus par les petits partis, ils puissent pas s'exprimer, en mettant la barre suffisamment haut sur le nombre de députés nécessaires pour former un groupe ou pour réaliser tel ou tel action. Donc on accepte les petits partis pour faire croire qu'on est une démocratie participative, mais on s'assure qu'ils puissent pas trop déranger.

Avatar de Deep_INpact INpactien
Avatar de Deep_INpactDeep_INpact- 12/12/13 à 12:56:49

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

okeN a écrit :

Je comprendrai jamais ce système. Normalement toutes les lois devraient être conforme à la constitution, c'est le principe de la constitution. Je vois pas pourquoi il faudrait un certain nombre de députés/sénateurs pour saisir le conseil, ça devrait juste être automatique.

Un pousse au crime ?

Ils font passer une erreur (volontaire) et après ils peuvent dire aux citoyens qu'ils ont respectés les règlements administratifs mais qu'il n'y avait pas assez d'élus pour faire corriger l'erreur...

Avatar de Mihashi Abonné
Avatar de MihashiMihashi- 12/12/13 à 13:08:57

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

okeN a écrit :

Je comprendrai jamais ce système. Normalement toutes les lois devraient être conforme à la constitution, c'est le principe de la constitution. Je vois pas pourquoi il faudrait un certain nombre de députés/sénateurs pour saisir le conseil, ça devrait juste être automatique.

Le CC n'a pas le temps de vérifier chaque loi.
Il est par contre automatiquement saisi pour les lois organiques (qui touchent à l'organisation de l'état) et les référendums.
En plus des 60 députés ou 60 sénateurs, il peut être saisi par le Président de la République, le Premier ministre ou le président de l'Assemblée nationale ou du Sénat.
Ça fait quand même un paquet de possibilités…

Après, si aucun d'entre eux ne daigne le saisir alors que la loi pose problème, ça signifie que les électeurs (et les non-électeurs) font mal leur devoir…

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

J'aurais bien vu "je voudrais bien... mais je peux point" en sous-titre, histoire de bien nous pourrir l'après-midi

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4