Et si les députés français tentaient aussi d’accéder à des sites X ?

Impossible, pas français

Alors que les parlementaires britanniques sont accusés d’avoir voulu accéder des milliers de fois à des sites pornographiques l'année dernière, les regards se tournent désormais vers leurs homologues français. Est-il possible qu’il existe des statistiques portant sur les tentatives infructueuses d’accéder à certains sites bloqués par les réseaux du Sénat ou de l’Assemblée nationale ? Voilà la question à laquelle PC INpact a tenté de trouver des réponses.

Ordinateur taper clavier Morguefile

 

Du côté du Palais Bourbon, où siègent les députés, il existe depuis janvier 2010 un dispositif de filtrage « des sites internet illicites et controversés », lequel vise notamment à empêcher toute connexion à des sites à caractère pornographique, comme l’expliquait à l’époque Le Figaro. Une note relative à ce dispositif, publiée sur l’intranet de l’Assemblée nationale, indiquait d’ailleurs selon nos confrères que « pour des raisons techniques, une trace de ces connexions est conservée pendant 24 heures ». Autrement dit, il devrait être possible de retrouver quelque chose.

 

« On ne fait pas ce genre de statistiques » nous a pourtant répondu dans un premier temps l’Assemblée nationale, avant de nous demander de formuler une demande écrite pour davantage de certitudes.

 

Quoi qu’il en soit, une source parlementaire a confirmé à PC INpact qu’un blocage de certains sites, notamment pornographiques, était effectivement imposé aux postes mis à disposition des députés et de leurs collaborateurs. Celui-ci s’avère cependant « très restreint », puisqu’il ne s’applique par exemple pas aux réseaux sociaux ou à des plateformes de vidéos telles que YouTube.

 

sénat

 

S’agissant du Sénat, nous n’avons pas réussi à trouver de trace d’un tel dispositif de filtrage interne, même si une source parlementaire nous a affirmé qu’un blocage similaire de sites à caractère pornographique était en place. Nous avons également contacté le Palais du Luxembourg, et attendons actuellement un éclairage officiel.

 

À ceux qui pensent qu’il serait envisageable d’engager une procédure CADA - de la même manière que nos confrères britanniques - afin d’obtenir de telles données, rappelons qu’il n’est possible de demander l’accès à un document administratif que si celui-ci existe et se révèle bien identifié par le demandeur. En outre, les documents des assemblées parlementaires sont traditionnellement exclus du champ du droit d’accès, comme n’ont pas manqué de le relever certains lecteurs dans les commentaires.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !