Selon Curse, les joueurs se fient de moins en moins aux tests de jeux

L'avis de leur communauté prime

Les joueurs écoutent-ils encore l'avis des acteurs de la presse du jeu vidéo ? Si l'on s'en tient à l'avis de Nathan Lindberg, vice-président des ventes de Curse, la réponse est tout simplement non. Selon lui, les joueurs se focalisent davantage sur l'avis de leurs proches ou de leur communauté avant de décider de l'achat d'un jeu.

Collection jeux

 

À chaque lancement de jeu, l'histoire se répète. La plupart des organes de presse dédiés aux jeux vidéo, qu'il s'agisse de sites web, ou de magazines papier se lance dans une course à celui qui publiera en premier son test du titre, même si souvent les éditeurs s'arrangent pour que les informations ne filtrent que quand ils le souhaitent. Mais les joueurs se préoccupent-ils vraiment de ce que pensent les médias ? 

 

D'après Nathan Lindberg, vice-président des ventes chez Curse, l'avis de la presse importe peu, c'est surtout l'entourage des joueurs qui prime au moment de décider de l'achat ou non d'un jeu vidéo. « Les habitudes de consommation changent drastiquement, tout particulièrement pour cette génération du nouveau millénaire. Ils ne vont pas sur les sites généralistes d'actualité, ils vont sur les mêmes sites communautaires que leurs amis ? Ils ne regardent pas la télévision, ils vont sur des plateformes de vidéo à la demande et ils n'y écoutent certainement pas des tests, ils y écoutent plutôt leurs amis et leurs camarades de jeu », explique le responsable à nos confrères de MCV.

 

Si les tests n'ont peut-être plus la même importance pour la jeune génération, l'industrie y est elle encore très attachée. Ainsi plus tôt cette année, nos confrères de Kotaku expliquaient que certains bonus étaient attribués aux studios de développement en fonction de la note obtenue par leur titre. Des bonus qui peuvent parfois se chiffrer en millions de dollars. À l'inverse, les notes obtenues par les titres précédents d'un studio peuvent être un levier de négociation pour les éditeurs, afin de faire baisser le budget mis à disposition aux développeurs.

 

L'une des solutions que pourrait mettre en place la presse vidéoludique serait d'assurer un suivi plus important des jeux, plutôt que de se concentrer uniquement sur la période précédant le lancement, explique Lindberg. « L'industrie se focalise sur les titres AAA parce qu'ils sont plus chers à faire, mais sont bien plus rentables au final. Le succès tient à la combinaison d'une franchise, de la communauté autour d'elle et de contenus encourageants. Ce n'est plus seulement, dévoiler, entrevoir, tester et partir. Il y a une phase extrêmement importante après le lancement, une phase que les médias vidéoludiques traditionnels ont tout simplement ignorée ». 

 

Pour l'heure, il est assez difficile de savoir si cette vision des médias est capable de contrer le désamour supposé des plus jeunes pour les sites d'actualités généralistes sur le jeu vidéo, ni même de réellement mettre en évidence ce phénomène. Comme d'habitude, la patience reste donc de mise.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !