Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Patrick Bloche : régulons Internet sans autorité de régulation

Comme pour la presse, et contrairement à l'audiovisuel

Après Christian Paul, c’est Patrick Bloche qui réagit dans nos colonnes au possible transfert en douce des pouvoirs de la Hadopi au CSA. Le député de Paris, président de la Commission des affaires culturelles nous donne son sentiment sur cette initiative qui pourrait venir d’un amendement sénatorial lors du projet de loi sur l’indépendance de l’audiovisuel.

 Patrick Bloche Patrick Bloche devant la mission Lescure en janvier 2013

 

« À l’Assemblée nationale, en première lecture, commente Bloche, nous n’avons pas été confrontés à cette question. Personne n’a inscrit dans ce projet de loi le transfert des responsabilités de la Hadopi vers le CSA. De plus, le CSA qui avait fait un certain nombre de demandes en termes de régulation de l’audiovisuel n’a pas montré un empressement particulier à reprendre ces compétences ».

 

Le député se souvient aussi des propos du président du CSA : « Olivier Shrameck avait lui-même déclaré qu’il ne voulait pas mettre un képi ou devenir gendarme, des propos qui m’avaient profondément réjoui ». On sait cependant que Shrameck s’est depuis montré très intéressé par un transfert pur et simple des pouvoirs de la rue de Texel où la sanction est en définitive infligée par le juge.

Risque de cavalier législatif et pas d'arbitrage gouvernemental

Patrick Bloche est en tout cas en pleine harmonie avec son collègue socialiste Christian Paul pour dénoncer la tentation d'un transfert en douce de ces pouvoirs lors des débats au Sénat. « C’est un projet de loi qui vise à rétablir l’indépendance de l’audiovisuel public. Je suis attaché à ce que l’on reste sur ce sujet, ne serait-ce que pour prendre le maximum de protection et éviter tout risque d’anticonstitutionnallité ».

 

Transférer les pouvoirs de Hadopi au CSA ne contribue en rien à l’indépendance de l’audiovisuel. Du coup, l’utilisation de ce véhicule législatif pourrait subir la censure du Conseil constitutionnel. « Une jurisprudence du Conseil constitutionnel censure les dispositions qui n’ont pas un rapport direct avec l’objet du projet de loi. »

 

Surtout, pour le président de la commission des affaires culturelles, rien n’est encore acquis pour l’avenir de la Hadopi. « J’ai organisé un débat avec Pierre Lescure pour qu’il puisse présenter son rapport et sauf si cela m’a échappé, le gouvernement n’a pas encore rendu formellement d’arbitrage. Il y a bien eu des expressions, mais à ma connaissance je n’ai pas connu d’arbitrage notamment sur le devenir de la Hadopi : doit-elle disparaître totalement ou partie ? Faut-il transférer ses pouvoirs au CSA ? ».

Réguler Internet comme la presse écrite ?

L’idée retenue pourrait finalement être celle d’un projet de loi spécifique. Quid du contenu de ce futur texte? L’analyse du député laisse présager un joli bras de fer avec la Rue de Valois. « J’ai toujours été réservé à l’idée de créer une autorité de régulation, c’est l’une des raisons de mon opposition à Hadopi. Je considère qu’internet doit être régulé comme la presse écrite. Dans la presse écrite, il n’existe pas d’autorité de régulation en tant que telle. La presse, la liberté de la presse, les abus éventuellement de cette liberté sont dans un texte fondateur, la grande loi de 1881. La loi doit permettre la liberté de communication garantie par la Constitution et apporter les adaptations nécessaires au droit commun. Ce droit commun s’applique d’ailleurs déjà à internet. En l’occurrence il n’y a jamais eu d’espace de non-droit sur Internet. »

Réponse graduée vs légalisation des échanges non marchands

Patrick Bloche nous assure par la même occasion que ses propos tenus en janvier 2013 devant la mission Lescure « n’ont pas changé ». Il dénonçait alors « les dispositions pénales votées dans Hadopi 2 que ce soit la procédure des ordonnances pénales ou cette contravention - que j’ai toujours trouvé tellement délirante - de négligence caractérisée qui amène à ce que soit sanctionné non pas celui qui a procédé à un téléchargement illégal, mais l’abonné de la connexion sur lequel a eu lieu ce téléchargement illégal. » Il fustigeait les fondements mêmes de cette incrimination, considérant « qu’on doit être sanctionné pour les fautes qu’on a commises - si tant est qu’un téléchargement illégal soit une faute au sens où on l’entend habituellement - plutôt que pour les fautes que d’autres ont commises. »

 

Huit mois plus tard, il relance les sujets trop vite évacués en 2009 ou lors du débat DADVSI : « à partir du moment où on essaye d’élever intelligemment les débats, réfléchissons à la non-pénalisation voire à la légalisation du téléchargement en lui donnant un statut sécurisant, réfléchissons à trouver de nouveaux modes de rémunération de la création, d’une manière consensuelle sans qu’on se retrouve avec les débats d’affrontement qu’on a connu lors de la loi Hadopi. Que chacun puisse trouver son compte : des créateurs rémunérés et une sécurisation des échanges non marchands pour permettre aux internautes de communiquer librement. »

Bloche présidera l'éventuelle CMP

Aux sénateurs qui s’apprêtent à examiner dans quelques jours le projet de loi sur l’audiovisuel, il adresse ce message : « je serai intéressé et s’il le faut vigilant aux initiatives qui seraient prises en première lecture au Sénat et a fortiori quand on sera éventuellement au sein d’une commission mixte paritaire ». D’ailleurs, si cette CMP devait se réunir à l’issue du vote au Sénat, ce qui sera le cas si des dispositions nouvelles y sont amendées, « je souhaite la présider. C’est dans mes fonctions de président de la commission des affaires culturelles. »

54 commentaires
Avatar de Kamikave INpactien
Avatar de KamikaveKamikave- 31/08/13 à 06:14:05

Dans la presse écrite, il n’existe pas d’autorité de régulation en tant que telle.

Comparer Internet à la presse écrite est incroyablement réducteur. D'ailleurs le problème actuel d'internet n'est pas la liberté de la presse, mais le droit d'auteur. Avant de vouloir réguler quoi que ce soit, commencez par réformer les institutions archaïques.

Avatar de goodwhitegod INpactien
Avatar de goodwhitegodgoodwhitegod- 31/08/13 à 06:16:20

Je doute qu'il y aie concrètement une remise en question de toute l'industrie du divertissement...:roll:

Ce qui serait déjà LE point le plus important de réduction du piratage et partage des fichiers piratés.

Avatar de Groumfy INpactien
Avatar de GroumfyGroumfy- 31/08/13 à 06:36:01

Vu le volume de texte sur internet, la comparaison avec la presse écrite n'est pas adaptée. Les sites sont multiples, pas tous hébergés de la même façon.

Faire des procédures de demandes d'identification, pour un commentaire sur une plateforme, ça risque de coùter cher en temps. L'utilisateur n'est identifiable que par une boite mail, qui ne permet pas forcément de remonter facilement ...

Je suppose que c'est la motivation de la responsabilisation de l'hébergeur : on crée un niveau de responsabilité, sur une cible facile à taper.

Bientôt, certains inonderont des sites avec leurs commentaires, juste pour nuire à l'hébergeur.

Avatar de Sparkdaemon INpactien
Avatar de SparkdaemonSparkdaemon- 31/08/13 à 07:00:19

. Avant de vouloir réguler quoi que ce soit, commencez par réformer les institutions archaïques.

Tout a fait. De toutes façons, Même si une tentative de régulation était mise en place, que ça soit pour la presse ou quoi que ce soit d'autre (Mis a part les sites a caractères tendancieux[..]) je serais le premier a tenter de contrer ça.

Certaines plateformes ont déjà mises en place le système de vérification via Carte d'identité (Voir Second life par exemple) ce qui n'es pas une mauvaise idée, mais qui en même temps n'es pas vraiment une solution valable.

M'enfin, Affaire a suivre

Avatar de goodwhitegod INpactien
Avatar de goodwhitegodgoodwhitegod- 31/08/13 à 07:05:14

C'est surtout le piratage qui les inquiète...

Parce que les insultes ne rapportent pas d'argent... C'est un moyen détourné cette affaire. Selon moi.

Avatar de Holly Brius INpactien
Avatar de Holly BriusHolly Brius- 31/08/13 à 08:18:59

goodwhitegod a écrit :

C'est surtout le piratage qui les inquiète...

Parce que les insultes ne rapportent pas d'argent... C'est un moyen détourné cette affaire. Selon moi.

Non c''est le contrôle de l'information le vrai but....
Vas bosser un peu dans la presse papier, et tu comprendras...

Édité par holly brius le 31/08/2013 à 08:19
Avatar de Drepanocytose Abonné
Avatar de DrepanocytoseDrepanocytose- 31/08/13 à 08:47:07

Bloche présidera l'éventuelle CMP

« je souhaite la présider. C’est dans mes fonctions de président de la commission des affaires culturelles. »

Antinomique un peu, non ?
Ce que j'en comprends, c'est que bien que ce soit dans ces attributions de présider cette CMP, c'est pas gagné d'office et ca ne va pas forcement de soi...

Avatar de Pr. Thibault INpactien
Avatar de Pr. ThibaultPr. Thibault- 31/08/13 à 08:50:33

Faire des textes spécifiques à Internet ?... Il en existe déjà, et à chaque fois qu'on en adopte un ce sont toujours les mêmes qui râlent ! C'est le cas de la LCEN qui a transposé une directive européenne et son fameux critère du "manifestement illicite" avec la distinction hébergeur/éditeur.

Quoi qu'on fasse il y en aura toujours pour râler car ceux qui râlent veulent au final qu'une seule chose : qu'Internet soit totalement dérégulé et qu'on les laisse faire ce qu'ils veulent. L'Etat de droit est là pour garantir que chacun puisse exercer ses libertés, on en a besoin sur Internet comme ailleurs.

Avatar de goodwhitegod INpactien
Avatar de goodwhitegodgoodwhitegod- 31/08/13 à 09:26:38

Holly Brius a écrit :

Non c''est le contrôle de l'information le vrai but....
Vas bosser un peu dans la presse papier, et tu comprendras...

Ouep', c'est évident ça... En plus de tout ce qui passe à la téloche/radio...

Avatar de linkin623 Abonné
Avatar de linkin623linkin623- 31/08/13 à 09:52:48

La loi doit permettre la liberté de communication garantie par la Constitution et apporter les adaptations nécessaires au droit commun.

Nan mais c'est quoi ce type? La loi, elle s'adapte à Internet, et pas le contraire. Le minitel, c'est fini!
Et puis, la loi s'applique très bien au Net, je vois pas l'utilité pour l’intérêt commun (mais pour les politiques, oui c'est clair).

Kamikave a écrit :

Comparer Internet à la presse écrite est incroyablement réducteur. D'ailleurs le problème actuel d'internet n'est pas la liberté de la presse, mais le droit d'auteur. Avant de vouloir réguler quoi que ce soit, commencez par réformer les institutions archaïques.

:non: le plagiat des dépêches AFP pose le problème du droit d'auteur dans la Presse ==> [ ]

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6
  • Introduction
  • Risque de cavalier législatif et pas d'arbitrage gouvernemental
  • Réguler Internet comme la presse écrite ?
  • Réponse graduée vs légalisation des échanges non marchands
  • Bloche présidera l'éventuelle CMP
S'abonner à partir de 3,75 €