Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le hacker Jeremy Hammond, source de WikiLeaks, écope de 10 ans de prison

Il ne lui restera plus qu'à s'échapper par la porte des étoiles

Les autorités américaines ont annoncé vendredi que Jeremy Hammond, 28 ans, venait d’être condamné à une peine de 10 ans de prison. Le hacker était mis en cause pour différents actes de piratage, dont un concernant la société Stratfor. Il avait surtout obtenu de nombreux soutiens après avoir transmis des documents confidentiels à WikiLeaks grâce à ses compétences en informatique.  Par cette décision, c'est l'une des sources de Wikileaks qui est mise à terre.

jeremy hammond anonymous hacker CC flickr

Crédits : ChelseaLibera - CC BY-NC-ND 2.0 - Flickr.

 

Jeremy Hammond était inculpé pour de nombreux actes de piratage informatique. L’on reprochait notamment à celui qui était également connu sous le pseudonyme d’Anarchaos de s’être introduit illégalement en décembre 2011, à l’aide de complices, au sein des systèmes d’information de Stratfor, une entreprise américaine spécialisée dans le renseignement. Des informations confidentielles concernant environ 860 000 personnes et 60 000 cartes de crédit furent alors dérobées.

 

L’homme, qui se réclamait de la mouvance Anonymous et du courant « Antisec », était également mis en cause pour avoir piraté, en juin 2011, les systèmes informatiques du FBI ; en août 2011, les systèmes informatiques de la société américaine Vanguard Defense Industries ; en octobre de la même année, les systèmes informatiques du Sherif du comté de Jefferson (Alabama), etc.

Dix ans de prison assortis de trois ans de liberté surveillée 

Vendredi, la juge de district Loretta Preska a décidé d’infliger une peine de dix ans d’emprisonnement à l’encontre de Jeremy Hammond, après que l’intéressé a plaidé coupable des faits qui lui étaient reprochés. Sa peine maximale aurait pu dépasser les 35 ans de prison s’il ne s’était pas résolu à adopter une telle stratégie de défense. Selon ArsTechnica, cette peine est assortie d’une période de liberté surveillée de trois ans, durant laquelle le hacker aura interdiction d’utiliser Tor ou tout autre outil permettant de chiffrer ses données de trafic. Ses activités en ligne seront par ailleurs surveillées de près par les autorités.

 

Cette condamnation se veut hautement symbolique, puisque c’est grâce à ces actes de piratage informatique que Jeremy Hammond a pu transmettre différentes informations confidentielles à WikiLeaks. En outre, l’intéressé s’est servi des numéros de cartes de crédits dérobés pour effectuer des versements à plusieurs ONG, pour un montant avoisinant tout de même les 700 000 dollars...

La liberté d'information en question

Les réactions vis-à-vis de cette sanction ont donc été vives, à commencer par l’Electronic Frontier Foundation, qui n’a pas caché sa déception auprès de CNET. « Nous pensons que 10 ans, c’est bien trop long » a ainsi déclaré Hanni Fakhoury, porte-parole de l’organisation de défense des libertés numériques. « Dix ans de privation de liberté, est-ce le prix d’une information d’intérêt public ? » se demande de son côté Reporters Sans Frontières. « Les cinq millions d’emails transmis à WikiLeaks par Jeremy Hammond ont mis au jour les plans d’activités, parfois douteuses, d’une société sous contrat avec le gouvernement fédéral et proche de plusieurs grands groupes industriels. Toute cette matière méritait largement d’être portée à la connaissance des citoyens, aux États-Unis et au-delà. Il s’agit d’un nouveau revers grave pour la liberté de l’information » estime l’association.

 

Loin de considérer Jeremy Hammond comme le lanceur d’alertes décrit par certains, le ministère public américain avait clairement affirmé avant le procès que le hacker n’était à ses yeux « rien de plus qu'un cybercriminel récidiviste ». Le procureur Preet Bharara avait effectivement déclaré en mai dernier, au sujet de l’intéressé : « S’il se présente lui-même comme un combattant de la lutte anarchiste, Jeremy Hammond a causé en réalité un chaos personnel et financier pour les personnes auxquelles il a pris l'identité et l'argent, de même que pour les entreprises qu’il avait décidé de ne pas aimer ».

37 commentaires
Avatar de Geolim4 INpactien
Avatar de Geolim4Geolim4- 18/11/13 à 13:35:14

Une seule chose a dire:

"La saison de la chasse aux trolls est désormais ouverte" :transpi:

Avatar de maestro321 INpactien
Avatar de maestro321maestro321- 18/11/13 à 13:36:17

Heu, ok, il a volé des informations, mais quoi comme infos?
Il y a eu des publications en lien avec ce qu'il a volé?

Comment a-t-il été repéré? Fuite de wikileaks?

Avatar de Khalev Abonné
Avatar de KhalevKhalev- 18/11/13 à 13:44:10

tout autre outil permettant de crypter ses données de trafic

Donc il n'a pas le droit d'utiliser de connexion de type https, de faire du télétravail, d'utiliser n'importe quel logiciel de chat/visio, de faire des paiements en ligne, etc. pendant 3 ans quand il sera sorti?

Avatar de Jean_Peuplus INpactien
Avatar de Jean_PeuplusJean_Peuplus- 18/11/13 à 13:46:18

Loin de considérer Jeremy Hammond comme le lanceur d’alertes décrit par certains, le ministère public américain avait clairement affirmé avant le procès que le hacker n’était à ses yeux « rien de plus qu'un cybercriminel récidiviste ». Le procureur Preet Bharara avait effectivement déclaré en mai dernier, au sujet de l’intéressé : « S’il se présente lui-même comme un combattant de la lutte anarchiste, Jeremy Hammond a causé en réalité un chaos personnel et financier pour les personnes auxquelles il a pris l'identité et l'argent, de même que pour les entreprises qu’il avait décidé de ne pas aimer ».

On fait pas d'omelette sans casser des oeufs, les américains sont pourtant bien placés pour le savoir.
à gerber cette décision, on laisse les moutons en liberté et ceux qui ont le courage de leurs convictions, on les enferme.
Je m'arrête avant de frôler le point godwin. :transpi:

Avatar de Zealotux INpactien
Avatar de ZealotuxZealotux- 18/11/13 à 13:52:57

Des informations confidentielles concernant environ 860 000 personnes et 60 000 cartes de crédit furent alors dérobées.

En outre, l’intéressé s’est servi des numéros de cartes de crédits dérobés pour effectuer des versements à plusieurs ONG, pour un montant avoisinant tout de même les 700 000 dollars

Oui bon, l'argument de la lutte pour la liberté d'information a quand même ses limites :roll:

Avatar de maxxyme INpactien
Avatar de maxxymemaxxyme- 18/11/13 à 13:57:38

Bah c'est un peu un Robin des bois virtuels quoi... :roll:

Avatar de lincruste_2_la vengeance INpactien
Avatar de lincruste_2_la vengeancelincruste_2_la vengeance- 18/11/13 à 13:57:52

Vendredi, la juge de district Loretta Preska a décidé d’infliger une peine de dix ans d’emprisonnement à l’encontre de Jeremy Hammond, après que l’intéressé a plaidé coupable des faits qui lui étaient reprochés.

Juge dont le mari travaille pour le cabinet d'avocats qui bosse avec Stratfor, soit dit en passant.:fumer:

Avatar de Naneday INpactien
Avatar de NanedayNaneday- 18/11/13 à 13:58:05

Un violeur risque la même peine, bizare

Avatar de Chiendelune INpactien
Avatar de ChiendeluneChiendelune- 18/11/13 à 14:06:34

maestro321 a écrit :

Comment a-t-il été repéré? Fuite de wikileaks?

Lu dans un autre article, il est précisé que c'est un membre du collectif Lulzec qui a trahi les membres contre une remise de peine.

Avatar de paradise INpactien
Avatar de paradiseparadise- 18/11/13 à 14:08:31

Naneday a écrit :

Un violeur risque la même peine, bizare

Bien sûr, le crime de lèse-majesté, tu connais ?

Les Gouvernements n'aiment pas qu'on vienne fouiller dans leurs vilaines affaires illicites !

Remettre en question la corruption, le conflit d'intérêt, le copinage, la collusion entre l'industrie et le politique, la captation des données, la grande finance, EST un crime de lèse-majesté.

Dormez en paix, braves gens, et subissez la crise en silence, Européens.

Édité par paradise le 18/11/2013 à 14:07
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4