Selon Force Ouvrière, SFR compte réduire de 15 à 20 % son effectif

C'est un plan d'exode à ce niveau là

Alors que les 556 départs de Bouygues Télécom se rapprochent, ceux de SFR se précisent. Alors que pour le moment, aucun chiffre officiel n'a été divulgué, le syndicat Force Ouvrière parle lui de 1500 à 2000 suppressions de postes...

neufbox sfr

1000 ? 1500 ? 2000 ?

Selon nos propres informations, « seuls » 1000 employés seront poussés au départ chez SFR, soit près de 10 % de son effectif total. Le JDD était pour sa part monté jusqu'à 1200 salariés sacrifiés. Mais pour Force Ouvrière, les dégâts seront bien supérieurs, avec 1500 à 2000 départs selon une lettre de FO envoyée à Arnaud Montebourg et révélée par notre confrère Le Figaro.

 

Force Ouvrière note que le plan de départs de Bouygues Télécom n'est certainement que le premier, et donc que SFR n'échappera pas à un plan de grande envergure. Pire encore, pour un emploi perdu chez SFR, c'est deux à trois emplois qui peuvent être impactés chez les sous-traitants de la filière télécom. 

 

« Le constat, à date, est déjà catastrophique pour l'emploi » affirme Force Ouvrière au ministre du redressement productif. « Plus généralement, c'est la course au moins disant social qui pèse sur les salariés et sur leurs sous-traiants. Nos délégués syndicaux sur le terrain nous interpellent tous les jours à ce sujet. »

Free Mobile et l'ARCEP, les grands coupables

Pour le syndicat, la diminution des investissements et les difficultés que connaissent les réseaux de distribution tirent le secteur de l'emploi dans les télécoms vers le bas. FO s'attaque ainsi à Free Mobile et demande au ministre pourquoi le nouvel opérateur a pu obtenir une licence 3G à un prix cassé et pourquoi il peut offrir un service dans toute la France sans avoir investi. Des arguments maintes fois utilisés par les opérateurs concurrents eux-mêmes depuis le début de l'année.

 

Force Ouvrière estime ainsi que Free Mobile réalise un « dumping commercial manifeste » et que l'ARCEP est coupable d'un laisser-faire évident. Le syndicat demande ainsi au ministre de :

  • fixer des objectifs industriels équitables, d'investissement et d'emplois aux organismes de régulation du secteur.
  • exiger de l'ensemble des acteurs l'application de normes sociales dans le secteur, notamment par l'obligation pour ceux-ci et leurs sous-traitants, d'adhérer à la Convention Collective Nationale des Télécommunications.

Selon FO, au moins 25 000 à 30 000 emplois techniques travailleront sur la 4G et le développement du très haut débit dans les cinq à dix ans à venir.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !